chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hypocrisy - Abducted

Chronique

Hypocrisy Abducted
Quelle transformation ! Après seulement 3 albums dont deux très brutaux et un plus varié et doom dans l’esprit, Hypocrisy semble petit à petit trouver sa voie, mené par un Peter Tagtgren dont les talents de producteur et de compositeur éclatent enfin au grand jour. « Abducted » est l’album le plus connu du groupe (talonné de prêt par « The Final Chapter »), notamment parce qu’il comprend le tube interplanétaire « Roswell 47 ». Et là je me dois une fois de plus de faire mon difficile, en criant à la face du monde mon étonnement que cette chanson, excellente au demeurant, soit considéré comme LE tube du groupe, là ou tant d’autres de leurs titres m’inspirent bien plus d’émotions que cette chanson sur nos amis les petits bonhommes verts.

Mais passons sur ce détail, « Abducted » est un album particulièrement varié, regroupant absolument tout ce qu’on peut faire avec deux guitares, une basse et une batterie: du brutal (« Abducted », « Killing Art »), du mélodique (« Roswell 47 », « Paradox »), du doom (« When the Candle Fades »), et même des ballades (« Slippin’ Away » et « Drained »). (vous ne m’en voudrez pas d’occulter une bonne cinquantaine de variations sur ces thèmes là, sinon ma phrase perd tout de suite beaucoup de son effet).
Oui, vous avez bien lus, j’ai parlé de ballades, avec du chant pas hurlé, du son pas saturé, et des blasts..pas blastés. Néanmoins, oubliez la guimauve et l’idée d’embarquer une nana pour un petit slow, ça reste quand même très sombre dans l’esprit…et c’est magnifique. Ces deux chansons sont magistrales, et le fait qu’elles concluent l’album après des titres passablement bourrins ne me choque même pas. Je suis très fort je sais.

Autant vous le dire tout de suite, le véritable assassin de Kennedy était…euh oui, autant vous le dire de suite, il est impossible d’être déçu avec cet album, les 13 titres (enfin 11 titres et deux intros / instrus) étant tous aussi excellents dans leur genre (non j’insistes, « Roswell 47 » n’est pas meilleur que les autres). Le groupe a épuré tout ce qui était de trop dans « The Fourth Dimension » pour ne garder que la crème de la crème, à savoir l’alternance des tempos, les riffs de tueurs et les petites mélodies imparables. L’album est globalement moins sombre et désespéré que ses prédécesseurs, propageant une mélancolie plus « lumineuse » en comparaison de ses petits frères portés sur le satanisme, mais l’émotion est toujours présente. Le chant de Peter est notablement moins rauque qu’avant, et ses vocalises beaucoup plus proches du black, et il faut noter l’apport d’un chant clair discret sur quelques chansons.

La production, parlons en, est à l’opposé de « The Fourth Dimension », c'est-à-dire tout bonnement excellente, et d’ailleurs « Abducted » est le premier (et l’annonciateur d’une longue série) album d’Hypocrisy que Peter produira chez lui, aux fameux Studios Abyss. Le son est très froid, déshumanisé, et correspond tout à fait aux types d’ambiances développés, notamment sur les titres les plus posés (comme la fin de « When the Candle Fades » et ce riff de fin du monde).

« Abducted » est donc le premier indispensable de la discographie d’Hypocrisy pour tout métalleux qui se respecte, un achat que vous ne regretterez absolument pas, mais (j’adore conclure comme ça, ça met une petite dose de suspens vis-à-vis de ma prochaine chronique d’Hypocrisy, un peu comme dans les Feux de l’Amour, sauf que Brenda n’épousera pas Tim après sa rupture d’avec Kiki, le canari jaune de Mike…) le meilleur est encore à venir…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
07/09/2013 02:06
L'intro de Roswell 47 rappelle beaucoup Buried Dreams de Carcass.
DarkLord citer
DarkLord
11/08/2006 15:29
note: 9/10
Un album sublime de la part d'Hypocrisy, peut-être l(un d eleur meilleur qui pour ma part arrive presqu'au niveau de l'éponyme.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hypocrisy
Death sous toutes ses formes
1996 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (10)  8.75/10
Webzines : (8)  8.15/10

plus d'infos sur
Hypocrisy
Hypocrisy
Death Mélodique - 1990 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   The Gathering
02.   Roswell 47
03.   Killing art
04.   The arrival of the demons (part II)
05.   Buried
06.   Abducted
07.   Paradox
08.   Point of no return
09.   When the candle fades
10.   Carved up
11.   Reflections
12.   Slippin' away
13.   Drained

Durée totale : 47:15

Réédition digipak :
14.   Fractured Millenium (live)
15.   Legions Descend (live)
16.   Fire in the Sky (live)
17.   Elastic Inverted Visions (live)

line up
voir aussi
Hypocrisy
Hypocrisy
Osculum Obscenum

1993 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Maximum Abduction (EP)

1996 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22 (Réenr.)
(V2.0.08)

2008 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Hypocrisy

1999 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
End of Disclosure

2013 - Nuclear Blast
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique