chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Johansson & Speckmann - Edge Of The Abyss

Chronique

Johansson & Speckmann Edge Of The Abyss
L’avantage avec des gars comme Rogga Johansson et Paul Speckmann est qu’on sait à l’avance quel type de musique ils vont nous offrir, car le suédois et l’américain malgré les années qui passent, et un intérêt moindre du public qu’auparavant, continuent de perpétuer l’héritage du bons gros Death à l’ancienne. Dans la grande quantité de ses nombreux projets actuels (PAGANIZER, THE GROTESQUERY, REVOLTING …) celui avec le légendaire frontman de MASTER est bel et bien le plus alléchant, car si le vétéran d’outre-Atlantique a perdu de sa superbe depuis qu’il s’est installé en République Tchèque il possède encore aujourd’hui une vraie aura et arrive toujours à pondre des titres qui font mouche. Du coup pour ce troisième opus en commun on ne change pas une équipe qui marche, car le binôme reste dans son style ultra-balisé et simple, tout en retrouvant de nouveau le batteur Brynjar Helgetun (habitué à tenir les baguettes dans de nombreux projets du guitariste suédois) et le dessinateur Roberto Toderico qui s’était chargé de l’artwork de « Mask of the Treacherous ». Finalement les seuls changements opérés sont une arrivée sur le label Soulseller Records, et la présence du soliste Kjetil Lynghaug (actuellement dans PAGANIZER), ce qui fait que les choses reprennent où elles en étaient restées et ce « Edge of the Abyss » est le parfait prolongement de son prédécesseur.

On s’en rend compte dès le départ avec les classiques et efficaces « Perpetuate The Lie » et « You’ve Stepped On A Dime » où l’on retrouve le son typique des deux vieux briscards, qui à défaut de nous transcender font correctement le boulot en misant majoritairement sur du tempo rapide où se greffe quelques blasts et parties plus lourdes. En revanche on passe un cran au-dessus avec le très bon « Misanthropy » qui sait faire remuer la nuque comme il faut avec un tempo élevé et un solo de grande qualité, tout comme l’excellent « Turn It Around » qui est une des meilleures réalisations de cet opus. Celui-ci d’une grande variété de rythme passe aisément de la double écrasante au mid-tempo plus basique, le tout avec des accélérations impeccables et puissantes où là encore les leads du guitariste norvégien sont un plaisir à entendre. D’ailleurs toutes ces parties ont été jouées à l’instinct et enregistrées dans la foulée pour tout mettre en boîte en un rien de temps et conserver ce côté spontané agréable.

Après cette première partie fort agréable, la seconde démarre un peu plus difficilement avec « The Last Witness Is Barely Live » qui outre être le morceau le plus long se retrouve un peu plombé par un manque d’inspiration et une rapide répétition des idées, ce qui fait que le tout s’essouffle assez rapidement. Heureusement ça repart sur de bonnes bases avec « The One They All Despised » très classique dans sa construction mais là encore rehaussé par le boulot du gratteux norvégien, avant que les trois derniers titres ne terminent efficacement le travail. Ceux-ci oscillants autour des trois minutes et trente secondes nous offrent tout le panel de la bande avec le très bon et diversifié « The Edge Of The Abyss », ainsi que les brutaux et sauvages « A Concept » et surtout « Already In Disguise » où les blasts sont présents en plus grande quantité et où l’ensemble ne ralentit pratiquement pas du début à la fin.

En à peine plus d’une demi-heure (une durée largement suffisante pour ne pas tomber dans la redondance) les deux compères prouvent qu’ils en ont encore sous la semelle, et surtout qu’ensemble leur musique est plus intéressante et moins linéaire que quand ils sont chacun de leur côté. Car malgré qu’elle soit tellement calibrée et prévisible, celle-ci garde quand même un intérêt certain, surtout quand en amont on a un soliste qui amène une vraie variété et une touche personnelle, comme c’est le cas ici. Certes on aimerait parfois qu’ils prennent un peu plus de risques et sortent du même schéma appliqué par eux-mêmes jusqu’à plus soif depuis des lustres, mais après tout pourquoi changer tant qu’il y’a la passion et que le résultat final est réussi. C’est ici le cas, et même s’il ne tournera pas forcément régulièrement sur la platine on se le remettra avec plaisir, tant il passe bien à l’écoute du fait de sa grande facilité auditive.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Johansson & Speckmann
Death Old-School
2016 - Soulseller Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.05/10

plus d'infos sur
Johansson & Speckmann
Johansson & Speckmann
Death Old-School - 2013 - International
  

tracklist
01.   Perpetuate The Lie
02.   You've Stepped On A Dime
03.   Misanthropy
04.   Turn It Around
05.   The Last Witness Is Barely Live
06.   The One They All Despised
07.   The Edge Of The Abyss
08.   A Concept
09.   Already In Disguise

Durée : 33 minutes

line up
parution
16 Septembre 2016

voir aussi
Johansson & Speckmann
Johansson & Speckmann
From The Mouth Of Madness

2018 - Soulseller Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique