chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Goatslave - Procession Of Doom

Chronique

Goatslave Procession Of Doom
Sortie après sortie, la jeune structure qu’est Atavism Records continue son travail de défrichage de la scène underground hexagonale, cette fois-ci à travers une collaboration avec un groupe répondant au doux nom de Goatslave. Une formation obscure dont on ne sait d’ailleurs pas grand-chose puisqu’à l’heure où j’écris ces quelques lignes, il n’y a même pas encore de page à leur nom sur Metal Archives, cette encyclopédie d’habitude si bien renseignée...
Quoi qu’il en soit, il y a des signes qui ne trompent pas. Ainsi, cet artwork et ce logo réalisés par Chris Moyen suffisent pour nous mettre sur la piste de ce qui nous attend à l’écoute de ce premier album intitulé Procession Of Doom. En effet, Goatslave s’adonne sans trop de surprise à la pratique d’un Black Metal bestial et sans compromis rappelant les pires abominations engendrées au début des années 90, Archgoat en tête.

Avoisinant les quarante-cinq minutes, ce premier album s’ouvre sur une introduction assez peu engageante qui, hormis cette sirène et ces samples de conflits armés, me paraît quelque peu hors propos avec ces "ouh/ah" synthétiques et ce beat répétitif. Heureusement, celle-ci laisse très vite la place à l’essentiel : un Black Metal primitif et intransigeant qui, s’il n’invente rien, se montre néanmoins d’une efficacité exemplaire. Et pour être honnête, c’est bien là tout ce qu’on lui demande.
Goatslave tire ainsi sa force de ces riffs simples mais abrasifs et de ces changements de rythmes intéressants qui viennent apporter ce qu’il faut de variété à des titres globalement assez longs (six minutes en moyenne). On retrouve ainsi chez les Français ce même amour que les Norvégiens pour ces trémolos rapides et glacés. Trémolos décharnés qui me font énormément penser à des groupes comme Tsjuder ou Urgehal, notamment pour leur intensité redoutable ainsi que pour ces atmosphères sombres et impitoyables qui en émane ("Salvation Desolation", "Throne Of Hate", "Finished By The Wolves"). Mais Goatslave ne s’inspire pas uniquement de la scène norvégienne. Le groupe troque ainsi sur la deuxième moitié de son album ces fameux trémolos pour une approche beaucoup plus Thrash ("Procession Of Doom", "Six Sex Satan" ou "Goatslave") faisant ainsi écho au meilleur de la scène sud-américaine (Perversor) et australienne (Nocturnal Graves). Mais si les sonorités dégagées ne sont évidemment pas tout à fait identiques, l’énergie et la rage déployées demeurent tout à fait similaires.
Comme évoqué un peu plus haut, la répétitivité des riffs induite par ce Black Metal bestial et primitif est rompue par des breaks salvateurs apportant une dimension nouvelle aux compositions des Français. Goatslave joue ainsi sur une dynamique bien différente en privilégiant le temps d’un break ou d’une courte séquence, des passages mid-tempo parfois brises-nuques (« Salvation Desolation » à 3:47) mais souvent plus portés sur l’atmosphère (le premier tiers de "Salvation Desolation", "Throne Of Hate" à 3:30, "Finished By The Wolves" à 4:47, "Procession Of Doom" à 02:15...). Cela permet ainsi au pauvre auditeur bien souvent malmené de sortir la tête hors de l’eau durant quelques secondes avant de se voir à nouveau embarquer dans un maelstrom de violence.


En dépit d’une personnalité qui manque encore de maturité, Goatslave fait aujourd’hui une entrée remarquée dans le petit monde du Black Metal hexagonal grâce à un premier album plutôt réussi. Pour autant, celui-ci n’est pas exempt de défauts à commencer par cette caisse claire casserole que l’on peut entendre ici et là ("Kingdom Of Rats" en est probablement l’exemple le plus flagrant) ou encore un léger manque de cohésion entre une première moitié plutôt typée Black norvégien et une seconde moitié davantage orientée Black/Thrash. Mais Goatslave est encore jeune puisque, rappelons-le, il ne s’agit là que de son tout premier album. Reste désormais à savoir si le groupe saura se remettre en question et surtout digérer ces quelques influences aujourd’hui encore un peu trop évidentes pour espérer se démarquer. Quoi qu’il en soit, Procession Of Doom constitue une entrée en matière particulièrement convaincante dans son genre qui ne devrait pas laisser insensible tous les amateurs du genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
12/04/2016 15:36
Trois titres sont en écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatslave
Black Metal
2016 - Atavism Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
Goatslave
Goatslave
Black Metal - France
  

tracklist
01.   Intro  (01:04)
02.   Salvation Desolation  (06:00)
03.   Throne Of Hate  (05:59)
04.   Finished By The Wolves  (06:11)
05.   Procession Of Doom  (06:20)
06.   Six Sex Satan  (05:13)
07.   Goatslave  (04:55)
08.   Kingdom Of Rats  (07:06)

Durée : 42:48

line up
parution
23 Mars 2016

Essayez aussi
Cripta Oculta
Cripta Oculta
Lost Memories

2017 - Signal Rex
  
Archgoat
Archgoat
Whore Of Bethlehem

2006 - Hammer Of Hate Records
  
Burzum
Burzum
Hvis Lyset Tar Oss

1994 - Misanthropy Records
  
Iskandr
Iskandr
Zon (EP)

2016 - Haeresis Noviomagi
  
Lvpvs Infestvs
Lvpvs Infestvs
Post Fata Resvrgo

2009 - Black Shirts Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique