chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bolt Thrower - The Peel Sessions 1988-90

Chronique

Bolt Thrower The Peel Sessions 1988-90 (Compil.)
Vous le savez déjà probablement mais John Peel est un animateur radio qui a exercé sur la station BBC 1 pendant près de quarante ans entre 1967 et 2004, année de sa disparition. Loin de ces guignols modernes qui se contentent d'introduire des artistes qu'ils n'ont même pas choisi en faisant semblant d'apprécier ce qu'on leur demande de diffuser, John Robert Parker Ravenscroft a toujours eu à cœur d'être là où ne l'attendait pas quitte à se mettre ses dirigeants, les maisons de disques et mêmes les auditeurs à dos. Il faut dire que diffuser du Punk, du Hardcore et du Death Metal à des heures de grandes écoutes était un moyen particulièrement efficace de bousculer l'Establishment anglais jusque-là peu habitué a subir ce genre de déflagrations sans filtres sur les ondes de la plus grande radio du pays. Un travail de diffusion et d'éducation que l'homme avait entamé dès la fin des années 60 en faisant jouer des artistes tels que Pink Floyd, David Bowie, The Soft Machine, Deep Purple, Fleetwood Mac, Jethro Tull, Elthon John et bien d'autres encore...

C'est dans ce contexte de très grande liberté qu'en janvier 1988, John Peel va permettre à un jeune groupe anglais dont personne n'a jamais entendu parler d'enregistrer dans les studios de la BBC quatre titres de son propre répertoire. Quatre titres qui seront diffusés quelques jours plus tard dans toute l'Angleterre. Ce groupe c'est Bolt Thrower qui entre 1988 et 1990 sera ainsi conviés à deux autres reprises pour le même exercice. Des invitations évidemment honorées et que l'on retrouve ici intégralement compilées par Strange Fruit Records (le label de John Peel et Clive Selwood) sous le nom judicieux de The Peel Sessions - 1988 - 90.

Diffusé le 13 janvier 1988, les quatre premiers morceaux revètent un intérêt tout particulier pour les amateurs du groupe de Coventry et cela pour la simple et bonne raison que ce n'est pas Karl Willetts que l'on retrouve au chant mais un certain Alan West. Premier chanteur de Bolt Thrower, celui-ci possède une voix bien différente de celle de son successeur. On est en effet ici beaucoup plus proche d'un registre Punk/Hardcore/Thrash que Death Metal. Une voix qui colle évidément très à ces morceaux que l'on retrouvera six mois plus tard sur In Battle There Is No Law, premier album lui aussi hyper Punk que ce soit dans l'esprit, l'interprétation ou bien tout simplement dans son artwork. Du coup, c'est vrai qu'il est assez déroutant d'entendre la voix relativement intelligible d'Alan West sur des morceaux certes connus mais interprétés d'une manière quelque peu différente sur album. L'influence de Sacrilege sur Bolt Thrower n'en est que plus évidente à l'écoute de ces brûlots typique du Punk/Hardcore/Thrash anglais de l'époque. Il est également à noter que cet enregistrement marque également l'arrivée officielle de Jo Bench en tant que bassiste, un rôle qui était jusque-là tenu par son petit ami, le guitariste Gavin Ward.

En novembre 1988, les Anglais reprennent la direction des studios de la BBC pour enregistrer quatre nouveaux morceaux dont trois figureront sur l'album Realm Of Chaos (Slave To Darkness) qui ne sortira pourtant qu'un an plus tard sur Earache Records. Outre ces trois morceaux ("Drowned In Torment", "Eternal War" et "Realm Of Chaos"), on y trouve également un morceau inédit qui à ce jour ne figure sur aucun album de Bolt Thrower ("Domination"). Quoi qu'il en soit, si rétrospectivement onze mois peuvent sembler bien peu dans la carrière des Anglais, il n'empêche que cette période à vu se contrétiser plusieurs changements à commencer par l'arrivée quelques mois auparavant de Karl Willetts derrière le micro. Un changement qui s'accompagne d'un son nettement moins rachitique que par le passé même s'il conserve les stigmates d'une époque marquée par des productions jugées aujourd'hui obsolètes. Aussi, malgré encore de fortes appétences pour tout ce qui est Punk/Hardcore (ces rythmiques menées pied au plancher, ces riffs simple, ultra nerveux et bien speed...), la musique de Bolt Thrower lorgne quand même davantage du côté du Death Metal. Enfin, même constat que pour les titres de In Battle There Is No Law enregistrés en début d'année, on remarque quelques petites nuances dans l'interprétation ainsi que dans les arrangements (solos quelque peu différents, riffs qui ne sonnent pas tout à fait pareil, vitesse d'exécution, etc). On leur préférera les morceaux de l'album mais l'essentiel était déjà bel et bien là.

Cette compilation se termine naturellement par le dernier passage de Bolt Thrower sur les ondes de la BBC. Nous sommes en juillet 1990 et le groupe est alors entre plusieurs sorties, d'un côté Realm Of Chaos (Slave To Darkness) paru en octobre de l'année précédente puis Cenotaph et War Master à paraître respectivement en janvier et février 1991. Ainsi, à l'exception de "Lost Souls Domain" tiré de l'album précédent (Realm Of Chaos (Slave To Darkness) pour ceux qui on du mal à suivre), tous les autres titres joués par les Anglais sont effectivement des titres inédits. On retrouve d'ailleurs le très bon "Destructive Infinity", bonus uniquement présent à l'époque sur la version CD de l'album (oui, c'était définitivement une autre époque). Sans surprise, le constat est identique à la Peel Session de 1988. En effet, difficile de ne pas préférer la production beaucoup plus massive de Colin Richardson. Tout y est naturellement mieux présenté : la finesse de jeu, la qualité générale du son, le growl rugueux et profond de Karl Willets, l'efficacité des riffs et des quelques solos. Bref, il n'y a même pas match.

Mais que ce soit les Peel Sessions de 1988 ou celle de 1990, ces enregistrements possèdent vraiment un charme tout à fait particulier. Celui d'une époque où diffuser ce genre de musique sur les ondes d'une radio nationale était encore possible. Celui d'une époque pleine de choses à explorer. Et puis la simple idée d'imaginer Karl Willets, Jo Bench, Gavin Ward, Barry Thompson, et Andrew Whale avec trente ans de moins, coincés dans un studio de la proprette BBC a quoi esquisser un petit sourire de satisfaction. Bien entendu, vu les prix relativement élevés pratiqués pour cet objet, on préférera s'intéresser aux dit albums mais pour les fans invétérés de la formation de Coventry, cette compilation est évidemment un must-have. Allez, encore un ou deux live et j'aurai décidément fait tout le tour de la discographie des Anglais. Quelle tristesse...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bolt Thrower
Death Metal
1991 - Strange Fruit
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Death Metal - 1986 † 2016 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Forgotten Existence  (03:58)
02.   Attack In The Aftermath  (03:31)
03.   Psychological Warfare  (03:27)
04.   In Battle There Is No Law  (04:14)
05.   Drowned In Torment  (03:10)
06.   Eternal War  (02:30)
07.   Realm Of Chaos  (03:03)
08.   Domination  (02:44)
09.   Destructive Infinity  (04:17)
10.   Warmaster  (04:32)
11.   After Life  (04:35)
12.   Lost Souls Domain  (03:58)

Durée : 43:59

line up
parution
26 Octobre 1991

voir aussi
Bolt Thrower
Bolt Thrower
...For Victory

1994 - Earache Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Realm Of Chaos (Slaves To Darkness)

1989 - Earache Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Honour - Valour - Pride

2001 - Metal Blade
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
In Battle There Is No Law

1988 - Vinyl Solution
  

Essayez aussi
Disfigured
Disfigured
Blistering Of The Mouth

2008 - Comatose Music
  
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Herpes
Herpes
Awakening Of A Sleeping Madness (Démo)

2012 - Devil's Blood Production
  
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Regain Records
  

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique