chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ihsahn - Arktis.

Chronique

Ihsahn Arktis.
Surprenant et prometteur, "Das Seelenbrechen" était annonciateur d'une délicieuse descente aux enfers pour notre Norvégien. Globalement plus torturé et oppressant, ce cinquième album cassait la routine d'un post-black progressif en intégrant bon nombre de nouveaux éléments tels que du noise, de l'ambient et de l'électronique dans une atmosphère des plus sombres. Seule ombre au tableau pour ma part : une seconde partie d'album peu convaincante qui ne passe toujours pas écoutes après écoutes. La suite, je l'attendais logiquement du même acabit, en mieux évidemment. Mais Ihsahn est un petit malin et se joue de nous une fois encore.

A l'écoute de ce nouvel album, j'en viens à me poser la question du pourquoi de "Das Seelenbrechen". Notre homme a-t-il traversé une sale épreuve dans sa vie ? Un sona complet un dimanche ? Une pénurie de bière ? Madame qui fait la grève du sexe ? Si noir et si beau malgré ses défauts, il compte pour moi ce qu'Ihsahn a pu produire de meilleur à ce jour. Si vous aviez été séduit par ce délicat cauchemar, le réveil risque d'être un peu difficile car "Arktis." change une nouvelle fois de cap pour revenir à une musique plus ouverte à l'image de l'artwork. Peut-être lui-même étouffé par ce bloc de noirceur, Ihsahn se lance à la découverte des grands espaces immaculés de blanc et nous fait prendre un immense bol d'air pur. Les compositions de montrent étonnamment épiques, voire folkloriques et brassent l'ensemble de la carrière du bonhomme : on entend ici et là du Hardingrock, du Peccatum, du Emperor et bien sûr du Ihsahn, ancienne et nouvelle version... Un joyeux melting-pot qui illustre finalement bien l'hétérogénéité du contenu que propose "Arktis.". Et comme si ça ne suffisait pas, il semblerait que le géniteur ait été piqué par la même mouche qu'Akerfeldt : on retrouve en effet de nombreuses sonorités progressives et d'inspirations du rock des années 70, parfaitement intégrées et diluées dans cette masse difforme qui semble n'appartenir à aucune époque.

Vous l'aurez compris, il y a ici à boire et à manger et chacun pourra piocher ce qui lui plaît. Malgré tout, force est de constater qu'Ihsahn excelle dans chaque exercice, touchant dans les moments les plus calmes, sans pitié lorsqu'il s'agit de durcir le ton, inventif dans ses transitions, ne négligeant pas le feeling des passages rock ou la justesse des sonorités électronique... Si le travail de composition est impressionnant, il va de paire avec une réalisation qui fourmille de détails rendant le tout incroyablement riche et une prestation d'une justesse à la hauteur de la réputation de l'homme. Outre les fantastiques leads qui parsèment l'album, ses capacités vocales me scotchent un peu plus chaque fois, aussi bien en chant clair qu'en hurlements. Et histoire de varier les plaisirs, le beau-frère Einar Solberg viendra également pousser la chansonnette sur l'ultime conclusion "Celestial Violence", de quoi vous inciter à aller écouter le dernier Leprous si ça n'est pas déjà fait.

Difficile de trouver quoique ce soit à reprocher à ce sixième album qui brille par sa quasi-perfection. Aucun remplissage, aucune faute de goût, le voyage que représente "Arktis." est total et devrait combler les amateurs de metal progressif et de musique aussi éclectique que raffinée. Vous serez à coup sûr touchés par sa beauté glacée et par les paysages grandioses qu'il dépeint, tout comme je l'ai été, indubitablement. Reste à savoir ce que vous attendez d'un album d'Ihsahn. En ce qui me concerne, après avoir goûté à "Das Seelenbrechen", je n'ai pu me résoudre à simplement rêver en regardant la fonte des glaciers et les aurores boréales. Quelque chose m'a manqué. Ce poison. Encore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
19/04/2016 00:01
Neurocatharsis a écrit : Eremita est assez complet et a pas mal d'accroche, mais pour moi After reste le chef d'oeuvre de sa carrière solo. S'en est même frustrant de savoir qu'il n'a atteint ce niveau qu'à une seule occasion après Emperor et Peccatum.

Merci, Eremita passe effectivement très bien. Je tenterai donc After la prochaine fois.
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
17/04/2016 21:29
Eremita est assez complet et a pas mal d'accroche, mais pour moi After reste le chef d'oeuvre de sa carrière solo. S'en est même frustrant de savoir qu'il n'a atteint ce niveau qu'à une seule occasion après Emperor et Peccatum.
Kedran citer
Kedran
17/04/2016 21:00
Je n'ai plus écouté Ihsahn depuis "The Adversary". Alors c'est un peu une redécouverte pour moi. Et c'est franchement plaisant.

Mais pour le reste de la disco vous me conseillez d'attaquer par quel côté ?
Rapha3l citer
Rapha3l
17/04/2016 19:42
J'ai hâte de l'écouter Sourire
Et pour être totalement honnête, je n'ai pas assez écouté Das Seelebrechen encore...

Ca fait donc deux albums à découvrir Moqueur
Dead citer
Dead
17/04/2016 19:09
note: 8.5/10
@Neurocatharsis: Un très bon album qui ne manque de rien mais c'est juste qu'il ne m'a pas atteint autant que je l'aurais espéré. Trop contemplatif, pas assez maladif.

@The Wanderer: J'ai lu pas mal de réactions dithyrambiques sur cet album et je comprends tout a fait. Merci de ton commentaire passionné Sourire
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
17/04/2016 18:27
Mince, ça brise le mythe.
The Wanderer citer
The Wanderer
17/04/2016 18:23
note: 9.5/10
LANGOUSTE a écrit : Sympa la tof, il skie bien, Ihsahn ? D'ailleurs c'est pas ça, la fameuse "descente aux enfers" ? Faut faire gaffe quand y a beaucoup de poudreuse, c'est dangereux. Mr Green
Ce sont des photographies d'expéditions de Fridtjof Nansen Clin d'oeil https://fr.wikipedia.org/wiki/Fridtjof_Nansen
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
17/04/2016 18:12
Sympa la tof, il skie bien, Ihsahn ? D'ailleurs c'est pas ça, la fameuse "descente aux enfers" ? Faut faire gaffe quand y a beaucoup de poudreuse, c'est dangereux. Mr Green
The Wanderer citer
The Wanderer
17/04/2016 17:18
note: 9.5/10
Il faut prendre le temps d'écouter et de réécouter cet album. Sans linéarité, sa cohérence brisée s'affirme et ce recompose au fur et à mesure des écoutes. Ce sont des falaises abruptes derrière un brouillard de givre. A chaque pas on risque de glisser, de tomber dans un nouvel inconnu, perturbant et angoissant. Arktis est sûrement l'oeuvre la plus poétique d'Ihsahn. Intense et contrastée du début à la fin. Des dégradés de blanc et de gris. Beaucoup de jeux de lumière. Des sonorités surprenantes de prime abord, deviennent ensuite obsédantes, extrêmes dans leur étrangeté. De nombreuses influences qui deviennent confluences puis torrent. On se laisse facilement emporter dans ce mélange de chaos et d'harmonie.

South Winds, In the Vaults, Frail, Crooked Red Line révèlent des ambiances à la fois délicates et menaçantes, en clair-obscur. Pressure ou Disassembled font peser une tension psychologique lourde, presque palpable. Le paroxysme romantique est atteint avec l'imparable et douloureux Celestial Violence, qui clôt idéalement l'album. Je conseille toutefois la version digipack avec le bonus Til Tor Ulven, qui ouvre vers des territoires encore plus profonds et sombres.

Contrairement à Dead, je trouve que l'héritage de l'excellent Das Seelenbrechen ne s'est pas perdu. Il est bien là. Il est même très présent. Assimilé, il est venu enrichir la palette de l'artiste qui offre ici un aperçu beaucoup plus large et varié de ses talents, comme de son jeu de guitare, et de sa voix, qui ne cesse de muer et d'explorer de nouvelles expressions, puissantes ou fragiles, écorchées ou vibrantes, toujours à fleur de peau.
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
17/04/2016 16:13
La note me surprend un peu vu le contenu de la chronique... Un peu avare en points, Dead ? Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ihsahn
Metal extrême progressif
2016 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.43/10
Webzines : (26)  8.47/10

plus d'infos sur
Ihsahn
Ihsahn
Metal extrême progressif - 2005 - Norvège
  

vidéos
Mass Darkness
Mass Darkness
Ihsahn

Extrait de "Arktis."
  

tracklist
01.   Disassembled  (05:02)
02.   Mass Darkness  (03:52)
03.   My Heart Is of the North  (04:43)
04.   South Winds  (05:34)
05.   In the Vaults  (04:09)
06.   Until I Too Dissolve  (05:24)
07.   Pressure  (06:04)
08.   Frail  (03:39)
09.   Crooked Red Line  (04:16)
10.   Celestial Violence  (05:24)

Durée : 49 min.

line up
parution
8 Avril 2016

voir aussi
Ihsahn
Ihsahn
Eremita

2012 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
The Adversary

2006 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
angL

2008 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
After

2010 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
Das Seelenbrechen

2013 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Witherscape
Witherscape
The Northern Sanctuary

2016 - Century Media Records
  
Opeth
Opeth
Watershed

2008 - Roadrunner Records
  
Akercocke
Akercocke
Renaissance in Extremis

2017 - Peaceville Records
  
Opeth
Opeth
Ghost Reveries

2005 - Roadrunner Records
  
Memfis
Memfis
Vertigo

2011 - Autoproduction
  

Album de l'année
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique