chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

AC/DC - Let There Be Rock

Chronique

AC/DC Let There Be Rock
En cette année 1977 le monde du rock sous toutes ses formes est en plein révolution, car entre le déclin de certains mastodontes (THE WHO, LED ZEPPELIN, THE ROLLING STONES) et l’arrivée du Punk Outre-Manche et Outre-Atlantique, la scène électrique mondiale est en pleine (r)évolution. Si du côté des Britanniques on assiste à l’émergence de MOTÖRHEAD, de l’autre côté de la planète des Australiens du nom d’AC/DC font déjà résonner la foudre et ne vont pas tarder à exploser dans le reste du monde avec leur nouvel album. Il faut dire qu’un pas de géant a été effectué entre celui-ci et leurs précédentes réalisations, pourtant on ne peut pas dire que « High Voltage » et « Dirty Deeds Done Dirt Cheap » ne soient pas des bons disques, simplement même si ceux-ci contenaient déjà le son du quintet et leurs lots de futurs classiques, ils étaient handicapés par une production légèrement faiblarde et une certaine baisse de régime entre les compositions. Ici au contraire il n’y a rien de tout ça, d’ailleurs pour s’assurer d’un son plus à la hauteur les gars l’ont carrément enregistré tous ensemble comme lors d’un concert, ce qui lui donne un rendu d’une puissance remarquable où enfin la musique du groupe est à la hauteur de ses prestations scéniques enflammées. Ce qui n’est que justice tant le niveau d’écriture des frères Young et des paroles de Bon Scott font preuve de plus de maturité (et continueront de s’affirmer dans le futur), pour signer leur premier chef-d’œuvre et le début de leur âge d’or artistique.

La différence entre les précédents et le nouvel opus est en effet titanesque, et on a presque du mal à croire qu’il s’agit exactement des cinq mêmes gars qui sont présents, car on est soufflé dès les premières notes de « Go Down ». On reconnaît instantanément les riffs découpés d’Angus et Malcolm Young, ainsi que la batterie binaire de Phil Rudd et pourtant tout y est beaucoup mieux, plus rock et moins blues. La puissance est énorme et la production (toujours signée Harry Vanda et George Young) crachote légèrement, n’hésitant pas à y joindre les larsens pour plus d’authenticité. Si cette première compo et la suivante (« Dog Eat Dog ») font preuve d’un classicisme sans surprises et assumé, le morceau-titre qui déboule juste après est une pièce majeure de l’histoire du quintet et même du Hard-Rock en général. Nous comptant l’histoire du rock en reprenons le ton et l’idée de la genèse il fait depuis sa sortie la joie du public sur les scènes du monde entier où sa durée rallongée à l’extrême avec une série de solos totalement divins, en complément de la rythmique simple et efficace et des paroles impeccables. « Bad Boy Boogie » fait lui aussi partie de ces grands moments, bien que mis à la trappe par la bande pendant très longtemps sa rythmique et son groove ont fait mouche instantanément, et sous ses airs basiques il se révèle bien plus recherché qu’on pourrait le croire, tout comme « Overdose » (qui a remplacé « Crabsody In Blue » pour les pressages internationaux) très lourde et sombre où sa longue intro qui monte progressivement renforce ce sentiment.

N’hésitant pas à réenregistrer pour l’occasion l’excellent « Problem Child » (tiré de son disque précédent), dans une version légèrement raccourcie, celle-ci nous permet de voir la hausse sensible de leur niveau de jeu en à peine plus d’une année, avant que n’arrivent là-encore deux pièces majeures. En premier l’énorme « Hell Ain’t A Bad To Be », qui n’est pas une chanson sataniste comme les puritains américains l’ont cru, il s’agit en fait de raconter comment le rythme incessant et délirant des tournées peut être infernal pour ceux qui y sont confrontés. En tout cas outre la qualité des textes, il ne faut pas oublier cette introduction mémorable et ce sens du rythme encore une fois tout en simplicité et à l’efficacité remarquable, tout comme l’ultime « Whole Lotta Rosie » qui là encore marque les esprits par son début facilement mémorisable, et parfait pour faire grimper l’ambiance. Sur un tempo rapide Bon Scott s’est inspiré d’une de ses nombreuses conquêtes, celle-ci aux formes très avantageuses et à l’appétit sexuel insatiable l’avait profondément marqué. Encore maintenant elle est un indispensable des concerts du quintet, ainsi que la poupée gonflable géante qui a marqué les esprits à tout jamais, d’ailleurs elle est régulièrement citée dans les meilleurs titres composés par les deux frères.

Presque quatre décennies après avoir vu le jour cette galette reste aujourd’hui probablement la plus violente et radicale enregistrée le gang, et celle où Angus se déchaîne le plus en y injectant le plus de solos et l’énergie la plus totale. Plus rien ne semblait donc être en mesure d’arrêter l’ensemble, même pas le départ dans la foulée du bassiste Mark Evans (qui sera remplacé par Cliff Williams - lequel enchaînera directement avec la longue tournée prévue), finalement anecdotique tant son successeur le fera rapidement oublier. Sous cette forme définitive voilà les gars des antipodes prêts à envahir la planète et à en découdre sur scène comme avec leurs détracteurs, qui trouveront le moyen de faire encore plus fort par la suite, ce qui n’est pas une mince affaire tant ce bijou se plaça immédiatement lors de sa sortie au panthéon du Hard-Rock.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
18/10/2016 18:11
note: 10/10
Sur les premières versions (et imports australiens) la tracklist ne comportait pas 'Problem Child' (issu de l'album 'Dirty Deeds Done Dirt Cheap') mais 'Crabsody in Blue'. Dommage car ce morceau, un blues, est vraiment super bien..
hammerbattalion citer
hammerbattalion
18/10/2016 16:25
Mon premier AC/DC, et surement le premier album de "vrai rock" acheté, souvenez-vous, les k7 avec l'autocollant représentant un point d'exclamation blanc sur fond jaune.

Bref, je lui aurais bien mis 10/10, mais dans ce cas j'aurais mis 11/10 à Powerage, et 10,5/10 à Highway To Hell.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AC/DC
Hard Rock
1977 - Atlantic Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (7)  9.21/10
Webzines : (6)  9.45/10

plus d'infos sur
AC/DC
AC/DC
Hard Rock - 1973 - Australie
  

tracklist
01.   Go Down
02.   Dog Eat Dog
03.   Let There Be Rock
04.   Bad Boy Boogie
05.   Problem Child
06.   Overdose
07.   Hell Ain't A Bad Place To Be
08.   Whole Lotta Rosie

Durée : 40 minutes

line up
voir aussi
AC/DC
AC/DC
Back In Black

1980 - Atco
  
AC/DC
AC/DC
Powerage

1978 - Atlantic Records
  
AC/DC
AC/DC
Rock Or Bust

2014 - Columbia Records
  

Essayez aussi
Helms Alee
Helms Alee
Night Terror

2008 - Hydra Head Records
  
Cult of Luna
Cult of Luna
Eternal Kingdom

2008 - Earache Records
  
Trust
Trust
Trust

1979 - CBS
  
Letlive.
Letlive.
The Blackest Beautiful

2013 - Epitaph Records
  
Mutoid Man
Mutoid Man
Helium Head (EP)

2015 - Sargent House
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique