chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Uada - Devoid Of Light

Chronique

Uada Devoid Of Light
L’artwork sobre et plutôt classieux du vétéran extrême Kris Verwimp (Absu, Enthroned, Lord Belial, Månegarm, Marduk, The Legion, Thyrfing, Vital Remains…) animera au premier coup d’œil votre curiosité. L’obscur Uada (informations minimalistes, aucune page sur Metal-Archives à l’heure où je vous écris ces lignes) formé en 2014 à Portland est la nouvelle recrue du label en pente ascendante Eisenwald (qui m’aura définitivement converti à sa cause en rééditant les premiers méfaits de Mörk Gryning), il dévoile son premier album Devoid Of Light autoproduit et mixé par Joel Grind (Toxic Holocaust) ce mois-ci. Les Américains n’ont pas le profil de musiciens débutants, le groupe compte dans ses rangs le frontman Jake Superchi (Ceremonial Castings, Serpent Lord, Thy Emptiness) et aux fûts la brute Trevor Matthews (Infernus). Enchaînant les festivals locaux, Uada se fera rapidement remarqué, jusqu’en Allemagne en début d’année.

La recette de Uada (« hantés » en latin) demeure rudimentaire, elle pourrait se résumer en deux ingrédients sur ces 33 minutes : tremolo entêtant + rythmique déchaînée. L’ouverture ultra catchy « Natus Eclipsim » (aux relents d’un Catamenia première période) convertit aisément à la cause dès les premières secondes… Place ainsi aux mélodies glaciales et « spectrales » 90’s (dixit leur label) d’Europe du Nord sur un socle black metal vindicatif pratiquement sans répit. Une batterie étonnante d’intensité et de véhémence (pauvres fûts et cymbales) dans un tempo souvent intenable (ou comment remplacer plusieurs séances de cardio) combinée à des vagues submersives de riffs. Radicalement simpliste et frontal mais imparable. Au centre des hurlements dans toutes les variantes possibles, allant du criard au guttural profond (« Our Pale Departure » à 4:20) en passant par l’occulte (« Devoid Of Light ») ou le torturé à la limite du schizophrénique (« Natus Eclipsim » à 1:59, le morceau éponyme à 2:37 ou le titre final aux airs d’un Bethlehem). Assurément l’un des gros atouts de Uada. Rythmique, riffing et cris annihilateurs… Bref une grosse claque sonore.

Les minutes défilent dans nos tympans décrassés sans le moindre bronchement, les compositions « carrées » demeurent d’une fluidité exemplaire pour des titres dépassant les six minutes. Les Américains proposeront quelques bonnes idées afin de varier leur musique, notamment le break du plus ambiancé « Black Autumn, White Spring » (et son final heavy). Dommage qu’Uada n’ait pas d’avantage osé en ce sens car une fois l’album terminé cela reste finalement très léger en termes de composition. On en demande plus pour pleinement se sustenter. Au-delà de parties redondantes qui auraient pu être plus variées (mais dont l’efficience résiste), le groupe a du mal à se détacher de ses influences et à proposer sa propre touche personnelle. Le très « Gros » (avec un « g » majuscule) clin d’œil à Cult Of Fire sur le morceau éponyme comme premier exemple mais il y en a d’autres. L’auditeur aura du mal à cerner la ligne directrice de l’album, on ne comprend pas où Uada souhaite nous attirer et de fait la galette perd malheureusement en atmosphère. La durée relativement courte (cinq morceaux pour une petite demi-heure) confirmera ce léger sentiment de frustration une fois l’écoute terminée.

Uada ne réinventera aucunement le style mais ira proposer un black metal mélodique furieux et sans temps mort porté par un batteur sous anabolisant ainsi qu’un frontman totalement possédé. Les amateurs du genre en manque seront comblés. A écouter sans effort pour titiller nos cervicales. On regrettera néanmoins un manque de cohérence dans ses compositions et un « melting pot » d’influences sans réelle signature de la part du groupe. Ces points corrigés (ainsi qu’une durée allongée), Uada devrait à mon humble avis d’avantage « hanter » les esprits. Devoid Of Ligth n’en demeure pas moins l’une des découvertes à retenir de ce premier semestre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
10/02/2017 12:27
Mitch a écrit : Ah c'est sûr que le manque de personnalité est le gros défaut d'Uada, on est bien d'accord... Pour Mgla ce n'est pas non plus la référence en terme d'originalité.

Mais je trouve ça plus direct et "catchy" (d'avantage de références mélo suédoises/finlandaises) même si rien de bien marquant au bout du compte.


Mgla n'est pas original en soi, et même plutôt assez classique ... Mais ya une patte, une personnalité, et c'est pas plat du tout. Uada par contre ... J'arrive pas à trouver les fameuses mélodies catchy évoquées par la chronique (ok, à part celle qui ouvre le premier morceau)
Mitch citer
Mitch
25/11/2016 10:27
note: 7.5/10
Ah c'est sûr que le manque de personnalité est le gros défaut d'Uada, on est bien d'accord... Pour Mgla ce n'est pas non plus la référence en terme d'originalité.

Mais je trouve ça plus direct et "catchy" (d'avantage de références mélo suédoises/finlandaises) même si rien de bien marquant au bout du compte.
dantefever citer
dantefever
25/11/2016 02:28
Je me repasse cet album pour essayer de piger la hype qu'il avait eu lors de sa sortie... Et je pige toujours pas. C'est hyper plat je trouve. Et puis c'est vachement pompé de Mgla période WHTN; le son de gratte, pas mal de mélodies, le dress code ... Sauf que autant Mgla est ultime, autant là je trouve ça suprêmement chiant
AxGxB citer
AxGxB
04/04/2016 23:14
note: 7.5/10
Bonne surprise pour ma part même si comme toi, je trouve qu'il manque un petit quelque chose pour faire une réelle différence. Ceci étant, je prends du plaisir à chaque écoute et c'est déjà pas mal.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Uada
Black Metal mélodique
2016 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (8)  7.56/10
Webzines : (10)  8.39/10

plus d'infos sur
Uada
Uada
Black Metal mélodique - 2014 - Etats-Unis
  

vidéos
Devoid Of Light
Devoid Of Light
Uada

Extrait de "Devoid Of Light"
  

tracklist
01.   Natus Eclipsim
02.   Devoid of Light
03.   S.N.M.
04.   Our Pale Departure
05.   Black Autumn, White Spring

Durée : 33:48

line up
parution
8 Avril 2016

Essayez aussi
Astrophobos
Astrophobos
Remnants of Forgotten Horrors

2014 - Triumvirate Records
  
Holdaar
Holdaar
Aegishjalmur

2015 - More Hate Productions
  
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Harvest

2012 - Saturnian Productions
  
Assacrentis
Assacrentis
Colossal Destruction

2017 - Anesthetize Productions
  
Catamenia
Catamenia
Eternal Winter's Prophecy

2000 - Massacre Records
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique