chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Baptism - V: The Devil's Fire

Chronique

Baptism V: The Devil's Fire
La première écoute du 5ème album de BAPTISM n’a pas du tout, mais alors pas du tout correspondu à ce que j’en attendais. J’ai poussé des soupirs à répétition, j’ai maudit Lord Sargofagian de vouloir évoluer et de perdre finalement les caractéristiques qui me faisaient adorer son groupe, j’ai pesté... Car auparavant le Finlandais était à ranger aux côtés des meilleures formations de son pays, avec SATANIC WARMASTER, SARGEIST ou HORNA grâce à un black mélodique génial d’un bout à l’autre. Souvenez-vous de la chro de As The Darkness Enters, sorti en 2012. J’y vantais l’équilibre entre le trve black et l’ouverture excessive. Des ambiances envolées, des mélodies sautillantes, des vocaux clairs à la BLOOD RED FOG, des titres qui devenaient imprévisibles.

J’ai donc commencé par faire la moue face à V : The Devil’s Fire, car je ne reconnaissais pas cette description. J’ai donc reposé les écouteurs, laissé passer quelques journées, le temps de digérer que le style avait changé, et je suis replongé dedans en connaissance de cause. Et là, effet contraire. Je m’étais convaincu que cet album était du trve sans mélodie, je l’ai redécouvert finalement bourré de trouvailles accrocheuses. Sûr qu’il n’a plus la luminosité excessive du précédent, mais il reste extrêmement ouvert aux sonorités variées. C’est la comparaison qui m’a trompé, et bien trompé. La lumière est toujours là, moins constante, moins aveuglante, mais toujours là !

Elle met aussi un peu de temps à arriver. Après « Natus Ex Ignis », une introduction instrumentale de moins de 2 minutes, on se retrouve avec le titre « Satananda » qui galope, qui bourrine, qui se veut être un black metal très cru. Mais qui semble malheureusement à la portée de n’importe quel autre groupe débutant de black avec un minimum de haine au fond de ses tripes : batterie en mode accéléré, vocaux râpeux, guitares agressives... Mais voilà, il faut être patient et ne pas se braquer car le véritable visage de BAPTISM apparaît à partir de 3 minutes 30. Un riff typique de la formation fait son apparition, légèrement en arrière, mais très fidèle aux Finlandais. On commence à frétiller, et une minute plus tard apparaît une nouveauté : des chœurs à tendance épique ! Le morceau prend une nouvelle dimension. Ça y est, on retrouve bien le talent de Lord Sargofagian. Sur cette piste il est épaulé par Infection de HORNA. Ces deux groupes sont très fortement liés au point de partager leur line-up. Lord Sargofagian a été le batteur de HORNA en 2007. Les relations sont restées excellentes. Et sur ce nouvel album de BAPTISM, on retrouve des musiciens qui œuvrent déjà pour HORNA. Le chanteur Spellgoth qui se fait appeler ici SG.7 et le batteur, LRH. Les deux autres membres sont le guitariste TG (TRUE BLACK DAWN / TROLLHEIM’S GROTT), et le bassiste Syphon (TRUE BLACK DAWN aussi). La fine équipe quoi... Normal de trouver des similitudes entre les uns et les autres...

Le schéma musical de « Satananda » se retrouve sur le morceau suivant, « The Sacrament of Blood and Ash », peut-être trop fidèlement d’ailleurs, avec encore un début en fanfare survolté, assagi par un break puis une mélodie encore en retrait - mais qui parvient à s’emparer de notre âme - et surtout avec encore les mêmes chœurs épiques. On se dit alors qu’on va y avoir droit à chaque piste, mais non, l’artifice ne sera pas réemployé jusqu’à en user la corde. A noter que c’est la voix de Mikko Kotamäki (SWALLOW THE SUN) qui est en renfort sur cette piste. Le dernier invité, sur « Buried With Him » sera Antti Boman, chanteur du groupe de death technique DEMILICH.

Sans vouloir tomber dans la chro track par track, je suis obligé de parler du morceau suivant, « Devil’s Fire » qui est le dernier à vouloir se montrer plus méchant qu’il n’est réellement. Lui aussi commence sur les chapeaux de roue avant de prendre les légèretés mélodiques déjà énoncées. Il se fend aussi d’un soli plus progressif, mais avec un feeling evil.

Les quatre morceaux restants sont moins axés sur l'esprit "démoniaque". « Abyss » et « Malignant Shadows » font le chemin inverse des autres en commençant par la mélodie pour arriver à l’agressivité, et « Cold Eternity » a beau être rapide, il met cette mélodie plus en avant. « Buried With Him » propose quant à lui un long final calme et apaisé, avec un rythme lent et un orgue discret.

BAPTISM a gardé son talent de composition, et il faudrait faire la fine bouche pour ne pas être touché par les nouveaux titres. Ils sont très matures, bien équilibrés, mais je garderai une préférence pour l’album précédent qui donnait l’impression de se lâcher plus, de rester plus en mémoire. Il était plus jouissif et plus instantané.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
04/09/2016 16:11
Celui-là est clairement plus accessible, les voix claires sont mielleuses, on dirait de la pop des fois ! J'adore les voix claires dans les albums de black mais là c'est limite trop.
Blaise citer
Blaise
31/07/2016 01:30
Peut-être oui. Histoire de vérifier, j'ai vraiment enchainé les deux aujourd'hui, je trouve ce dernier au moins aussi mélodique, avec des voix claires encore très présentes, juste que le clavier a effectivement moins sa place, et la production est plus rugueuse, mais il n'en demeure pas moins accessible.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/07/2016 02:25
note: 7.5/10
Tu ne penses pas que c'est toi qui est de plus en plus rompu au black ? Parce que l'album précédent était beaucoup plus mélodique, avec plus de claviers apparents que celui-ci...
Blaise citer
Blaise
29/07/2016 22:21
J'ai encore besoin d'écoutes pour un avis plus tranché, mais BAPTISM devient clairement de plus en plus accessible, sans heureusement renier son passé et son identité, et gardant un niveau d'inspiration respectable. J'ai peur d'être lassé plus rapidement que le précédent.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Baptism
Trve Black Mélodique
2016 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (9)  7.94/10

plus d'infos sur
Baptism
Baptism
Trve Black Mélodique - 1998 - Finlande
  

tracklist
01.   Natus ex Ignis
02.   Satananda
03.   The Sacrament of Blood and Ash
04.   Devil's Fire
05.   Abyss
06.   Cold Eternity
07.   Malignant Shadows
08.   Buried with Him

Durée : 45:54

line up
parution
22 Juillet 2016

voir aussi
Baptism
Baptism
As the Darkness Enters

2012 - Northern Heritage
  

Essayez aussi
Aegrus
Aegrus
Devotion for the Devil

2015 - Drakkar Productions
  
Niedergang
Niedergang
Átszellemülés

2016 - Werewolf Promotion
  
Pure
Pure
J'aurais dû

2017 - Symbol of Domination Prod.
  
White Death
White Death
White Death

2017 - Werewolf Records
  
Plaga
Plaga
Trąby Zagłady / Pożeracze Słońc (Compil.)

2014 - Hellfire Records
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique
Bark
Like Humans Do
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
Exuvia
Lire la chronique