chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Goatslave - Procession Of Doom

Chronique

Goatslave Procession Of Doom
Sortie après sortie, la jeune structure qu’est Atavism Records continue son travail de défrichage de la scène underground hexagonale, cette fois-ci à travers une collaboration avec un groupe répondant au doux nom de Goatslave. Une formation obscure dont on ne sait d’ailleurs pas grand-chose puisqu’à l’heure où j’écris ces quelques lignes, il n’y a même pas encore de page à leur nom sur Metal Archives, cette encyclopédie d’habitude si bien renseignée...
Quoi qu’il en soit, il y a des signes qui ne trompent pas. Ainsi, cet artwork et ce logo réalisés par Chris Moyen suffisent pour nous mettre sur la piste de ce qui nous attend à l’écoute de ce premier album intitulé Procession Of Doom. En effet, Goatslave s’adonne sans trop de surprise à la pratique d’un Black Metal bestial et sans compromis rappelant les pires abominations engendrées au début des années 90, Archgoat en tête.

Avoisinant les quarante-cinq minutes, ce premier album s’ouvre sur une introduction assez peu engageante qui, hormis cette sirène et ces samples de conflits armés, me paraît quelque peu hors propos avec ces "ouh/ah" synthétiques et ce beat répétitif. Heureusement, celle-ci laisse très vite la place à l’essentiel : un Black Metal primitif et intransigeant qui, s’il n’invente rien, se montre néanmoins d’une efficacité exemplaire. Et pour être honnête, c’est bien là tout ce qu’on lui demande.
Goatslave tire ainsi sa force de ces riffs simples mais abrasifs et de ces changements de rythmes intéressants qui viennent apporter ce qu’il faut de variété à des titres globalement assez longs (six minutes en moyenne). On retrouve ainsi chez les Français ce même amour que les Norvégiens pour ces trémolos rapides et glacés. Trémolos décharnés qui me font énormément penser à des groupes comme Tsjuder ou Urgehal, notamment pour leur intensité redoutable ainsi que pour ces atmosphères sombres et impitoyables qui en émane ("Salvation Desolation", "Throne Of Hate", "Finished By The Wolves"). Mais Goatslave ne s’inspire pas uniquement de la scène norvégienne. Le groupe troque ainsi sur la deuxième moitié de son album ces fameux trémolos pour une approche beaucoup plus Thrash ("Procession Of Doom", "Six Sex Satan" ou "Goatslave") faisant ainsi écho au meilleur de la scène sud-américaine (Perversor) et australienne (Nocturnal Graves). Mais si les sonorités dégagées ne sont évidemment pas tout à fait identiques, l’énergie et la rage déployées demeurent tout à fait similaires.
Comme évoqué un peu plus haut, la répétitivité des riffs induite par ce Black Metal bestial et primitif est rompue par des breaks salvateurs apportant une dimension nouvelle aux compositions des Français. Goatslave joue ainsi sur une dynamique bien différente en privilégiant le temps d’un break ou d’une courte séquence, des passages mid-tempo parfois brises-nuques (« Salvation Desolation » à 3:47) mais souvent plus portés sur l’atmosphère (le premier tiers de "Salvation Desolation", "Throne Of Hate" à 3:30, "Finished By The Wolves" à 4:47, "Procession Of Doom" à 02:15...). Cela permet ainsi au pauvre auditeur bien souvent malmené de sortir la tête hors de l’eau durant quelques secondes avant de se voir à nouveau embarquer dans un maelstrom de violence.


En dépit d’une personnalité qui manque encore de maturité, Goatslave fait aujourd’hui une entrée remarquée dans le petit monde du Black Metal hexagonal grâce à un premier album plutôt réussi. Pour autant, celui-ci n’est pas exempt de défauts à commencer par cette caisse claire casserole que l’on peut entendre ici et là ("Kingdom Of Rats" en est probablement l’exemple le plus flagrant) ou encore un léger manque de cohésion entre une première moitié plutôt typée Black norvégien et une seconde moitié davantage orientée Black/Thrash. Mais Goatslave est encore jeune puisque, rappelons-le, il ne s’agit là que de son tout premier album. Reste désormais à savoir si le groupe saura se remettre en question et surtout digérer ces quelques influences aujourd’hui encore un peu trop évidentes pour espérer se démarquer. Quoi qu’il en soit, Procession Of Doom constitue une entrée en matière particulièrement convaincante dans son genre qui ne devrait pas laisser insensible tous les amateurs du genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
12/04/2016 15:36
Trois titres sont en écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatslave
Black Metal
2016 - Atavism Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
Goatslave
Goatslave
Black Metal - France
  

tracklist
01.   Intro  (01:04)
02.   Salvation Desolation  (06:00)
03.   Throne Of Hate  (05:59)
04.   Finished By The Wolves  (06:11)
05.   Procession Of Doom  (06:20)
06.   Six Sex Satan  (05:13)
07.   Goatslave  (04:55)
08.   Kingdom Of Rats  (07:06)

Durée : 42:48

line up
parution
23 Mars 2016

Essayez aussi
Judas Iscariot
Judas Iscariot
Distant in Solitary Night

1999 - Moribund Records
  
Marduk
Marduk
Serpent Sermon

2012 - Century Media
  
Inquisition
Inquisition
Obscure Verses for the Multiverse

2013 - Season Of Mist
  
Orthanc
Orthanc
L'Amorce du Déclin

2011 - Hass Weg Productions
  
Taake
Taake
Noregs Vaapen

2011 - Dark Essence Records
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique