chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
21 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nag - Nag

Chronique

Nag Nag
Sans doute avez-vous vu la vidéo mise en ligne récemment où Sakrifiss, notre tête de jeans à nous, apporte sa vision du black metal. Si oui, vous vous êtes certainement dit que vous étiez heureux de ne pas habiter dans le même pays que ce psychopathe (c'est compréhensible) mais que ce qu'il disait valait d'être entendu. Oui, le black metal peut être plusieurs choses et exprimer diverses émotions, finalement assez éloignées des clichés satanistes ou dépressifs souvent cités. Cependant, si on permet mon intervention de non-vrai, j'ai quand même envie d'apporter un complément. Mon Stupeflip mordu par le froid, pourquoi n'as-tu pas parlé de ce que le black metal a de punk ? Rageur, déçu, rêveur, urbain, NS, oui et encore oui, mais ce qu'il a de mal lavé, clochard et déchiré, non ? Tu-tu-tu, bourgeois, va !

Et donc, Renard (Sakripan), tu aurais très bien pu évoquer ce premier album de Nag dans tes nombreux exemples de sorties récentes captant un « certain » black metal. Ho, je ne doute pas un instant que tu contesteras l'A.O.C. à l'écoute de ce premier album des Norvégiens, recherchant dans ton congélateur à quel Mister Freeze le rapprocher. Pourtant, je t'assure qu'une fois croqué à pleine dent, ce disque te fera le même choc au cerveau que quand on mange une glace trop vite et ce, dès « Mute ». C'est dire comme le thermomètre prend cher ici.

Reprenons : Nag, qui fait honneur à sa configuration « power trio », prend le parti de faire du punk comme du black metal (et vice et versa, comme chez Les Inconnus), mélangeant les deux de telle manière qu'on ne sait plus si l'on écoute l'un ou l'autre. Les tremolos qui donnent envie de courir dans le froid ? Check. Les accords toujours à deux doigts d'être hors tempo ? Check. L'impression hypnotique de se faire poncer le crâne à coups de notes aiguës ? Check. L’exécution fastcore « Strong as Ten » ? Check. La voix enfiévrée, prise dans sa propre tourmente ? Che... Ah, on me dit dans l'oreillette que ce poing mérite un point. Sûr, Arnfinn ne joue pas, sur la forme, dans la même cour que ce qu'on peut imaginer de peinturluré habité par la neige (on se situe plus, à mon sens, proche du Ceremony de la période Powerviolence / Punk) mais le lien se fera rapidement de lui-même, par des backing vocals éructés (la jouissive « What is Punk? » en tête) ainsi qu'une folie appuyée transmettant des impressions similaires au metal le plus schwarz.

Tornade, il y a, soyez-en assuré ! Nag joue vite, très vite. Plus furibard que moribond, il possède, lors de ces vingt-sept minutes, une raideur qui me rappelle cet autre hold-up qu'est l'album L'odeur du sang des trop méconnues teignes de Satan. Les Norvégiens alignent au départ les perles noires sans discontinuer, une grande partie de ce premier essai se déroulant dans une fureur devenant la nôtre. Il parvient même à posséder une ambiance particulière, à la fois rageuse et paranoïaque, montrant que son mix punk/black metal ne s'est pas arrêté à un exercice de style. Il est d'autant plus regrettable que le vent nous arrachant les oreilles s'essouffle en fin, des titres comme « Ancient Wisdom » ou « What if you are Right » étant moins convaincants et bien trop simplistes dans leur synthèse. Malgré un grand écart gardant l'essence des genres sur lesquels il s'appuie, Nag ne sonne que rarement cliché et il est d'autant plus dommage de l'entendre tomber dans certains travers faciles (cf. la trop skateboard « The Last Viking »). D'abord destructeur et indispensable (attendez-vous à ce que l'album revienne régulièrement dans votre lecteur), son effet finit par s'étioler, tout en nous décidant à suivre ce groupe de près.

Un album à l'image du label sur lequel il sort, Fysisk Format étant spécialisé dans ce type de formations reprenant un certain héritage national à leurs sauces (Årabrot, Haust ou encore Okkultokrati) et porteur d'une certaine passion faisant qu'on tombe vite sous le charme. Mais aussi un album qui n'est pas toujours à la hauteur des expériences qu'il mène, bien que ces dernières méritent clairement d'être écoutées. Le black metal, au final, est un peu ce qu'on veut, tant qu'on y fait ce qu'on veut. Et Nag, de ce côté, est indiscutablement black metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
01/10/2016 18:07
Je peux pas dire que j'aime tout. Fray par exemple est trop loin de mes goûts.
Ikea citer
Ikea
30/09/2016 06:19
Cool ! Et le reste te plaît ? Sourire
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/09/2016 04:19
Tiens, j'ai écouté des extraits et tu m'as donné envie d'en savoir plus. Les vocaux sont bons ! Ecorchés, ils transmettent beaucoup de souffrance, imposée et subie.

Merci !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nag
Black Metal / Punk
2016 - Fysisk Format
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.13/10

plus d'infos sur
Nag
Nag
Black Metal / Punk - Norvège
  

tracklist
01.   Mute
02.   Fray
03.   Master
04.   Soon
05.   Nothing
06.   Empire
07.   What is Punk?
08.   The Last Viking
09.   Back to the Castle
10.   Easy Living
11.   Destination Hell
12.   Ancient Wisdom
13.   What if you are Right

Durée : 26 minutes 58 secondes

line up
parution
2 Septembre 2016

Essayez aussi
Dodsferd
Dodsferd
The Parasitic Survival of the Human Race

2014 - Moribund Records
  
Sordide / Satan
Sordide / Satan
Split (Split 7")

2017 - No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Saka Čost / Amertume / Jungle Khôl / Organe
  
Necromessiah
Necromessiah
The Last Hope Of Humanity

2013 - Punishment 18 Records
  
Satan
Satan
Un Deuil Indien

2017 - Throatruiner Records / Deaf Death Husky / Witch Bukkake Records
  
Impaled Nazarene
Impaled Nazarene
Absence Of War Does Not Mean Peace

2001 - Osmose Productions
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast