chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Inquisition - Bloodshed Across the Empyrean Altar Beyond the Celestial Zenith

Chronique

Inquisition Bloodshed Across the Empyrean Altar Beyond the Celestial Zenith
Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à l’occasion de la chronique de leur avant-dernier album, Inquisition représente pour moi l’essence même de l’Art noir. Combien de groupes peuvent se targuer d’avoir engendré des albums aussi forts les uns que les autres, sans faute de goût aucune, chaque fois inspirés et parfaitement maîtrisés ? Bien peu à la vérité. Bloodshed Across The Empyrean Altar Beyond The Celestial Zenith, le nouveau-né, s’inscrit définitivement dans cette veine. Il ne décevra pas les amateurs du groupe, pas plus que les férus de BM racé. L’inspiration et la science de la composition sont toujours présentes ; les traits caractéristiques du groupe également.

On retrouve en effet les mêmes structures que sur Obscure Verses For The Multiverse ou Ominous Doctrines Of The Perpetual Mystical Macrocosm, la même dynamique globale. Un virage a été pris à cette époque, en (petite) rupture avec les précédents (et magnifiques) albums du groupe (Invoking the majestic throne of Satan en tête, Magnificent glorification of Lucifer et Nefarious Dismal Orations) où la vitesse pure et une certaine forme de brutalité dominaient. Le mid-tempo est désormais la norme même si les accélérations restent meurtrières ; il l’est encore sur ce nouvel album dont la dimension nocturne est encore accentuée (l’intro ténébreuse et grondante : The Force before Darkness). From Chaos They Came, le premier véritable titre, tranche de suite dans le vif et donne le ton. Le son est organique et puissant et les lead sont reconnaissables entre mille. L’impression de maîtrise, qui se dégage depuis toujours de leurs albums, resurgit une nouvelle fois. Les cassures s’enchaînent sans briser la dynamique, la batterie jouant ici le rôle de fil conducteur, son blast alimentant la machine quand la guitare part constamment en digressions mélodiques / agressives. L’équilibre est parfait mais ça, on le savait déjà. Toutefois, pointe déjà une petite critique (car le niveau reste très élevé), qui sera le fil rouge de cette chronique. Les riffs sont excellents mais déjà entendus. Comme l’impression que le diable se mord la queue.

Cette impression se retrouve à l’écoute de Wings of Anu et Vortex from the Celestial Flying Throne of Storms, les titres suivants. Si ces titres sont très puissants, on sent le groupe un poil en roue libre, comme en pilotage automatique. La faute à des structures très efficaces mais finalement éprouvées depuis 7 albums. La surprise fait donc défaut. L’apport d’idées neuves également (la voix travaillée sur A black Aeon shall Cleanse ou sur The Flame of Infinite Blackness before Creation constitue une petite évolution). Wings of Anu ou From Chaos They Came, par exemple, sont des merveilles de puissance et de dissonance maîtrisée mais leurs petits frères habitent sur Obscure Verses For The Multiverse ou Ominous Doctrines Of The Perpetual Mystical Macrocosm (Force of the Floating Tomb ou Hymn for a dead star par exemple). Vortex from the Celestial Flying Throne of Storms est excellent mais évoque directement Invoking the majestic throne of Satan dans l’idée.

Sur ces titres, comme sur les trois suivants (A black Aeon Shall Cleanse ; The Flame of Infinite Blackness before Creation et Mystical Blood), c’est le même schéma qui se répète, un schéma qui a fait ses preuves depuis longtemps : soli d’intro puis accélération brutale et retour/alternance avec de jolis arpèges aériens (les beaux arpèges d’intro sur The Flame of Infinite Blackness before Creation ; même chose sur Through the Divine Spirit of Satan a Glorious Universe Is Known). Les accords hantés de Dagon confèrent comme toujours aux morceaux une aura totalement satanique/occulte (et sa voix grondante, qui change, sur A black Aeon shall Cleanse et sur The Flame of Infinite Blackness before Creation). Les soli occupent une place très importante sur ce nouvel album (comme sur les deux derniers…). Les arrangements sont légion, y compris sur la batterie où Incubus nous démontre une fois encore toute l’étendue de son talent. Les séances de tapping succèdent aux petits arrangements de cymbales, ce qui fait ressortir toute la richesse des titres et leur confèrent un aspect mystique propre à la personnalité du combo.

Comme sur les albums antérieurs, le choix du mid-tempo s’avère payant. Il souligne les contrastes et la richesse des compos. Les accélérations ne sont pas écartées (Mystical Blood) ; elles servent également le propos du groupe en créant autant de cassures et de relances. Et quelques nouveautés peuvent même être notées. La recette est ainsi d’autant plus savoureuse lorsque le groupe entreprend de mêler dans sa structure la recherche de vitesse et de mélodie (Through the Divine Spirit of Satan a Glorious Universe Is Known ou Bloodshed Across the Empyrean Altar Beyond the Celestial Zenith par exemple, où le mid-tempo prend tout son sens et confère de l’emphase au titre). Les lead mélodiques, aériens donnent une belle épaisseur aux morceaux, surtout lorsqu’ils s’accompagnent de cassures plus nocturnes, plus mystiques (Bloodshed Across the Empyrean Altar Beyond the Celestial Zenith et ses soli déjantés et hautement addictifs ; Power from the Center of the Cosmic Black Spiral et ses breaks punk sombres). La volonté de proposer des mélodies plus fortes est ainsi patente à compter de Through the Divine Spirit of Satan a Glorious Universe Is Known.

A Magnificent Crypt of Stars, Outro: The Invocation of the Absolute, the All, the Satan et Coda: Hymn to the Cosmic Zenith, qui clôturent l’album, apportent une dernière touche occulte à l’ensemble. On y retrouve, sur le premier nommé, les mêmes breaks dissonants, classiques, et les mêmes accélérations dévastatrices. Les deux derniers titres renforcent l’atmosphère de mort qui a ouvert le disque, par des sons issus d’incantations maladives.

Comme ses prédécesseurs, ce nouvel album est une merveille de richesse artistique dont le seul défaut est d’arriver après six autres productions hors normes. Car même si un sentiment de déjà entendu domine, le niveau est à ce point élevé que l’écoute n’en est pas gênée. Et, à la différence du dernier artwork qu’à titre personnel, je trouvais fort médiocre, la nouvelle pochette est du meilleur effet. Une nouvelle pierre à l’édifice noir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Sunn0)) citer
Sunn0))
07/02/2017 20:57
note: 5.5/10
Déjà, la pochette est nulle, un gribouillis gris sur une tache de sang, non.
Je l'ai beaucoup écouté, la sauce ne prenait pas lors de 6 premières écoutes (c'est souvent bon signe je trouve), les 6 autres toujours pas, bon... Je vais les voire les en live et... y'a pas l'étincelle qui il y a d'habitude. C'est ça le problème les titres sont de qualité (comme toujours), mais y'a un truc qui fait que je ne décolle jamais à l'écoute, j'aime bien... et c'est tout, ce qui est hautement insuffisant pour du Inquisition.
Enfin, les 13 titres ça fait un peu long, même si les outro sont vraiment réussies.
La déception de l'année, il manque clairement de la saveur qu'ont tous les albums précédents.

Sakrifiss citer
Sakrifiss
06/10/2016 18:09
Bien ! Un poil trop de titres par contre. Dur à digérer les 13 pistes.
Sagamore citer
Sagamore
23/08/2016 17:31
Messieurs, vos goûts plastiques m'échapperont toujours (même si celle de Girardi élevait clairement le niveau, bien que ce ne soit pas sa plus belle oeuvre).
gulo gulo citer
gulo gulo
23/08/2016 17:10
Sagamore a écrit : gulo gulo a écrit : Je crois que j'arriverais bien mieux à en voir les qualités si la jaquette n'était si hideuse.

Je la trouve tellement plus belle que les affreuses créations d'Antichrist Kramer, pourtant...


Je pense surtout à la pochette d'Into the Infernal Regions, magnifique, et puis à celle apr Girardi pour le précédent. Toutes deux merveilleuse appropriées à l'album y contenu.

Mais je pense aussi que celle du nouveau est purement et simplement moche, dans l'absolu.
northstar citer
northstar
23/08/2016 16:47
Sagamore a écrit : gulo gulo a écrit : Je crois que j'arriverais bien mieux à en voir les qualités si la jaquette n'était si hideuse.

Je la trouve tellement plus belle que les affreuses créations d'Antichrist Kramer, pourtant...

Noooonnn!question de goûts, mais je kiffe totalement le style de Kramer .
Sagamore citer
Sagamore
23/08/2016 16:35
gulo gulo a écrit : Je crois que j'arriverais bien mieux à en voir les qualités si la jaquette n'était si hideuse.

Je la trouve tellement plus belle que les affreuses créations d'Antichrist Kramer, pourtant...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
23/08/2016 11:19
note: 5/10
Je pense quand même qu'il y a de la basse dans les versions studio, d'ailleurs Dagon est parfois crédité en Guitars / Vocals / Bass et ça semble être le cas sur ce dernier (selon Metallum).

Par contre, elle est volontairement sous-mixé, histoire de renforcer les graves du spectre mais de passer tout de même inaperçue pour conserver l'esprit guitares / batterie.
Funky Globe citer
Funky Globe
22/08/2016 07:51
Ya pas de basse chez Inquisition.
Une batterie et une gratte. Point barre.
gulo gulo citer
gulo gulo
20/08/2016 15:12
Je crois que j'arriverais bien mieux à en voir les qualités si la jaquette n'était si hideuse.
Goodnacht citer
Goodnacht
19/08/2016 15:17
Superbe album, dans mon top 3 de cette anné !
Du vrai black (mais pas trve ;-)

Un poil moins exceptionnel que les 2 derniers mais toujours aussi excellent !

J'arrive pô à discerner la basse sur l'album... Y'en a ???




KPM citer
KPM
19/08/2016 10:33
The Flames of Infinite Blackness Before Creation : le morceau qui sort du lot !
AxGxB citer
AxGxB
19/08/2016 00:27
Pas trop de surprises effectivement mais ce nouvel album est une fois de plus un (très) bon cru.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Inquisition
Black metal
2016 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (16)  7.69/10
Webzines : (23)  8.32/10

plus d'infos sur
Inquisition
Inquisition
Black metal - 1989 - Colombie
  

tracklist
01.   Intro: The Force Before Darkness
02.   From Chaos They Came
03.   Wings of Anu
04.   Vortex from the Celestial Flying Throne of Storms
05.   A Black Aeon Shall Cleanse
06.   The Flames of Infinite Blackness Before Creation
07.   Mystical Blood
08.   Through the Divine Spirit of Satan a Glorious Universe Is Known
09.   Bloodshed Across the Empyrean Altar Beyond the Celestial Zenith
10.   Power from the Center of the Cosmic Black Spiral
11.   A Magnificent Crypt of Stars
12.   Outro: The Invocation of the Absolute, the All, the Satan
13.   Coda: Hymn to the Cosmic Zenith

Durée : 56:32

line up
parution
26 Août 2016

Essayez aussi
Waxen
Waxen
Agios Holokauston

2014 - Moribund Records
  
Krolok
Krolok
Flying Above Ancient Ruins

2017 - Hexencave Productions
  
Ordinul Negru
Ordinul Negru
Sorcery of Darkness

2015 - Loud Rage Music
  
Vemod
Vemod
Venter På Stormene

2012 - Terratur Possessions
  
Pyriphlegethon
Pyriphlegethon
The Murky Black of Eternal Night

2017 - Iron Bonehead Productions
  

Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique