chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wederganger / Laster - Split

Chronique

Wederganger / Laster Split (Split-CD)
Quand deux noms très prometteurs se rencontrent pour un Split le résultat est en général à la hauteur, ici on a affaire à deux nouveaux noms de la scène Black des Pays-Bas qui ont déjà fait parler d’eux, en premier WEDERGANGER dont l’excellent « Halfvergaan Ontwaakt » sorti l’an dernier a reçu les éloges de la part de nombreux critiques spécialisés et de fans, et en second LASTER certes un peu moins connu mais qui a fait parler de lui en 2014 avec le très bon « De Verste Verte Is Hier ». Si le match Arnhem / Utrecht est un classique du championnat d’Eredivisie nul doute que l’affrontement de ces deux futurs poids lourds tiendra plus ses promesses que les performances en dent de scie de leurs équipes de football respectives.

Car les points communs entre les deux groupes sont nombreux, outre un premier opus de très grande qualité ils chantent également dans leur langue natale et jouent une musique sombre à haute teneur atmosphérique, où les ambiances prennent le pas sur la violence et la furie. Du coup ceux-ci ne prennent aucun risques en offrant chacun un nouveau morceau, un seul certes mais ils ne se foutent pas de la gueule du monde car ils tournent tous les deux aux alentours d’un quart d’heure, pour plus d’une demi-heure au total. En effet les gars se sont totalement lâchés n’hésitant pas à étirer au maximum leurs nouvelles offrandes mais sans que cela n’affecte leurs qualités respectives, tant ces inédits sont des pures pépites qui confirment tout le bien de leurs créateurs respectifs.

Avec « Klaroenen van de Dood » on débute avec une très longue introduction où ne retentit que le son de la guitare qui est à la fois triste et froide, avant qu’elle ne décide d’y aller plus fort avec l’arrivée du chant écorché (et totalement convaincant) et de la batterie en mid-tempo pour mieux renforcer les ambiances mystiques et mystérieuses. D’ailleurs ces points sont mis en avant via des passages chantés avec des voix très graves et aux accents religieux, qui renforcent ce sentiment présent et même troublant. Du coup pour que ceux-ci s’imprègnent au mieux de l’auditeur le combo a la bonne idée de casser le rythme et de revenir à la même chose qu’au début avec juste la guitare plaintive et torturée, et si cette première partie était plus sur des bases lourdes la seconde reprend elle sur quelquechose de beaucoup plus pêchu et même ultra-rapide où les zicos se lâchent littéralement (entre blast et parties de double sur un tempo bien costaud et lourd), avant de conclure encore une fois via ce son saturé de la guitare seule pour faire doucement redescendre la pression et continuer à rester dans cette ambiance brumeuse et grisâtre. Du coup si ce titre à tiroir (où la musique prend le pas sur les parties vocales) est une vraie réussite et qu’il se digère totalement malgré sa durée, on peut juste regretter que les interludes un peu trop longs et nombreux cassent un peu la dynamique globale, cependant cela reste du très haut niveau et l’on ne peut qu’être impatient d’écouter le résultat du prochain album.

Place dorénavant à « Verdelicht Verraad » qui contrairement à son voisin démarre lui pied au plancher avec des cris et des blasts (qui alternent avec une batterie en mode rapide et à la double précise et efficace), avant que ne se mêle des chœurs guerriers pour donner un léger côté épique et plus mid-tempo. Puis comme pour le morceau précédent l’ensemble finit par se calmer et seule la guitare coupante et gelée se fait entendre, avant que le son des fûts ne réapparaisse de manière très légère et souple puis que l’explosion et la vitesse ne fasse leur retour sur une courte durée. Car ensuite l’ensemble ne va cesser de varier le rythme et les ambiances, entre léger côté tribal et chants religieux atmosphériques en arrière-plan pour donner plus d’envergure et d’ambiguïté à la compo. En mêlant vitesse, puissance et voyage vers l’au-delà le trio nous offre une expérience auditive vraiment impressionnante (qui là aussi distille le chant avec parcimonie) qui ne souffre d’aucun défaut ni longueurs, et dont l’agencement général se révèle impeccable et parfaitement cohérent sur la durée.

Avec en prime un son très brut et au rendu naturel et audible les deux combos bataves ont frappé un très grand coup en cette rentrée qui voit les sorties de qualité s’amonceler depuis quelques temps car même si LASTER remporte de peu le duel face à son « rival », ceux-ci confirment toutes les bonnes choses que l’on pouvait espérer de leur part, ne reste plus désormais qu’à concrétiser tout cela avec un deuxième opus pour chacun, qui espérons-le ne se fera pas trop attendre, tant on a hâte d’écouter la suite de leurs créations et péripéties metalliques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
13/09/2016 10:16
Pas encore écouté mais il me fait de l’œil. D'autant que Wederganger a un sacré potentiel ! (je ne connais pas - encore - Laster)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wederganger / Laster
Black Atmosphérique
2016 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Wederganger
Wederganger
Black Metal - 2013 † 2018 - Pays-Bas
  
Laster
Laster
2012 - Pays-Bas
  

écoutez
tracklist
01.   Wederganger - Klaroenen van de Dood
02.   Laster - Vederlicht verraad

Durée : 32 minutes

line up
parution
6 Mai 2016

voir aussi
Wederganger
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt

2015 - Ván Records
  

Essayez aussi
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Ravendusk In My Heart

1996 - Adipocere Records
  
Monarque
Monarque
Lys Noir

2013 - Sepulchral Productions
  
Manetheren
Manetheren
Time

2012 - Debemur Morti Productions
  
Arcturus
Arcturus
Aspera Hiems Symfonia

1995 - Ancient Lore Creations / Misanthropy Records
  
Wędrujący Wiatr
Wędrujący Wiatr
O turniach, jeziorach i nocnych szlakach

2016 - Werewolf Promotion
  

At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Nuit Macabre
Perversion de Dieu (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity + Origin + Rings Of Saturn + Graveslave
Lire le live report
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique