chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cobalt - Slow Forever

Chronique

Cobalt Slow Forever
Je ne sais pas comment vous vous souvenez de Eater of Birds et Gin. Pour ma part, j'ai en mémoire des disques inclassables et rageurs au possible. Deux œuvres qui m'ont marqué, à une époque où le terme « post-black » n'était pas encore monnaie courante et où chacun des groupes méritant le terme me frappait d'une mandale au goût d'inédit, malgré une parenté de « genre » (il n'en était pas vraiment un à l'époque – comment mettre dans une même case des entités aussi diverses que Altar of Plagues, Wolves in the Throne Room ou encore Krallice ? –, alors qu'il est aujourd'hui synonyme d'une manière de faire à la limite du cliché... Passons). C'est encore le cas de nos jours, le style de Cobalt n'ayant jamais trouvé d'équivalent chez d'autres formations. Américain jusqu'au bout des ongles, il était, et reste, pour moi le seul à mériter pleinement l'étiquette « USBM » qu'on appose souvent pour des origines géographiques et peu pour des raisons d'ambiance, d'atmosphère d'un pays, que la paire Erik Wunder / Philip McSorley avait su capter.

Donc, forcément, quand j'ai appris que l'une de ses têtes pensantes avait décidé de reprendre du service sept ans plus tard, j'étais heureux, me frottant déjà les mains à l'idée de recevoir un album qui remettrait à toute une scène les pendules à l'heure. J'espérais un retour poursuivant la voie tracée par ses deux prédécesseurs, avec la puissance, la hargne, que j'avais déjà appris à apprécier. Tout simplement.

Mais ce n'est pas ce chemin qu'a suivi Cobalt avec Slow Forever. Il a décidé sur ce double-album de jouer en long et en large, garder son style particulier tout en proposant ce qu'il a de plus mesuré, horizontal. Un choix étonnant, tant la musique perd ici le contraste entre rituel désertique et assaut armé qui faisait le sel d'un disque comme Eater of Birds. Lent, mou, répétant des motifs qui ne demandent pas à l'être, ce quatrième longue-durée pose déjà problème par ses intentions de départ, très éloigné de ce qui me plaisait chez son créateur. Une impression de retrouver mon Amérique défigurée, le départ de Philip McSorley ayant entraîné ce que je pouvais imaginer de pire : amputé d'une de ses moitiés, Cobalt n'est plus capable que de rouler en chaise, filant droit sans sursaut (jusqu'à une batterie où « feeling » s'écrit au passé), sans intensité.

Il en faut du courage pour s'enquiller les quatre-vingt-trois minutes de Slow Forever. Plus rock (paraît-il qu'il y a même du Tool ici – alors que j'ai, à mon avis, plus de chances de retrouver mes clés dans ces compositions que des passages me rappelant le groupe de Maynard James Keenan), il traîne ses quelques riffs sans entrain, cherchant à instaurer un rite qui ne prend pas. Tout semble engoncé, entre volonté de trancher avec l'ancienne mouture de Cobalt et un riffing tablant sur les mêmes cordes sudistes sans posséder le groove, l'acidité, d'un morceau comme « Praying Mantis » par exemple. Et que dire de ces interludes à la guitare sèche, sinon qu'ils sont le couperet final à toute forme d'investissement dans ce qui est proposé ici ? Auparavant dur, batailleur, sulfureux, Cobalt est devenu chiant. Peut-être soigné, minutieux même (la production est on-ne-peut-plus adaptée à ce sujet, granuleuse tout en laissant parler chaque instrument), mais unilatéralement chiant.

Mais ce qui fait passer Slow Forever décidément de l'autre côté de la barrière n'est finalement pas son concept qui n'aurait, seul, inspiré chez moi qu'un ennui passager avant d'aller écouter d'autres artistes, façon « ce n'est pas pour moi mais je respecte ». Non, ce qui me donne le sentiment qu'ici Cobalt fait plus que rater le coche et trahit ce qui était son esprit (oui, un groupe, même présent à seulement 50 %, fait ce qu'il veut et oui, c'est sa création et non la mienne – ce qui n'empêche pas d'avoir un avis sur celle-ci ; c'est même pour le partager qu'on est là, notez) se situe dans sa nouvelle recrue, le débarqué de Lord Mantis et Nachtmystium Charlie Fell. Sa voix est affreuse, stridente pour rien, loin de cette colère congestionnée appelant aux armes d'autrefois, tout en cherchant à la copier. Une horreur à entendre, tant le mimétisme est catastrophique, sonnant faux, tombant dans des intonations hardcore qu'avaient su éviter jusque-là les Ricains, passant de chefs de file à troufions n'ayant jamais quitté leur rocking chair, se rêvant combattants en faisant les déstockages de l'armée. D'extérieur tel qu'on l'avait connu, Cobalt devient au fur et à mesure une ombre de ce qu'il avait été. Une resucée qui a perdu tout ce qui le rendait implacable. Du toc.

Soyons clair : si pour vous le black metal est plus que des apparats, qu'il se doit d'être punk, furieux, entêtant de fièvre, alors Slow Forever n'est pas black metal. Par contre, si pour vous le post est synonyme de choses peaufinées, précieuses, prout-prout, où l'on passe plus de temps à réfléchir sur ce que l'on entend qu'à véritablement l'apprécier, alors désolé, mais c'est ce qu'est devenu Cobalt. Ne vous faites pas avoir par la pochette : on se situe plus du côté de la contrefaçon Kylo Ren que de l'original Dark Vador.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

|Raspoutine| citer
|Raspoutine|
19/10/2016 11:21
note: 8/10
Voir un 2/10 après les tueries déjà pondues, il me tarde de l'écouter celui-là !
Kasteel citer
Kasteel
04/10/2016 09:42
note: 7/10
2/10 !? OUCH !

Je ne l'ai pas suffisamment encore écouté pour le noter, mais il aura tout de même la moyenne Sourire
Mais je comprends une partie de la critique, et personnellement je ne l'écoute pas en hésitant avec l'excellent Eaters of Birds mais en tant qu'un autre groupe, bien que proche.
gregwar citer
gregwar
28/09/2016 15:44
L'album est effectivement décevant mais n'est pas mauvais pour autant. Ca manque de moments forts, c'est sans surprise et un peu fade. Manque de hargne et de puissance comme le signale Ikea. Manque cette impression de folie et ce sentiment de fin du monde qu'on avait à plusieurs moments sur les albums précédents.
Le son est très bon.Le chant ne me déplaît pas mais ne m'impressionne pas non plus.
Je conseille à ceux qui n'ont jamais écouté l'ancien Cobalt. Les autres seront sûrement déçus comme moi, ou écœuré comme Ikea.
Ikea citer
Ikea
26/07/2016 12:47
note: 2/10
Oui, beaucoup ont apprécié l'album. Fais toi ton propre avis, tout n'est peut-être pas perdu ! Clin d'oeil
Sakrifiss citer
Sakrifiss
26/07/2016 12:41
Il y a eu des chros optimistes aussi, donc ça pourrait te convenir !
gregwar citer
gregwar
26/07/2016 10:00
Album commandé sans l'avoir écouté et avant d'en lire la moindre chronique. Quelle connerie...
gulo gulo citer
gulo gulo
25/07/2016 11:52
Si tu veux être vraiment plombé, écoute le disque.
AxGxB citer
AxGxB
25/07/2016 10:52
Argh, deux... J'ai même pas encore lu la chronique que me voilà plombé :/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cobalt
Post Black Metal
2016 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 2/10
Lecteurs : (4)  6.63/10
Webzines : (13)  7.93/10

plus d'infos sur
Cobalt
Cobalt
Post Black Metal - 2003 - Etats-Unis
  

tracklist
Slow

01.   Hunt the Buffalo
02.   Animal Law
03.   Ruiner
04.   Beast Whip
05.   King Rust
06.   Breath
07.   Cold Breaker

Forever

01.   Elephant Graveyard
02.   Final Will
03.   Iconoclast
04.   Slow Forever
05.   Siege

Durée : 83 minutes 53 secondes

line up
parution
25 Mars 2016

voir aussi
Cobalt
Cobalt
Gin

2009 - Profound Lore Records
  
Cobalt
Cobalt
Eater Of Birds

2007 - Profound Lore Records
  

Essayez plutôt
Krallice
Krallice
Years Past Matter

2012 - Autoproduction
  
Progenie Terrestre Pura
Progenie Terrestre Pura
U.M.A.

2013 - Avantgarde Music
  
Ghost Bath
Ghost Bath
Moonlover

2015 - Northern Silence Productions
  
Rorcal / Process of Guilt
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")

2014 - Cal Of Ror / Lost Pilgrims / Nooirax Productions / Bleak Recordings / Wolves and Vibrancy Records / Labyrinth / Chaosphere / GPS Productions
  
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Two Hunters

2006 - Southern Lord Recordings
  

Déception de l'année
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique
Bark
Like Humans Do
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
Exuvia
Lire la chronique