chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
28 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Obsidian Kingdom - Mantiis

Chronique

Obsidian Kingdom Mantiis
Il n'y a encore pas si longtemps, le groupe dont je m'apprête à vous parler était peu connu des amateurs de Metal extrême. Ce n'est pourtant pas du à son jeune âge, puisqu'Obsidian Kingdom est un quintet de Barcelone existant depuis 2005. Formation qui n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai. Fort de deux EPs plutôt riches (mais malheureusement passés assez inaperçus), mettant en avant une personnalité musicale déjà bien affirmée, l'album "Mantiis" que nous disséquons aujourd'hui, et un disque de remixes Drone/Noise finalement assez dispensable, Obsidian Kingdom, derrière une étiquette "Black/Death" somme toute assez réductrice, mélange les genres, les influences, affine et développe sa recette au gré des sorties, osant toujours un peu plus les détours par les terres expérimentales - quitte à franchement lorgner vers le bruitisme.

Le parcours même des ibères est exemplaire. Obsidian Kingdom est l'incarnation type des musiciens qui ont la dalle, vivent par et pour leur musique, tiennent à garder un contrôle artistique total et à ne pas se brider. Jusqu'à l'aussi surprenant que mérité succès de ce "Mantiis" (et leur signature chez Season of Mist, Berberian a définitivement le sens des affaires), chaque réalisation du combo était autoproduite, proposée en téléchargement gratuit, déclinée également en supports physiques pour les fervents supporters. Quand la volonté de toucher les foules surpasse celle d'amortir ses investissements. Force est de constater que leur confiance en leur travail n'était ni forcée ni excessive, puisque ce Mantiis reste mon plus gros coup de coeur de l'année 2012. Un bijou de créativité, d'élégance et d'émotion.

Le groupe partait avec une longueur d'avance par rapport à ses camarades de promotion. Les premières réalisations sont souvent synonyme de tâtonnements, d'expérimentations et de recherches pour se trouver d'une part, une "patte sonore", et de l'autre, une "identité graphique". Tous, mais pas Obsidian Kingdom, qui s'est trouvé un univers visuel dès les sorties de leurs deux premiers EPs, "Matter" et "3:11". Entre minimalisme et abstraction, des figures à interprétations multiples qui, finalement, ne pouvaient pas mieux coller à leur musique. "Mantiis" ne fait pas exception à la règle, en affichant une jaquette et un livret merveilleusement dépouillés, signés par Ritxi Ostáriz (responsable, notamment, de la pochette et du booklet de "Eremita" d'Ihsahn) et Elena Gallen (styliste et artiste). Sommet visuel et sonore, "Mantiis" est une oeuvre multimédia plus qu'un simple disque.

L'album consiste en une seule longue piste de près de cinquante minutes, découpée en 14 parties. Si, par un découpage habile, il est possible et tout aussi appréciable de les prendre séparément, l'écoute de l'album entier est fluide, sans aucun accroc ni longueur superflue. A noter que sur cet ensemble, quatre sont des instrumentales, dont l'introduction, "Not Yet Five", sonnant comme la rencontre amoureuse entre Masami Akita et Josef Nadek. Elle plonge l'auditeur dans le bain, par ces notes fantomatiques en arrière plan, cette basse chaude qui résonne, et ces nappes bruitistes qui gagnent en importance et en intensité au fur et à mesure que les secondes passent. Le décor est planté, les trois coups sont donnés, la pièce peut démarrer.

Et durant les quatorze actes qui composent "Mantiis", l'auditeur va voyager, vivre, ressentir. Force de frappe due en grande partie au talent des musiciens : les guitaristes se lancent dans des riffs tantôt très torturés, tantôt simplistes et massifs, joués aussi bien sur des guitares sèches qu'électriques; le bassiste pose ses lignes discrètes mais indispensables en arrière-plan, qui viennent soutenir des structures rythmiques dispensées par un batteur aussi sobre qu'efficace. Le vocaliste brille par la diversité de sa palette vocale, maniant aussi bien le chant clair que les vocaux plus écorchés. Encore fallait-il un son exemplaire pour que chaque instrument trouve sa place dans des compositions aussi sinueuses. Propre, net, carré, sans pour autant être trop synthétique ou "lissé" (le syndrôme de la batterie à 320kbps), il rend justice aux musiciens comme à l'univers qu'ils tissent avec cordes, peaux et baguettes.

Un univers aux multiples climats, aux multiples reliefs et aspérités. "Oncoming Dark" brille par une mélancolie déchirante, soutenue par ce riff de guitare sèche lent et désespéré, ces quelques notes de clavier résonnant comme celles d'une boîte à musique, cette batterie faussement enjouée, et cette voix désabusée déclamant ses textes dans un Anglais parfaitement intelligible. Titre qui poursuit son ascension en crescendo vers un embrasement final, éruptions de riffs en bloc, solidement maintenus par la cadence implacable d'une double pédale, avec, toujours, cet arrière-plan fantomatique de claviers cristallins, juste balance entre brutalité métallique et sentiment d'innocence, disséminé tout au long de l'album.

Le groupe n'en oublie pas pour autant d'être efficace, et des titres comme "Ball Room", "Endless Wall" ou plus particulièrement "Cinnamon Balls" sont là pour ne le rappeler : blast-beats carrés et décapants sur riffs tranchants, synthétiseur grandiose (que l'on retrouvera pour le surpuissant final du titre "Answers Revealing"), breakdowns arythmiques convoquant Meshuggah, incursions de parties purement électroniques pour apporter épaisseur et agressivité à un ensemble déjà bien compact. Entre Black, Death, Mathcore et que-sais-je, le patchwork dessiné par "Mantiis" est aussi habile qu'impressionnant. Et Obsidian Kingdom ne s'arrêtera pas là.

"The Nurse" proposera ainsi une petite incursion vers les terres du Free Jazz : ce court interlude, joué aux balais par le batteur, en deviendrait presque efrayant, avec ces petites notes chétives de clavier s'entêtant en arrière-plan, cette guitare plaintive revenant à intervalle régulier. Influence Jazz ma foi bien marquée qui pointera encore une fois le bout de son nez dans le titre "Last of the Light", ou un saxophone, délivrera, dans toute sa superbe, une mélodie aussi enivrante que chaleureuse.

Si l'on parle de claviers depuis le début, on oubliera pas non plus de citer le piano, l'une des grandes composantes de "Mantiis". L'instrument fait partie de ces "générateurs d'ambiances" convoqués par le groupe pour faire pencher la balance du côté de la tristesse, comme le commencement de "Genteel to Mention", titre porté à bout de bras par l'organe du chanteur. Enregistré sur des pistes différentes et dans des hauteurs de notes variées, un seul et même homme arrive à donner une impression de choeur - certes assez simple, mais qui n'en est pas moins impressionnant quand cette technique est bien utilisée. On esquissera un rictus à l'écoute du très bon "Awake Until Dawn", ou le clavier d'habitude discret sonne comme un Goblin sous Prozac - et loin d'être ridicule (surprenant, tout au plus), il s'intègre très bien à la composition.

Le groupe malmène les étiquettes et les genres, qu'il réinterprète et arrange afin de proposer quelque chose d'infiniment personnel. On ne pourra que tirer son chapeau face à cette démarche, cette volonté de remuer un peu la scène musicale extrême qui s'encroûte. En mélangeant toutes les influences qui leur passeraient sous la main, du Black au Death en passant par le Jazz, le Rock, le Dark Ambient voire même quelques incursions dans la Pop ("Oncoming Dark"), Obsidian Kingdom réussit le tour de force de proposer un voyage unique dans la psyché de l'émotion humaine, de la plus triste des mélancolies jusqu'à la plus destructrice des colères. Défendu fièrement par ses cinq géniteurs, autoproduction oblige, "Mantiis" est une pièce complexe qui nécessitera plusieurs écoutes pour mieux en apprécier la saveur. Aucune lassitude cependant, puisque chaque séances réserve une découverte, une nouveauté qui n'était pas parvenue à nos oreilles jusqu'alors.

"Mantiis" a bénéficié d'une réédition chez Season of Mist, chez qui le groupe a signé pour la sortie de leur prochain album, "A Year with no Summer", prévu pour Mars prochain. J'ai fait partie des chanceux possédant les éditions originales de l'album, signées par les membres du groupe. J'ai fait partie des témoins de leur explosion et de leur succès, aussi inattendu que colossal (il n'y a qu'à voir le nombre ahurissant de chroniques pour cet album). "J'y étais". Et force est de constater que ce succès n'a pas été volé tant "Mantiis" s'est hissé en tête de tout ce qui a pu sortir en 2012, forcé malgré tout de partager son trône avec Mgla.

Un album essentiel pour toute personne désireuse de vivre une expérience musicale forte. Ni plus, ni moins.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
11/01/2016 13:37
Les compositions classiques j'imagine, vu qu'ils jouaient uniquement des extraits de cet album. C'était en première partie de Sólstafir, avec Sahg également (alias la purge de la soirée et les nerfs de m'être tapé l'une des rares dates de la tournée où on avait ce groupe au lieu d'Esben and the Witch). En tout cas Obsidian c'était vraiment très bien! Sourire
Sagamore citer
Sagamore
11/01/2016 13:32
AtomicSchnitzel a écrit : Je n'ai pas écouté l'album depuis longtemps, mais je me souviens avoir beaucoup aimé ce qu'ils font sur scène. Ta très bonne chronique me donne envie de me pencher à nouveau sur le disque. Sourire


Tu les as vus sur scène ? Heureux veinard ! Ils jouaient leur set Drone ou leurs compositions classiques ?
AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
11/01/2016 13:16
Je n'ai pas écouté l'album depuis longtemps, mais je me souviens avoir beaucoup aimé ce qu'ils font sur scène. Ta très bonne chronique me donne envie de me pencher à nouveau sur le disque. Sourire
Sagamore citer
Sagamore
11/01/2016 12:57
Album disponible en intégralité ici : https://obsidiankingdom.bandcamp.com/album/mantiis

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obsidian Kingdom
Black/Death Progressif
2012 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  8.29/10

plus d'infos sur
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Rock progressif/expérimental - 2005 - Espagne
  

tracklist
01.   Not Yet Five  (04:18)
02.   Oncoming Dark  (02:50)
03.   Through the Glass  (02:24)
04.   Cinnamon Balls  (03:03)
05.   The Nurse  (01:49)
06.   Answers Revealing  (02:34)
07.   Last of the Light  (05:05)
08.   Genteel to Mention  (02:50)
09.   Awake until Dawn  (03:44)
10.   Haunts of the Underworld  (03:51)
11.   Endless Wall  (04:44)
12.   Fingers in Anguish  (02:55)
13.   Ball-Room  (02:21)
14.   And Then it Was  (04:25)

Durée : 46:55

line up
parution
3 Novembre 2014

voir aussi
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
A Year With No Summer

2016 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
In Vain
In Vain
Currents

2018 - Indie Recordings
  
Dysylumn
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)

2016 - Egregor Records
  
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  
Dysylumn
Dysylumn
Conceptarium

2015 - Autoproduction
  

Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique