chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Motörhead - Another Perfect Day

Chronique

Motörhead Another Perfect Day
L’année 1983 se révèle être charnière pour le monde du Hard-Rock et du Metal car entre l’explosion d’IRON MAIDEN et l’arrivée remarqué des jeunes membres de METALLICA et SLAYER, Lemmy et Philthy doivent remettre les pendules à l’heure suite au décevant « Iron Fist », et au départ de « Fast » Eddie Clarke qui vient de fonder FASTWAY. Le binôme a surpris tout son monde en recrutant en catastrophe l’ancien THIN LIZZY Brian Robertson dont le talent n’est plus à prouver, mais dont on se demande comment va se passer l’assimilation avec les deux fous furieux. Certes le public s’est rendu compte du niveau du bonhomme sur la fin de la tournée américaine, mais il lui restait à capter en studio sa touche personnelle sur les nouvelles compositions et le résultat va en surprendre plus d’un.

Dès la première écoute de ce nouvel album on est vraiment étonné de la nouvelle orientation du trio, car leur son n’a jamais été si mélodique, en plus la production très sèche laisse beaucoup de place à la reverb’ et surtout les nombreux solos de son nouveau membre allongent les morceaux pour leur donner une durée inédite jusqu’à présent. Autant dire que tout cela déconcerte au départ, pourtant quand on s’y penche un peu plus en détail on se rend compte du boulot de titan accomplit par ses géniteurs qui ont réussi à complexifier leur musique tout en la rendant plus abordable, sans que celle-ci ne perde en puissance et en accroche. Car malgré ses nouveaux éléments on reste quand même en terrain connu et balisé, en effet l’intro de basse de « Back at the Funny Farm » qui ouvre les hostilités (comme sur leurs deux précédents disques) nous montre qu’on ne risque pas d’être totalement décontenancés, puisqu’on retrouve la patte typique du trio agrémenté d’un groove plus important et d’un jeu de batterie plus compact et varié.

On sent que le binôme originel s’éclate totalement avec son nouveau gratteux car les gars n’ont jamais autant varié les tempos, alternant à leur aise les morceaux mid-tempo et les autres plus rapides et remuants avec aisance, notamment via Philthy qui n’a jamais été aussi précis et dont on sent qu’il prend son pied à l’instar de ses comparses. « Shine » est un de ces exemples où l’on retrouve tous les ingrédients classiques des précédents disques, le tout avec plus un groove plus affirmé et un chant plus posé qui réussit à garder son agressivité. Si ce dernier est une vraie réussite, que dire de plus sur les monstrueux « One Track Mind » « Dancing on Your Grave » et « I Got Mine » ? Si le premier est un petit bijou de lourdeur, il est sublimé par son introduction ravageuse et surtout les solos de folie qui pendant presque six minutes au total ne nous font pas décrocher un seul instant. Avec les deux autres on est là aussi en pleine nouveauté mais sans dénaturer la base du groupe, on s’en apercevra quand Phil Campbell et Mikkey Dee les reprendront sur scène deux décennies plus tard, car si leur son sera moins personnel ils se fondent impeccablement dans le moule du bombardier. Cependant la collaboration avec Brian Robertson s’arrêtera là car le bonhomme n’a rien fait pour arranger les choses et se faire accepter à la fois par le groupe et les fans. En effet outre ne pas vouloir jouer les anciens morceaux de ses partenaires, son look improbable et coloré en fera la tête de turc du public, avant d’avoir la mauvaise idée de vouloir tenir tête à Lemmy et le concurrencer en matière d’alcools et autres stupéfiants (ce qui est absolument impossible).

Si en 1974 Claude François chantait qu’il était « Mal-Aimé », on pourrait finalement presque en dire autant de ce nouveau bébé qui a été particulièrement mal reçu lors de sa sortie, malgré ses qualités indéniables. Du coup il faudra attendre vingt ans pour qu’il soit enfin remis à l’honneur en concert, où l’on finira par s’apercevoir de ses immenses qualités et qu’il soit redécouvert, d’ailleurs il est dorénavant considéré comme un des tout meilleur disques de la bande toutes périodes confondues, ce que son leader reconnaîtra avec le recul tout comme de nombreux fans. Il n’y a effectivement quasiment rien à jeter et il faut voir l’ensemble comme un aparté dans leur carrière (qui aurait probablement fait exploser le groupe si son nouveau-venu était resté) mais qui est parfaitement en raccord avec ce qui a été fait avant et ce qui fera après, et qui sera le début d’une nouvelle histoire avec les grandes manœuvres qui vont arriver sous peu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
17/03/2018 02:16
Je ne m'étais jamais penché sur cet album, tellement Lemmy en disait du mal. C'est réparé aujourd'hui en achetant une petite triplette avec Iron Fist et Rock n'Roll, trois mal-aimés mais putain qu'ils sont bons et je regrette d'avoir attendu si longtemps, je vais me flageller tiens. Merci pour la Iron!
BBB citer
BBB
19/09/2016 18:56
note: 10/10
Une de mes préférées d'ailleurs la pochette, si ce n'est ma préférée. La petite BD débile qu'on trouvait à l'intérieur valait aussi son pesant de cacahuètes.
Kasteel citer
Kasteel
19/09/2016 17:38
Petit commentaire stupide : il y avait des avertissements pour l’épilepsie avec une telle pochette ? ;-)
gulo gulo citer
gulo gulo
19/09/2016 17:18
note: 10/10
Dans le trio de tête, pour sûr.
L'autre étant Overkill ; et le troisième... sujet à discussion.
BBB citer
BBB
19/09/2016 17:33
note: 10/10
Album plutôt pas très bien accueilli à sa sortie par les fans du groupe à cause d'une approche plus "mélodique" au niveau des guitares qui tranche avec celle de Fast Eddie.
Et finalement on a le troisième meilleur album de Motörhead tout simplement. Aucun déchet, que des excellents titres, une vrai réussite.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Motörhead
Hard - Rock N'Roll
1983 - Bronze Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (12)  9.04/10
Webzines : (2)  8.55/10

plus d'infos sur
Motörhead
Motörhead
Hard - Rock N'Roll - 1975 † 2015 - Royaume-Uni
  

écoutez
vidéos
I Got Mine
I Got Mine
Motörhead

Extrait de "Another Perfect Day"
  

tracklist
01.   Back at the Funny Farm
02.   Shine
03.   Dancing on Your Grave
04.   Rock It
05.   One Track Mind
06.   Another Perfect Day
07.   Marching Off to War
08.   I Got Mine
09.   Tales of Glory
10.   Die You Bastard!

Durée : 44 minutes

line up
voir aussi
Motörhead
Motörhead
Ace Of Spades

1980 - Bronze Records
  
Motörhead
Motörhead
Orgasmatron

1986 - Gwr Records
  
Motörhead
Motörhead
March Ör Die

1992 - Sony Music
  
Motörhead
Motörhead
Iron Fist

1982 - Bronze Records
  
Motörhead
Motörhead
Overkill

1979 - Bronze Records
  

Epidemic
Decameron
Lire la chronique
Animals as Leaders
Animals As Leaders
Lire la chronique
Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique