chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
54 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Skáphe - Skáphe²

Chronique

Skáphe Skáphe²
Débarquant en 2014 avec son nouveau projet Skáphe, rapidement suivi par la réalisation d'un premier album éponyme, le prolifique Alex Poole (Krieg, Esoterica ou encore Chaos Moon) créée quelque peu la surprise et remporte un petit succès underground. Il faut dire que notre homme y dévoile une facette beaucoup plus sombre et dérangeante, cristallisant – comme il sait si bien le faire – ses émotions par des atmosphères personnelles ainsi qu'une musique créatrice d'images. Paru uniquement en format cassette (et en digital) via Fallen Empire Records, ce longue-durée a été édité cette année en version vinyle – toujours via la même structure – coïncidant avec la sortie du second essai de la formation américaine intitulé Skáphe². Un titre plutôt sobre qui peut avoir différentes significations, deux pour deuxième album ou encore deux pour marquer l'arrivée de l'Islandais D.G. (Misþyrming, Naðra, 0 et Martröð) au sein du groupe. Car pour son retour en 2016 A.P. ne fait donc plus cavalier seul, suivant le même schéma de progression que Chaos Moon. Un choix qui, s'il peut laisser perplexe à première vue, va clairement se révéler payant une fois la galette lancée.


En effet, malgré ce changement de line-up ainsi que des titres plus « calibrés » (« II » ou encore « III ») ce dernier album se révèle être dès la première écoute le digne successeur de Skáphe. De l'artwork rouge et noir facilement reconnaissable de H.V Lyngdal (membre de Wormlust et Martröð) – vous renvoyant plus ici à l'horrifique japonais qu'au Scanners de Cronenberg des débuts – en passant par des sonorités toujours aussi cauchemardesques qu'abyssales, Alex Poole poursuit donc sa route dans les ténèbres. Pas de rupture donc mais une nette évolution permettant de sacraliser un peu plus les angoisses et de les retranscrire en musique. Prenant place au chant, D.G. vient renforcer le côté cyclopéen des compositions par ses vocaux à la fois graves et variés, bardés de réverbérations. De même la production plus massive et opaque ajoute au malaise notamment sur les parties plus rapides (comme sur « III ») où la saturation vous prend à la gorge. L'atmosphère développée par Skáphe est encore plus pesante et menaçante qu'auparavant, avec des cris ainsi que des plaintes sortant – par surprise – de ce maelström et vous pétrifiant d'effroi. D'ailleurs A.P. ne lâche jamais son étreinte grâce à des passages ambiancés (« V ») voir instrumentaux (« VI ») ne pouvant-être l’œuvre que d'un esprit dérangé. De bout en bout cette bande-son cauchemardesque vous perturbe, vous acculant dans les recoins les plus sombres de votre inconscient.


Skáphe² ne sera clairement pas une partie de plaisir avec ses plages sonores tant morbides que spatiales à la Ævangelist, délivrant ses secrets au compte-gouttes comme son prédécesseur. Mais aussi cryptique qu'oppressant soit-il, ce dernier arrive néanmoins à dérouler ses tentacules afin de vous prendre et vous entraîner dans l'abîme. Ce projet semble être en quelque sorte le frère siamois maléfique d'Esoterica, A.P. vomissant ses noires pensées durant ces 35 minutes. Vous retrouvez donc toujours cet aspect dissonant avec des notes qui s'étirent et tourbillonnent (cf. « II ») sans cesse, grignotant un peu plus l'espace. Cependant n'ayez crainte, les morceaux sont toujours – voire plus – intenses avec notamment un jeu de batterie très massif, vous faisant ployer en début d'album. Plus grouillant et mûri, ce dernier-né ne laisse aucun véritable temps mort, les nombreuses petites cassures ne faisant que donner du relief à l'ensemble. Développant son univers singulier, le désormais duo vous fait voyager au gré de ses humeurs d'un vortex grouillant – synonyme de « tabassage en règle » – aux confins insondables de l'univers par des ambiances certes plus éthérées mais gardant le côté angoissant. Vous ressentez ce changement de cap dès le morceau fleuve « IV » dont la première partie très cosmique et caressante vous met en confiance pour mieux vous tromper passer les 5:33. Tout s’enchaîne parfaitement avec le sibyllin « V » et ses échos spectraux ainsi que la longue conclusion des plus suffocantes venant achever le travail de destruction.


Cette dernière fait néanmoins le parallèle avec la piste sans titre clôturant Skáphe par une seconde partie plus brumeuse. Des petites touches instrumentales et aériennes qui font d'ailleurs un peu défaut sur ce second album, celles-ci apportant davantage de souffle ainsi qu'un aspect à la fois plus fragile et terrien. Deux mots annihilés par la formation, continuant son évolution et délivrant ici une œuvre inhumaine, informe mais paradoxalement parfaitement construite. Un bloc monolithique qu'il faut prendre dans son ensemble, vous faisant découvrir différentes formes de tortures auditives. Un bijou de sadisme !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
05/03/2016 17:37
note: 8/10
C'est le ressenti que j'ai eu lors des écoutes de Skáphe au carré (après tant cela ne sera pas le cas pour d'autres). Et le fait qu'il soit plus jusqu'au-boutiste renforce aussi cette impression.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/03/2016 16:25
note: 7/10
Pour faire le vétilleux, le titre voudrait dire Skáphe multiplié par Skáphe ^^
N'ayant pas écouté le premier, je ne saurais dire si celui-ci est plus carré que le précédent, en revanche.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Skáphe
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Skáphe
Skáphe
Black Metal - 2014 - Etats-Unis
  

formats
  • Vinyl / 2016 - Fallen Empire Records
  • Digital / 2016 - Autoproduction, I, Voidhanger Records
  • CD / 2016 - I, Voidhanger Records

écoutez
tracklist
I.
II.
III.
IV.
V.
VI.

Durée : 35 minutes

line up
parution
11 Mars 2016

voir aussi
Skáphe
Skáphe
Untitled (EP)

2017 - Mystískaos
  

Essayez aussi
Nadiwrath
Nadiwrath
Circle of Pest

2015 - Drakkar Productions
  
Almyrkvi
Almyrkvi
Pupil Of The Searing Maelstrom (EP)

2016 - Ván Records
  
Ravencult
Ravencult
Temples Of Torment

2007 - Dark Essence Records
  
Tukaaria / Odz Manouk
Tukaaria / Odz Manouk
Tukaaria / Odz Manouk (Split 12")

2011 - Rhinocervs
  
Bestia Arcana
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu

2011 - Daemon Worship Productions
  

Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique