chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
79 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Batushka - Litourgiya

Chronique

Batushka Litourgiya
La fin de l'année sur Thrashocore, c'est toujours le coup de speed. Et alors que cette année, j'avais pris mes dispositions en chroniquant tous mes disques phares en Décembre, histoire de ne pas rusher début Janvier comme le connard que je suis habituellement, voilà que Batushka, formation Polonaise de son état déboule de nulle part et me file un coup de stress façon « Putain, nope, faut en parler de ça, c'est un poil obligatoire ». Sorti sur Witching Hour Productions, le label bien connu pour son merch' donné (Allez y faire un tour, à 5€ l'album, ce serait bête de se priver...), « Litourgiya » est un disque particulièrement novateur et intéressant. Si le mystère plane autour des membres du groupe qui semblent – selon Metal Archives – tous appartenir à des « formations bien connues », laissant la porte ouverte aux suppositions type Mgla, Infernal War, Cultes des Ghoules et autres fers-de-lance du Black Metal polonais, leur musique ne ressemble bizarrement à rien de tout cela.

« Litourgiya » présente plutôt bien, surtout avec cette pochette rappelant à notre souvenir celle du « Advaitic Songs » de Om, cette dernière me fait surtout penser à l'icône religieux que j'ai ramené de Crête et qui trône dans mon salon. Ouaip, on s'en fout de ma décoration d'intérieur, je suis bien d'accord, seulement ce qu'il faut bien dire c'est que ce premier essai de Batushka mérite de traîner à l'intérieur de votre salon, spécifiquement si vous êtes quelqu'un de bon goût. Au programme, un croisement entre Black Orthodoxe (assez classique dans sa forme, ne vous attendez pas à un Mindfuck Nightbringerien), Doom (lui aussi classique et surtout présent grâce aux sonorités du six-cent-seizième dessous proposées par la basse et les guitares) ainsi qu'un vocaliste qui alterne cris Black Metal et passages en clair chantés tantôt comme un chœur grégorien, tantôt avec des accents plus épiques.

Et pour faire simple, je vous avoue que j'ai pensé au commentateur de Pokémon Stadium pendant mes premières écoutes. Notamment à ses phrases cultes, comme « Woah, une attaque sauvage !», « Oh là là, en plein dans la point faible !», « Ah, dans les dents !» pour me retrouver avec le « Et voilààà ! » à la fin de l'album. C'est sûr qu'en ce qui concerne les attaques sauvages qui tapent dans le point faible, il y a un gros potentiel dans ce « Litourgiya » qui a le mérite d'envoyer le bois, de changer l'eau en vin et de multiplier les pains en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « Et Paf ! ». « Pourquoi l'eau en vin ? » me direz-vous circonspects par cette comparaison qui a un poil l'air absurde, vue comme ça. Simplement parce que la sacré est une dimension essentielle à la musique de Batushka, comme en témoigne par exemple ce riff final sur « Yekteniya 5 » qui sait faire frôler la syncope au pauvre auditeur, plongé bien malgré lui dans la peau de Bernadette Soubirous ayant aperçu la Sainte-Vierge au hasard d'une promenade dominicale.

Rassurez-vous, le feeling chrétien exacerbé est présent sur tous les morceaux, notamment sur ce « Yekteniya 2 » assez fantastique ou sur « Yekteniya 6 » et son démarrage ethnico-mystique capable de renvoyer Urfaust à ses études. Vous l'aurez compris, « Yekteniya » pour ton pognon (Aïe, « Il creuse un trou et s'enterre », me dirait sûrement Jean-Claude Donda...) avec un disque qui enquille les pièces magistrales comme celui-là. « Litourgiya » même s'il est premier effort d'une formation assez jeune fait preuve d'une expérience et d'un savoir-faire franchement exemplaire, surtout pour un mélange Black-Doom d'habitude assez casse-gueule. Le passé des musiciens du groupe dans ces fameuses « autres formations » semble être la cause principale de la réussite de cet opus qui donne le sentiment d'éviter tous les pièges : morceaux ni trop longs, ni trop courts, production puissante sans être plastique, violence en perpétuelle lutte avec la beauté... Des choix artistiques fait avec talent, subtilité et agencés entre eux avec une classe assez bluffante.

Il n'y a pas grand chose à rajouter, si ce n'est peut-être un petit point bonus pour la performance du chanteur, franchement ébouriffante surtout quand il part sur des incantations en deux notes tenues sur trente secondes. Mon petit doigt me dit que même si « Litourgiya » n'a pas l'intensité de certaines sorties Orthdoxes récentes (VI en tête), il fera date dans le microcosme du Black théiste et ouvrira la porte à une nouvelle lecture du genre, privilégiant la lenteur, la lourdeur et le chant aux habituels tournoiements de dissonances. Chapeau bas, messieurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

18 COMMENTAIRE(S)

Høsty citer
Høsty
15/08/2017 23:31
Ca dépend aussi du contexte quand tu les vois sur scène.
La première fois que je les ai vu c'était au Motocultor, donc en plein air, et si la prestation des musiciens était bonne j'en gardait pas un souvenir incroyable non plus.
Je les ai revu cette année au Roaburn sur la petite scène dans la chapelle de l'église de Tilburg, et là par contre niveau ambiance et atmosphère j'ai vite été transporté !
MoM citer
MoM
15/08/2017 19:30
note: 10/10
Puljax a écrit : MoM a écrit : Un "instant classic" qui fera date dans l'histoire du Black metal. Tout le monde en parle, et pourtant le mot "superbe" est ridicule à côté de la baffe qu'ils foutent sur scène.
Les costumes, les masques, le jeu de scène, la technicité l'air de rien du batteur, les choeurs, la mise en scène... Culte de chez culte !


Pour les avoir vu deux fois, je les trouvent pire que limite, ils en font trop, et au final pas asser, et je ne parle pas de la qualité de leur live, mais du ressentit par rapport a leur album en live.
Cult of fire, eux arrivent a faire ressentir leur atmosphère


Ah, je pense que ça joue au niveau des sensibilités. Perso, entre les lumières, l'aspect rituel, les encens, la gestuelle et, surtout, la manière d'utiliser les mains couplée avec le fait qu'ils soient masqués, ça m'a complètement transporté.
Comme tu le dis, c'est pas la prestation qui te gêne, mais c'est concernant le ressenti que ça coince. J'ai écouté l'album qu'une ou deux fois avant de les voir sur scène, je n'ai pas pu me monter tout un imaginaire. Vierge dans l'esprit, la prestation a imprimé une marque tenace en moi - et j'en demandais pas tant ! Sourire
Puljax citer
Puljax
15/08/2017 18:20
MoM a écrit : Un "instant classic" qui fera date dans l'histoire du Black metal. Tout le monde en parle, et pourtant le mot "superbe" est ridicule à côté de la baffe qu'ils foutent sur scène.
Les costumes, les masques, le jeu de scène, la technicité l'air de rien du batteur, les choeurs, la mise en scène... Culte de chez culte !


Pour les avoir vu deux fois, je les trouvent pire que limite, ils en font trop, et au final pas asser, et je ne parle pas de la qualité de leur live, mais du ressentit par rapport a leur album en live.
Cult of fire, eux arrivent a faire ressentir leur atmosphère
MoM citer
MoM
09/08/2017 20:13
note: 10/10
Un "instant classic" qui fera date dans l'histoire du Black metal. Tout le monde en parle, et pourtant le mot "superbe" est ridicule à côté de la baffe qu'ils foutent sur scène.
Les costumes, les masques, le jeu de scène, la technicité l'air de rien du batteur, les choeurs, la mise en scène... Culte de chez culte !
TarGhost citer
TarGhost
21/12/2016 06:17
Découvert tardivement en 2016 et toujours pas remis de la claque que cette galette m'a collé sans ménagement.
Grand, beau, épique, Slave.
Batushka, c'est plus fort que toi.
anto09 citer
anto09
13/10/2016 09:33
note: 7.5/10
Bon album, en revanche, on se lasse assez vite au fil des écoutes ........
Sakrifiss citer
Sakrifiss
08/02/2016 16:20
Moi aussi il me le faut vite celui-là !!!
Funky Globe citer
Funky Globe
08/02/2016 15:38
note: 8.5/10
"violence en perpétuelle lutte avec la beauté"

J'ai pris ce bout de phrase qui résume bien l'album.

Grand disque.
Streker citer
Streker
07/02/2016 14:44
Enfin reçu. Un très bon album même si pour moi la première piste est au dessus du reste...j'ai commandé aussi le MCD de Au-dessus. Une très bonne découverte et surprise également !!
Stockwel citer
Stockwel
30/01/2016 11:29
Grosse claque merci pour la chronique !
Je vais encore avoir besoin de pas mal d'écoutes pour voir où il va se glisser dans mon classement 2015, mais de sûr ça sera dans le top 5 !
Décidément 2015 très très grosse année !
Dysthymie citer
Dysthymie
12/01/2016 22:23
Oui, en digi CD.
La_girondelle citer
La_girondelle
12/01/2016 21:38
Salut à tous, est-ce que ce disque est disponible sur support CD?
Ber Val citer
Ber Val
08/01/2016 11:31
note: 9/10
FleshOvSatan a écrit : Petite blagounette vis à vis de mon bilan perso, en ce qui concerne Urfaust, rien de plus ah ah !

Sinon, pour tout ceux qui se demandent si Witching Hour est fiable pour l'import d'album de la Pologne à la France (sur FB, et ailleurs, c'est une question qui revient souvent) : la réponse est oui, Witching Hour, c'est serious business comme label.



J'ai commandé l'autre jour le vynile et le t-shirt (pour 20 euros parfait haha).

Là actuellement je crois qu'ils ont des problèmes d'envoi pour le vynile, il sera dispo au milieu de ce mois apparemment. Oui serious business, par contre recevoir des mails en polonais où ils essaient de t'expliquer tout ça, c'est chiant à retranscrire, surtout avec l'aide incroyable de Google Traduction ...

Sinon album juste incroyable, j'avais fait mon bilan en me disant c'est bon on va être tranquille jusqu'à 2016 et puis non enfait.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
07/01/2016 19:18
note: 8.5/10
Petite blagounette vis à vis de mon bilan perso, en ce qui concerne Urfaust, rien de plus ah ah !

Sinon, pour tout ceux qui se demandent si Witching Hour est fiable pour l'import d'album de la Pologne à la France (sur FB, et ailleurs, c'est une question qui revient souvent) : la réponse est oui, Witching Hour, c'est serious business comme label.
Dysthymie citer
Dysthymie
07/01/2016 16:25
AtomicSchnitzel a écrit : Dysthymie a écrit : Lire la comparaison faite avec Urfaust, écouter l'intro de «Yekteniya 6» et rigoler un bon coup.

Médisante personne.


Mr Green
AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
07/01/2016 15:31
note: 8.5/10
Dysthymie a écrit : Lire la comparaison faite avec Urfaust, écouter l'intro de «Yekteniya 6» et rigoler un bon coup.

Médisante personne.

Sinon totalement de ton avis Flesh. Excellent album qui, en plus, gagne aux écoutes et se révèle sur la durée.
Dysthymie citer
Dysthymie
07/01/2016 15:10
Lire la comparaison faite avec Urfaust, écouter l'intro de «Yekteniya 6» et rigoler un bon coup.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
07/01/2016 13:20
note: 8.5/10
Et tout ceci s'écoute en intégralité sur le Bandcamp de Witching Hour

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Batushka
Black / Doom Orthodoxe
2015 - Witching Hour Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (16)  8.41/10
Webzines : (10)  7.77/10

plus d'infos sur
Batushka
Batushka
Black / Doom Orthodoxe - 2015 - Pologne
  

tracklist
01.   Yekteníya 1  (05:45)
02.   Yekteníya 2  (04:22)
03.   Yekteníya 3  (04:51)
04.   Yekteníya 4  (05:19)
05.   Yekteníya 5  (06:00)
06.   Yekteníya 6  (04:13)
07.   Yekteníya 7  (05:34)
08.   Yekteníya 8  (05:09)

Durée : 41.13 min.

parution
4 Décembre 2015

Essayez aussi
Schammasch
Schammasch
Contradiction

2014 - Prosthetic Records
  

Découverte de l'année
Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report