chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

16 - Lifespan of a Moth

Chronique

16 Lifespan of a Moth
16, le groupe de sludge, le groupe de Zoloft Smile et Drop Out, le groupe street et street cred, le groupe qui te donne envie de taper la gym, faire du skateboard et regarder de nouveau la série The Wire en même temps, le groupe qui colle les poumons au béton, le groupe qui transforme le cerveau en macédoine de gris, le groupe ultra-jouissif et ultra-plombant, le groupe qui fait revivre les nineties... 16, cette année, a vingt-cinq ans d'existence, a connu à peu près toutes les merdes possibles et pourtant, 16 est toujours là et 16 revient avec un nouvel album.

Je ne vais pas insister sur le bonheur que c'est à entendre. Impossible, selon moi, de ne pas tomber sous le charme des menaces des Ricains, loin de toutes classifications faciles (« entre Grief et Unsane », ça vous paraît clair, à vous ?) et cependant tellement pertinents dans les images iconiques qu'ils véhiculent, des images de prison quotidienne – la vie sous les barreaux, la vie dehors, la même chose, le même ennui, la même envie de frapper les murs et leurs habitants –, que je vois mal comment refuser ces plaisirs-là, au point de devenir un fan obtus de la formation, en dépit d'une discographie un brin fluctuante niveau qualité.

…Et donc, 16 revient, 16 sort un nouveau disque, un peu différent des précédents, comme d'habitude, mais globalement tailladé du logo de la troupe à Cris Jerue, encore comme d'habitude. Arrivé à un certain âge, on ne change plus paraît-il : on persévère, on affine. Et c'est exactement ce que fait Lifespan of a Moth, proposant des titres résumant au poil près les créations de toute une carrière. À la fois noisecore à la frontière de l'industriel, sludge à la frontière du beatdown, stoner à la frontière du thrash (pensez à un High on Fire coincé dans le monde d'aujourd'hui, où le combat n'existe plus, où l'on ne fait que s'épuiser), les Ricains arrivent à rendre leur recette, déjà bien connue, une nouvelle fois forte en émotions et ce, dès une première partie s'étalant de « Landloper » à « The Absolute Center of a Pitch Black Heart » furieuse au possible, où les instruments avancent en mêlée par une dynamique simple et entêtante (ces petites accélérations qui font un effet bœuf).

Oui, aucune grosse surprise à se mettre sous la dent sur Lifespan of a Moth. Mais est-ce vraiment un problème ? On parle bien à propos de ce disque (et de ce groupe) d'alchimie, rare, que seuls ces bonhommes-ci sont parvenus à trouver. Surtout que 16 aime plus d'une fois prendre à revers ici, cf. une fin d'album où les riffs se brouillent, ont une gueule de rien, où la voix s'ébroue dans sa propre misère. À partir de « Secrets of the Curmudgeon », les lignes ont la texture du bitume qui fond sous la chaleur, nous rendant prisonniers dans un monde difforme où l'on se débat pour survivre. 16 est aussi toujours ce groupe « coup de pute » qui a juste, avec l'âge, préféré travailler ses effets. Si les premiers morceaux accrochent directement, donnant envie de tailler la route, la fin retourne aussi simplement qu'on le ferait d'une chaussette. Même le mixage étrange finit par révéler ses attraits, la voix étouffée de Cris Jerue devenant rapidement la personnification de ce que l'on ressent à l'écoute de ces quarante-quatre minutes, tant on se trouve également acculé et également en colère.

Décidément, très peu de critiques à formuler sur cette œuvre de vieux trop âgés pour se reconvertir, mais très expérimentés dans leur domaine. 16 est sans nul doute un des plus beaux restes des nineties. Plus, il semble, depuis son retour avec Bridges to Burn, avoir trouvé une énergie nouvelle, propre à sa condition d'adulte ni prêt pour la retraite, ni adepte de la rédemption, au point de pondre même après plus de deux décennies d'activité, quelques-uns de ses plus gros titres (« Peaches, Cream and the Placenta » ou encore « Pastor in a Coma »). Un nouveau longue-durée qui mérite pleinement le mot « solide » donc, malgré un titre instrumental plat et long en son centre (« Gallows Humor ») lui donnant un ventre mou, son « humeur macabre », autre part si délicieuse, ne créant qu'une indifférence polie ici. Mais, ce passage à vide mis de côté, 16 reste – j'ai cherché à vous le faire comprendre à force de répétitions – un groupe pas comme les autres. Et certainement pas un groupe auquel on dit « non ». Devant lui, plein de révérence, on baisse les yeux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
16/11/2016 12:24
"Si les premiers morceaux accrochent directement, donnant envie de tailler la route, la fin retourne aussi simplement qu'on le ferait d'une chaussette."
haha !
C'est tout à fait ça !
Il te prend en traitre le fumier, avec ses faux air d'album sympa mais relativement inoffensif sur les premières pistes (qui sont très bonnes néanmoins), t'es limite en mode easy-listening, tu fais plus gaffe... et puis au fur et à mesure ça glisse, ça glisse... et puis après ça fait mal.
Excellent.
V'la les vicieux.
gulo gulo citer
gulo gulo
27/07/2016 17:51
Oui, hein ^^ C'était l'été, en plus, la saison parfaite pour 16.
RBD citer
RBD
27/07/2016 17:46
Vu sur scène il y a des années... grosse fessée.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
16
Sludge / Noisecore
2016 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.33/10

plus d'infos sur
16
16
Sludge / Noisecore - 1991 - Etats-Unis
  

vidéos
Peaches, Cream and the Placenta
Peaches, Cream and the Placenta
16

Extrait de "Lifespan of a Moth"
  

tracklist
01.   Landloper
02.   Peaches, Cream and the Placenta
03.   The Morphinist
04.   The Absolute Center of a Pitch Black Heart
05.   Gallows Humor
06.   Secrets of the Curmudgeon
07.   Pastor in a Coma
08.   George

Durée : 44 minutes 18 secondes

line up
parution
15 Juillet 2016

voir aussi
16
16
Zoloft Smile

2002 - At A Loss Recordings
  
16
16
Bridges To Burn

2009 - Relapse Records
  
16
16
Curves That Kick

1993 - Bacteria Sour Records
  
16
16
Drop Out

1996 - Pessimiser Records / Theologian Records
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique