chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Belenos - Kornôg

Chronique

Belenos Kornôg
J’aurai toujours un profond respect pour BELENOS. Et ce pour plusieurs raisons. Avant tout c’est l’un des premiers groupes qui a pour moi permis à la langue française d’être crédible dans le black metal. Ce n’était pas le premier à la proposer, mais il a fait partie de ces formations qui m’ont totalement fait changer d’avis sur la langue de Molière, aux côtés de SETH, ANOREXIA NERVOSA et MYSTIC FOREST. L’autre raison qui me fait toujours respecter le groupe de Loïc Cellier, c’est son acharnement, sa fidélité, et finalement son intégrité envers un style de musique. Parmi les groupes cités ci-dessus, c’est celui qui est « resté ». MYSTIC FOREST avait stoppé ses activités avant que Stefan ne mette fin à ses jours. ANOREXIA NERVOSA a préféré se taire après la démission de Hreidmarr, et les membres ont proposé des projets différents (on regrette que Hreidmarr soit aussi parti de GLACIATION d’ailleurs…). SETH est certes toujours là mais est passé à du black plus agressif et moins chargé émotionnellement qu’à l’époque des Blessures de l’âme. Petite info d’ailleurs pour les retardataires, c’est Saint Vincent de THE ARRIVAL OF SATAN qui est désormais au micro !

BELENOS a pourtant lui aussi évolué, mais en gardant gardé la même ligne de conduite, les mêmes bases.. La progression a été lente et logique, au fil des sorties. Et en comparant le premier album Errances Oriniques (2001) avec le petit dernier Kornôg, on reconnaît sans difficulté la patte de son créateur. Certaines choses ont changé, comme la langue. Le passage du français au tout breton s’est fait entre 2007 (Chemins de Souffrance) et 2010 (Yen Sonn Gardis). Avant, cet hommage régional ne se trouvait que dans des noms de morceaux, ou dans les thématiques. Kornôg garde le breton, ce qui m’a à nouveau fait râler. Je vais me prendre ma volée de bois vert, mais je préférais, de loin, le français. Je me sentais plus concerné par des paroles que je comprenais… Enfin, d’autres apprécieront à nouveau « l’originalité ». Autre différence, autre nuance par rapport aux débuts, la nervosité est devenue plus discrète, plus fondue dans d’autres sentiments. Moi je regrette les accélérations et agressivités de « Morfondu », « Suppôt du néant », « Terre de brume »... Ce qui n’enlève pas les qualités du BELENOS actuel, soyons clairs.

Peu à peu, BELENOS a moins misé sur l’agressivité et la spontanéité, mais ces éléments n’ont pas disparu. Les parties surexcitées sont encore légion comme sur les trois premières minutes d’« E donder ar mor ». Mais il y ajoute volontiers des ambiances plus observatrices, contemplatives qui racontent quelque chose. Le titre cité est ainsi complété par une cornemuse, des chœurs masculins puis un solo à la guitare. Chaque titre mêle ce genre d’éléments, avec parfois des guitares acoustiques, des vocaux féminins éthérés en introduction (« Armorika »), la voix de Loïc plus torturée et plaintive (« Lidkerzh an anaon »)...

En fait, j’ai envie de comparer les titres des deux premiers albums à des cris. Et ceux de ce tout dernier à une énorme fresque. On y trouve beaucoup plus de détails, de parties cachées, d’évolutions au sein d’un morceau. Ce serait exagéré de parler de progressif, mais on s’en approche, du moins de ce que serait du « pagan progressiste ». Surtout sur les titres fleuves que sont « D’an usved », qui fait près de 13 minutes, et « Sord-mor » avec ses 8 minutes enchainées par une dernière piste instrumentale qui en semble le prolongement, 3 minutes où un piano s’invite pour finir l’album en douceur.

C’est un nouvel album très réfléchi, de ceux pour lesquels on aime employer le mot de « maturité ». On sent que le leader est appliqué, perfectionniste même. Et que 6 ans étaient bien nécessaires pour succéder à Yen Sonn Gardis. Tout y a été pesé pour créer un équilibre efficace, une œuvre sans manques, suffisamment proche de ses racines pour satisfaire le fan, suffisamment peaufinée pour ne pas donner l’impression d’une redite trop flagrante. « Trop flagrante », oui, car c’est tout de même inévitable quand on joue du BELENOS depuis si longtemps.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
15/09/2016 11:54
Je l'ai reçu ce matin, vus en concert plusieurs fois, je connais leurs précédentes sorties, mais c'est mon premier achat, donc pour la redite...

Déjà le digi est superbe, un bel objet çà le fait bien, après une écoute, le son est parfaitement adapté aux compos ambiancées, puissantes, variées, épiques, première impression flatteuse, à creuser.

Sagamore citer
Sagamore
12/09/2016 09:46
note: 7/10
Perso, très curieux de pouvoir enfin l'écouter. Belenos ne m'a jamais vraiment déçu et tous ses albums sont de haute qualité. Les deux extraits dispo de ce "Kornog" m'ont bien emballé.
dantefever citer
dantefever
12/09/2016 03:12
Sakrifiss a écrit : dantefever a écrit : Sakrifiss a écrit : dantefever a écrit : J'adore Belenos, mais je préfère la furie celtique des débuts à ce que Loïc Cellier fait maintenant. Spicilège reste leur meilleur album. Rien à redire sur la qualité des compositions plus récentes ( dont ce Kornog semble être l'apogée ) , juste que ça me touche moins. Tu as résumé ma chro !
erf ... vla le commentaire utile
Dis avec d'autres mots, je voulais juste dire : "Nous sommes donc d'accord !".

Ce qui ne sera pas nécessairement l'opinion de tous, j'entends beaucoup d'opinions de personnes plus emballées par les derniers albums.

Je parlais de mon propre commentaire, je me rendais compte qu'en effet, j'avais rien dis de bien pertinent.
j'aime que nous soyons d'accord !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/09/2016 22:44
note: 8/10
dantefever a écrit : Sakrifiss a écrit : dantefever a écrit : J'adore Belenos, mais je préfère la furie celtique des débuts à ce que Loïc Cellier fait maintenant. Spicilège reste leur meilleur album. Rien à redire sur la qualité des compositions plus récentes ( dont ce Kornog semble être l'apogée ) , juste que ça me touche moins.
Tu as résumé ma chro !

erf ... vla le commentaire utile

Dis avec d'autres mots, je voulais juste dire : "Nous sommes donc d'accord !".

Ce qui ne sera pas nécessairement l'opinion de tous, j'entends beaucoup d'opinions de personnes plus emballées par les derniers albums.
dantefever citer
dantefever
11/09/2016 15:43
Sakrifiss a écrit : dantefever a écrit : J'adore Belenos, mais je préfère la furie celtique des débuts à ce que Loïc Cellier fait maintenant. Spicilège reste leur meilleur album. Rien à redire sur la qualité des compositions plus récentes ( dont ce Kornog semble être l'apogée ) , juste que ça me touche moins.
Tu as résumé ma chro !

erf ... vla le commentaire utile
Sakrifiss citer
Sakrifiss
10/09/2016 02:59
note: 8/10
dantefever a écrit : J'adore Belenos, mais je préfère la furie celtique des débuts à ce que Loïc Cellier fait maintenant. Spicilège reste leur meilleur album. Rien à redire sur la qualité des compositions plus récentes ( dont ce Kornog semble être l'apogée ) , juste que ça me touche moins.

Tu as résumé ma chro !
dantefever citer
dantefever
10/09/2016 01:44
J'adore Belenos, mais je préfère la furie celtique des débuts à ce que Loïc Cellier fait maintenant. Spicilège reste leur meilleur album. Rien à redire sur la qualité des compositions plus récentes ( dont ce Kornog semble être l'apogée ) , juste que ça me touche moins.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Belenos
Pagan Black Metal
2016 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Belenos
Belenos
Pagan Black Metal - 1995 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Kornôg
02.   Sklosenn ur vag
03.   E donder ar mor
04.   Lidkerzh an anaon
05.   Treizhadenn-noz
06.   Amorika
07.   D'an usved
08.   Sord-mor
09.   Lusenn an Ankou

Durée : 58:41

line up
parution
9 Septembre 2016

voir aussi
Belenos
Belenos
Yen Sonn Gardis

2010 - Northern Silence Productions
  
Belenos
Belenos
Spicilège

2002 - Sacral Productions
  

Essayez aussi
Skogen
Skogen
I döden

2014 - Nordvis Produktion
  
Enslaved
Enslaved
Isa

2004 - Tabu Recordings
  
Moloth
Moloth
Сага о чёрном марше
(The Black March Saga)

2013 - Lost Reich
  
Cristalys
Cristalys
In Hoc Signo Vinces

2013 - Pagan Pride
  
Orizen
Orizen
Of Life, Death & Salvation

2015 - Autoproduction
  

Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique