chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Full Of Hell / Merzbow - Full of Hell/Merzbow

Chronique

Full Of Hell / Merzbow Full of Hell/Merzbow (Coll.)
Il était fort dommage que ce qui s'impose, au fil des sorties, comme l'une des formations Grindcore les plus intéressantes de ces dernières années, soit totalement absente des pages de Thrashocore. Encore plus lorsque cette dernière se fait remarquer sur tous les plans : que ce soit par leurs prestations scéniques hallucinantes de rage et d'énergie (à en faire pâlir les plus endurcis d'entre nous), leurs enregistrements poussant toujours plus loin les limites de l'auditeur, ou par leurs collaborations - bien plus intéressantes que les splits, finalement assez classiques sur la forme. Full of Hell, actif depuis 2009, donne une véritable leçon à tous les amateurs de musique énervée. Quand la majorité des formations purement Grind rivalisent d'énergie et de brutalité, Full of Hell injecte une dimension supplémentaire au genre: la cruauté.

Car si leur jeune âge et leurs gueules d'anges auront induit beaucoup en erreur, leur musique est tout sauf une promenade de santé. Avec une précision chirurgicale et la méthode froide d'un bourreau, le combo Américain ne cherche pas à étourdir l'auditeur sous une avalanche de blast-beats. Ce qu'il veut, c'est le torturer, le disséquer, le faire souffrir, en infusant Noise et expérimentations dans une mixture déjà bien acide. La sortie récente de leur album commun avec le duo The Body (et je vous renvoie à l'excellente chronique de "No One Deserves Happiness" pour vous démontrer que cette collaboration s'imposait naturellement) est l'occasion rêvée de nous pencher sur un autre monolithe, sorti chez Profound Lore en 2014. Un double CD réalisé avec Masami Akita, fier et notoire représentant de la Harsh Noise à la discographie plus que fournie. Par le biais de cette oeuvre, les jeunes de Full Of Hell affirment un peu plus leur volonté de repousser le Grind dans ses retranchements les plus extrêmes. Autant vous prévenir de suite, c'est une expérience dont on ne ressort pas indemne.

A l'image de cet artwork d'une sobriété absolue, l'album est un bain d'acide, rongeant les tympans et l'âme de l'auditeur dès les premières secondes. Une chute dans le vide. Le premier disque voit Merzbow se faire relativement discret, se contentant de distiller quelques nappes grésillantes au détour des breaks et des rares "pauses" qui pourraient être accordées à l'auditeur. Dès "Burst Synapse", le ton est donné : les titres sont courts, efficaces, avec cette noirceur inhérente à Full of Hell qui s'insinue dans chaque pore, chaque ouverture. Inutile de tenter de se protéger, le quatuor connaît vos faiblesses et sait se faire vicieux. Avec une indifférence totale à votre douleur ou vos suppliques (un feeling transmis à merveille par le clip de "Blue Litmus"), les rythmiques rapides et la voix démoniaque de Dylan Walker nous mènent à la baguette. "Humming Mitter" et ses saccades épileptiques, "Thrum in the Deep" et son riffing vénéneux, "Shattered Knife" et son matraquage en forme d'incitation à frapper son prochain dans la fosse, sont autant de titres à l'efficacité décapante, qui assurent le capital "Grindcore" du premier disque.

Ils sont rejoints par des incursions plus expérimentales, par des constructions radicalement différentes des canons du genre, de l'explosion qu'est "Mute" et ses hurlements hystériques soutenus par des frappes véloces sur fond de nappe Noise jusqu'au quasi-religieux "High Fells", rappelant le côté Sludge que Full Of Hell savait déjà distiller dans ses précédents enregistrements. Ce chant habité, grave, presque possédé, cette trompette (!) qui donne l'impression d'être utilisée par un novice qui actionnerait ses clés complètement au hasard, démarrent la transition vers le second disque. Merzbow prend de plus en plus d'importance dans la collaboration, ajoutant un poids supplémentaire aux chevilles de l'auditeur. Encore engourdis par la raclée monumentale prise dans les premiers titres, on entame un chemin de croix, le paysage se fait plus abstrait, loin de la salle de torture. Notre délire enfiévré peut réellement commencer, soutenu par le tom basse aussi régulier qu'effrayant de "Ljudet Av Gud". Même si ce titre apparaît menaçant, ce "calme" avant la tempête en serait presque reposant. Vous pensiez pouvoir lécher un peu vos plaies ? Que nenni ! La cruauté de Full of Hell revient au galop pour une dernière entaille en traître sur "Fawn Heads And Unjoy", en forme de trip halluciné, par les nappes de Masami Akita, et cette trompette, entre agonie et absence totale de contrôle. Il fallait oser. Ce premier disque est éprouvant, ni plus ni moins. Il met les nerfs à rude épreuve, on en ressort engourdi, lessivé. Merzbow, qui, jusqu'à présent, donnait l'impression d'être un peu effacé, attendait en fait le moment propice pour attaquer. Et finir le travail entamé par Full Of Hell.

Le deuxième disque, intitulé "Sister Fawn" (qui aura bénéficié d'un pressage à part chez A389 Records), s'inscrit dans l’œuvre conséquent de l'artiste Japonais. La Noise, subjective en essence, est toujours compliquée à décrire. Si l'on ne peut effectivement pas isoler de structure classique ou mélodique, les cinq compositions de Masami Akita participent encore plus à l'ambiance générale de la collaboration. Elles sont une sorte de défi que l'auditeur se lancerait lui-même : Vais-je avoir la force et le courage nécessaires à aller écouter quelque chose d'encore plus extrême que ce que je viens de subir ? Vais-je avoir le masochisme nécessaire pour m'infliger une demie-heure de bruit ? A vous de voir. De "Ergot" jusqu'à "Litany Of Desire", Merzbow reste fidèle à lui même en proposant une œuvre d'art abstraite, désagréable, plus que de la musique à part entière. "Merzdrone" et sa batterie abrutissante, couplée à de grandes envolées électroniques, "Crumbling Ore" et ses larsens plaintifs, métalliques, ses sirènes perdues dans le lointain, ou encore l'insupportable "Litany Of Desire" et ses frappes en forme de pénible rituel, la galette entière est indigeste. Merzbow ne cherche pas l'harmonie, il cherche à rendre l'auditeur fou, en faisant tourner ad nauseam les mêmes schémas et les mêmes sons de manière totalement aléatoire. Certains diront que la démarche est facile (à raison, n'importe qui vivant près d'un chantier peut se prétendre artiste de Noise). A titre personnel, je préfère vous dire que "Sister Fawn" est la conclusion logique d'une collaboration noire en essence, qui n'aura eu qu'un seul but : vous achever.

Cette chronique vous a paru longue et désagréable ? Tant mieux. Elle est à l'image de cette œuvre commune. Full Of Hell et Merzbow auront réussi à proposer, au travers de ces deux disques, une expérience musicale et artistique hors de toutes normes, dépassant toute limite. De la violence et du vice débridés du groupe Américain jusqu'aux punitions auditives du bruiteur Japonais, Profound Lore aura balancé à la face du monde apeuré et des masochistes avides un double-disque impressionnant, dans sa démarche jusque dans sa réalisation, qui vous laissera sur le carreau. A déconseiller aux âmes sensibles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
06/04/2016 14:39
note: 6.5/10
Tu fais bien de mettre un point d'exclamation à côté de "trompette", c'est exactement le genre de choses qui m'ont refroidi sur la première partie (en dehors du tracklisting un peu hasardeux (ce qu'on peut défendre quand on fait du free-grind déconstructiviste, après tout). Et curieusement Sister Fawn me semble bien moins abstrait que ce que tu décris, plus rigoureux dans l'agression, limite abattage industriel (question de feeling, là aussi).
Bon, même si ce disque a été une légère déception par rapport aux précédents (Rudiments of Mutilation, c'est juste du bonheur), je continue de chérir ces petits cons d'hybrides noisecoreux, et de les suivre attentivement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Full Of Hell / Merzbow
Grindcore/Noise
2014 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Full Of Hell
Full Of Hell
Grind/Death/Noise - 2009 - Etats-Unis
  
Merzbow
Merzbow
1992 - Japon
  

écoutez
vidéos
Blue Litmus
Blue Litmus
Full Of Hell

Extrait de "Full of Hell/Merzbow"
  

tracklist
DISQUE 1 :

01.   Burst Synapse  (1:01)
02.   Gordian Knot  (0:56)
03.   Humming Miter  (0:44)
04.   Blue Litmus  (2:05)
05.   Raise Thee, Great Wall, Bloodied And Terrible  (2:28)
06.   Thrum In The Deep  (2:42)
07.   Shattered Knife  (0:53)
08.   Mute  (0:33)
09.   High Fells  (4:38)
10.   Ljudet Av Gud  (5:43)
11.   Fawn Heads And Unjoy  (1:23)

DISQUE 2 :

01.   Ergot  (5:17)
02.   Merzdrone  (4:10)
03.   Aphid  (8:15)
04.   Crumbling Ore  (4:09)
05.   Litany Of Desire  (13:46)

parution
25 Novembre 2014

voir aussi
Full Of Hell / The Body
Full Of Hell / The Body
Ascending a Mountain of Heavy Light (Coll.)

2017 - Thrill Jockey Records
  
The Body / Full Of Hell
The Body / Full Of Hell
One Day You Will Ache Like I Ache (Coll.)

2016 - Neurot Recordings
  
Full Of Hell
Full Of Hell
Trumpeting Ecstasy

2017 - Profound Lore Records
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast