chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Witherscape - The Northern Sanctuary

Chronique

Witherscape The Northern Sanctuary
Witherscape n’était pas juste un énième « side-project » éclair de Dan Swanö, cette époque frivole semble révolue. Le Suédois assagi et épaulé de son acolyte dandy moustachu Ragnar Widerberg se focalise sur sa dernière progéniture, condensé de ses premiers émois metal (du heavy/power au death) et rock 70/80’s. Le duo revient après un The Inheritance en 2013 acclamé par les critiques puis un EP The New Tomorrow (un nouveau morceau et des reprises) l’année suivante. Pas de Travis Smith cette fois mais un artwork (impressionnant de technique) de l’Hongrois Gyula Havancsák (Annihilator, Destruction ou Stratovarius parmi les plus connus mais aussi le groupe Nightingale de Dan). Paul Kuhr (Novembers Doom) reste lui toujours à l’écriture des paroles et continue sur l’histoire de cette maison hantée rachetée par « l’homme en blanc », 50 ans plus tard. Une maison désormais restaurée dont les chambres sont louées aux citadins des grandes villes souhaitant le silence nordique suédois. Des locataires qui ne se doutent pas que leur lit repose sur une des portes de l’Enfer…

Difficile pour certains (moi compris évidemment) mais il va falloir s’y faire (et attendre une annonce qui sait ?), Witherscape ne prétend pas à devenir un Edge Of Sanity-bis, point de Crimson III ou de successeur à Purgatory Afterglow. Une musique aux références de l’adolescence de Dan Swanö mais désormais d’avantage dans l’esprit du lumineux Moontower (death progressif aux touches de claviers « à paillettes », mélodies « arc-en-ciel » et refrains « cheveux au vent ») couplé à Nightingale. Witherscape, enfin Dan (encore compositeur principal), rogne ses titres pour une musique plus « directe » et moins progressive (l’album « concept » en second plan), rappelant même par moment un Soilwork dernière génération. Le ratio 50/50 entre les growls et le chant clair demeure, mais cette fois des grognements de Dan à la puissance « défrise pubis ». Je pense que le père Swanö n’avait jamais autant poussé la gueulante dans un groupe, à en vomir du sang sur la moquette (« Marionette ») ! Quant à ses lignes vocales non gutturales, elles sont tout aussi captivantes. Globalement plus sobres ni jamais à rallonges ou sombrant dans la mièvrerie, même lorsqu’il monte légèrement (« Rapture Ballet » ou « God Of Ruin » à 0:58), son timbre mélancolique est des plus touchants (l’enchaînement « The Examiner » et « Marionette »).

Là où The Inheritance péchait sur des longueurs cassant l’envoutement et un manque d’accroche constant, The Northern Sanctuary possède enfin son lot de mélodies et de refrains entêtants (l’indécrottable « The Examiner ») sur chaque titre sans exception. Certes on notera quelques passages moins efficaces (notamment sur « Divinity ») mais globalement la galette demeure d’une fluidité exemplaire. Simpliste au premier abord sauf que le perfectionniste Dan a le souci du détail. Outre les arrangements cachés, les transitions sont parfaitement calibrées où breaks violents/planants se muent aux mélodies/refrains dans un format concis. Tout cela jouant avec des atmosphères aux contrastes différents, que ce soit le Diabolical Masquerade (fameux arpèges ambiancés et passages « grand guignolesques ») dès l’ouverture « Wake Of Infinity » (que l’on retrouvera aussi sur le morceau éponyme), la balade schizophrénique « Marionette » ou le morceau éponyme, « ovni » de 13 minutes, vitrine parfaite du patchwork metal/rock « made by Swanö ». On en aurait aimé plus dans ce genre, l’excellence aurait sans aucun doute été atteinte. Le reste est clairement efficace mais pourra paraître légèrement convenu, surtout pour ceux ayant dévorés les précédents travaux de Dan Swanö. Mais comme toujours concernant le gaillard (productions incluses), la qualité subsiste.

Espérons que The Northern Sanctuary passe l’épreuve du temps et qu’il ne soit pas un sublime objet recouvert de poussières à l’instar de son prédécesseur. Pour le moment je ne m’en lasse pas. Dan Swanö retrouve ici la recette du hit qui trotte et à l’impact conséquent, peut-être pas aussi marquants que ses habituels tubes dans Edge Of Sanity mais la certification « ‎kvalitet » est bien présente. Certains seront peut-être déçus d’un aspect progressif moindre et d’un revirement plus « simpliste ». Un sentiment qui disparaitra après plusieurs écoutes attentives et analyse de l’effort effectué dans les compositions, le morceau de conclusion comme porte étendard du savoir-faire de maître Swanö. Indubitablement avec un équilibre « progressif / accroche » mieux dosé et une légère dose de surprises, l’ensemble des adeptes embrassera entièrement la cause Witherscape.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

TempleOfAsgaard citer
TempleOfAsgaard
12/11/2016 20:11
note: 9/10
Album génial, skeud de l'année pour moi !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
05/08/2016 01:52
Un vrai bon album. Je regrette un peu le côté decrescendo de puissance qui fait que l'album commence à bloc puis s'assagit un peu... Mais les compos restent toutes de qualité. J'attends maintenant avec impatience le projet "retour aux sources brutales" que nous promet le Monsieur !
Kedran citer
Kedran
29/07/2016 21:55
C'est vrai qu'il était vraiment sympa. Je vais peut être me laisser tenter. La chronique de Mitch donne envie en tout cas.
NightSoul citer
NightSoul
29/07/2016 07:45
J'avais adoré le premier ! Une édition vinyle pour celui-ci ne serait pas de refus Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Witherscape
Metal extrême progressif
2016 - Century Media
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (19)  8.84/10

plus d'infos sur
Witherscape
Witherscape
Metal extrême progressif - 2013 - Suède
  

tracklist
01.   Wake of Infinity  (04:38)
02.   In the Eyes of Idols  (03:58)
03.   Rapture Ballet  (04:25)
04.   The Examiner  (05:03)
05.   Marionette  (04:37)
06.   Divinity  (03:02)
07.   God of Ruin  (05:32)
08.   The Northern Sanctuary  (13:44)
09.   Vila i frid  (01:54)

Durée : 46:53

line up
parution
22 Juillet 2016

voir aussi
Witherscape
Witherscape
The Inheritance

2013 - Century Media
  

Essayez aussi
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Silent Circus

2003 - Victory Records
  
Anciients
Anciients
Heart of Oak

2013 - Season Of Mist
  
Opeth
Opeth
Ghost Reveries

2005 - Roadrunner Records
  
Seneca
Seneca
Reflections

2009 - Lifeforce Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me

2002 - Lifeforce Records
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique