chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
28 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hypocrisy - Abducted

Chronique

Hypocrisy Abducted
Quelle transformation ! Après seulement 3 albums dont deux très brutaux et un plus varié et doom dans l’esprit, Hypocrisy semble petit à petit trouver sa voie, mené par un Peter Tagtgren dont les talents de producteur et de compositeur éclatent enfin au grand jour. « Abducted » est l’album le plus connu du groupe (talonné de prêt par « The Final Chapter »), notamment parce qu’il comprend le tube interplanétaire « Roswell 47 ». Et là je me dois une fois de plus de faire mon difficile, en criant à la face du monde mon étonnement que cette chanson, excellente au demeurant, soit considéré comme LE tube du groupe, là ou tant d’autres de leurs titres m’inspirent bien plus d’émotions que cette chanson sur nos amis les petits bonhommes verts.

Mais passons sur ce détail, « Abducted » est un album particulièrement varié, regroupant absolument tout ce qu’on peut faire avec deux guitares, une basse et une batterie: du brutal (« Abducted », « Killing Art »), du mélodique (« Roswell 47 », « Paradox »), du doom (« When the Candle Fades »), et même des ballades (« Slippin’ Away » et « Drained »). (vous ne m’en voudrez pas d’occulter une bonne cinquantaine de variations sur ces thèmes là, sinon ma phrase perd tout de suite beaucoup de son effet).
Oui, vous avez bien lus, j’ai parlé de ballades, avec du chant pas hurlé, du son pas saturé, et des blasts..pas blastés. Néanmoins, oubliez la guimauve et l’idée d’embarquer une nana pour un petit slow, ça reste quand même très sombre dans l’esprit…et c’est magnifique. Ces deux chansons sont magistrales, et le fait qu’elles concluent l’album après des titres passablement bourrins ne me choque même pas. Je suis très fort je sais.

Autant vous le dire tout de suite, le véritable assassin de Kennedy était…euh oui, autant vous le dire de suite, il est impossible d’être déçu avec cet album, les 13 titres (enfin 11 titres et deux intros / instrus) étant tous aussi excellents dans leur genre (non j’insistes, « Roswell 47 » n’est pas meilleur que les autres). Le groupe a épuré tout ce qui était de trop dans « The Fourth Dimension » pour ne garder que la crème de la crème, à savoir l’alternance des tempos, les riffs de tueurs et les petites mélodies imparables. L’album est globalement moins sombre et désespéré que ses prédécesseurs, propageant une mélancolie plus « lumineuse » en comparaison de ses petits frères portés sur le satanisme, mais l’émotion est toujours présente. Le chant de Peter est notablement moins rauque qu’avant, et ses vocalises beaucoup plus proches du black, et il faut noter l’apport d’un chant clair discret sur quelques chansons.

La production, parlons en, est à l’opposé de « The Fourth Dimension », c'est-à-dire tout bonnement excellente, et d’ailleurs « Abducted » est le premier (et l’annonciateur d’une longue série) album d’Hypocrisy que Peter produira chez lui, aux fameux Studios Abyss. Le son est très froid, déshumanisé, et correspond tout à fait aux types d’ambiances développés, notamment sur les titres les plus posés (comme la fin de « When the Candle Fades » et ce riff de fin du monde).

« Abducted » est donc le premier indispensable de la discographie d’Hypocrisy pour tout métalleux qui se respecte, un achat que vous ne regretterez absolument pas, mais (j’adore conclure comme ça, ça met une petite dose de suspens vis-à-vis de ma prochaine chronique d’Hypocrisy, un peu comme dans les Feux de l’Amour, sauf que Brenda n’épousera pas Tim après sa rupture d’avec Kiki, le canari jaune de Mike…) le meilleur est encore à venir…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
07/09/2013 02:06
L'intro de Roswell 47 rappelle beaucoup Buried Dreams de Carcass.
DarkLord citer
DarkLord
11/08/2006 15:29
note: 9/10
Un album sublime de la part d'Hypocrisy, peut-être l(un d eleur meilleur qui pour ma part arrive presqu'au niveau de l'éponyme.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hypocrisy
Death sous toutes ses formes
1996 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.83/10
Webzines : (9)  8.36/10

plus d'infos sur
Hypocrisy
Hypocrisy
Death Mélodique - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   The Gathering
02.   Roswell 47
03.   Killing art
04.   The arrival of the demons (part II)
05.   Buried
06.   Abducted
07.   Paradox
08.   Point of no return
09.   When the candle fades
10.   Carved up
11.   Reflections
12.   Slippin' away
13.   Drained

Durée totale : 47:15

Réédition digipak :
14.   Fractured Millenium (live)
15.   Legions Descend (live)
16.   Fire in the Sky (live)
17.   Elastic Inverted Visions (live)

line up
voir aussi
Hypocrisy
Hypocrisy
Hypocrisy

1999 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
The Fourth Dimension

1994 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
A Taste of Extreme Divinity

2009 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
The Final Chapter

1997 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Hypocrisy Destroys Wacken (Live)

1998 - Nuclear Blast
  

Krallice
Ygg Huur
Lire la chronique
Kaiserreich
Cuore nero
Lire la chronique
Helrunar
Niederkunfft
Lire la chronique
Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique