chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Yellow Eyes - Sick With Bloom

Chronique

Yellow Eyes Sick With Bloom
Cela fait déjà 6 ans que les Américains de Yellow Eyes se sont formés, ouvrant les hostilités en 2012 avec leur premier album Silence Threads the Evening's Cloth. Retrouvant à la tête du projet les frères Skarstad épaulé de JC – ancien batteur remplacé depuis peu par M. Rekeviks (Fell Voices, Vanum,...) – ces derniers n'ont jamais levé le pied enchaînant split, albums et EPs de façon toujours très DIY et confidentielles, favorisant leur propre label Sibir Records ainsi que des petites structures spécialisées dans les sorties cassettes et vinyles. Un travail tant passionné qu'intègre où les musiciens vont peu à peu élever leur niveau de jeu et trouver un petit succès underground. Accueillant en tant que membre à part entière leur bassiste live Alex DeMaria (Anicon), la formation tend à sortir de l'ombre avec notamment un deal signé avec Gilead Media – permettant une meilleure visibilité (cf. le nombre conséquent de chroniques et d'interviews) – pour ce Sick With Bloom réalisé en fin d'année 2015. La question principale étant de savoir si le groupe allait, sur ce dernier long-format en date, enfin se détacher de ses influences Kralliciennes un peu trop prépondérantes dans leurs œuvres.


Et la réponse est...non ! Vous retrouvez toujours ici la même rugosité, des riffs tant saccadés que dissonants mais également ce sentiment d'urgence se dégageant des compositions. Que ce soit sur le morceau titre ou encore « Mangrove, the Preserver » – pour ne citer qu'eux – impossible de passer outre ces éléments. Néanmoins vous êtes loin de leur album pastiche Hammer of Night malgré des bases identiques, à savoir une musique « hommage » à la Norvège imprégnée par Darkthrone où la nature aussi sauvage que glacée est reine. Remettant au goût du jour et à la sauce U.S. des valeurs sûres, Yellow Eyes semble donc évoluer, digérant un peu mieux ses différentes inspirations. En résulte un Sick With Bloom à la fois rêche, limite punk par moment – via une production raw – mais plus varié, arrivant à se démarquer par ses nombreux passages mélodiques et inspirés. Le groupe aère son jeu grâce à des breaks salvateurs, offrant des sonorités très lumineuses et sibyllines comme sur « Streaming from the Undergrowth » ainsi que la seconde partie du beau « Ice in the Spring ». Le décor se pose peu à peu dévoilant un pays fantasmagorique (parfaitement mis en musique, notamment sur « Streaming from the Undergrowth ») et propre aux Américains, vous invitant à traverser une frontière imaginaire afin de prendre place à leurs côtés. Les lignes de guitares sont plus harmonieuses et des boucles tant répétitives qu'entêtantes viennent tout doucement vous envelopper, comme les parties acoustiques ou bien les intro/outro ponctuant l'album.


Car tout est extrêmement bien construit, intégrant davantage d'interludes ambient et ritualistes pareillement que sur leurs EPs The Desert Mourns (2014) et Stillicide (2014), dont Sick With Bloom semble être le prolongement logique. De même, si tous ces ajouts peuvent paraître plus « faciles » de par leur plus grande lisibilité, ils apportent au contraire plus de richesse et de profondeur à l'ensemble. En effet, ces derniers éclairent d'un jour nouveau la musique de formation et soutiennent au mieux son propos avec un aspect religieux omniprésent. Des vitraux de l'artwork très épuré en passant par l'introduction du morceau titre, où Yellow Eyes vous convie à entrer dans son temple, l'album tend vers quelque chose de beaucoup plus mystique (cf. « Fallen Snag » à partir de 1:00). Certes cet élément a toujours été présent chez les Américains, s'inspirant de Liturgy – Renihilation en tête – mais dans une moindre mesure. Ainsi, au timbre particulier de Will Skarstad – renvoyant à celui de Hunter Hunt-Hendrix –, plus humain et se démarquant du chant type black metal, se greffent d'autres composants, donnant plus de corps au projet. Un choix risqué mais parfaitement maîtrisé par le quatuor qui délivre des atmosphères davantage léchées, ouvrant un plus large spectre d'émotions. Tantôt ombrageuses tantôt feutrées et rassurantes, celles-ci contrebalancent avec les piques de violences représentées par des riffs tant acérés que saccadés. Le groupe vous présente ici et là une main secourable grâce à quelques percées lumineuses au pauvre hère que vous êtes, perdu dans ce brouillard aussi opaque que froid – sur « Streaming from the Undergrowth », par exemple.


Perdant légèrement sa hargne des débuts, Yellow Eyes gagne en fluidité ainsi qu'en impact malgré des influences encore marquées et des répétitions toujours présentes. D'ailleurs si Sick With Bloom vous éblouit à la première écoute, les suivantes viennent tempérer vos élans, aucun titre ne se démarquant véritablement du lot mis à part le massif « Ice in the Spring ». En effet, cet album est à prendre dans sa globalité, idéalement agencé pour le format vinyle – et par extension cassette – dont il est question ici, l'introduction de « Mangrove, the Preserver » faisant rappel à la fin de « What Filters Through the Copper Stain ». Des défauts mineurs donc tant les Américains accumulent les bons points et confirment les efforts fournis sur leur deux derniers EP, ce dernier long-format faisant figure d'achèvement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
19/05/2016 07:31
note: 7.5/10
Le format vinyle a été repressé et une version CD est également disponible via Gilead Media (Eroding Winds) ou il faudra attendre un peu et checker la distro de Debemur Morti (entre autres).
Dysthymie citer
Dysthymie
21/02/2016 14:33
note: 7.5/10
L'album s'écoute en intégralité sur le Bandcamp de Gilead https://gileadmedia.bandcamp.com/album/sick-with-bloom ou celui de Yellow Eyes https://yelloweyes.bandcamp.com/.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yellow Eyes
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Yellow Eyes
Yellow Eyes
Black Metal Onirique - 2010 - Etats-Unis
  

formats
tracklist
I. Sick With Bloom
II. Streaming from the Undergrowth
III. What Filters Through the Copper Stain
IV. The Mangrove, the Preserver
V. Fallen Snag
VI. Ice in the Spring

Durée : 43 minutes

parution
11 Décembre 2015

voir aussi
Yellow Eyes
Yellow Eyes
Immersion Trench Reverie

2017 - Gilead Media
  

Essayez aussi
Nuklear Frost
Nuklear Frost
Subjugation

2014 - Autoproduction
  
Förgjord
Förgjord
Uhripuu

2017 - Werewolf Records
  
Fuath
Fuath
I

2016 - Neuropa Records
  
Wyrms
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarchie purificatrice

2018 - Ossuaire Records
  
Grá
Grá
Ending

2015 - Unexploded Records
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique