chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Asphyx - Incoming Death

Chronique

Asphyx Incoming Death
Selon ma formule consacrée, je ne vais pas te faire l’insulte de te présenter Asphyx. Vu maintes et maintes fois en concert (et jamais déçu), adoré sur album, tu ne vas pourtant pas échapper à ma litanie de vieux con. Asphyx est le death metal. Comme bien peu peuvent s’en targuer. Asphyx n’a jamais commis de faute. Comme bien peu peuvent s’en targuer. Et, à la différence de tous ces groupes copié-collé, soit 95% de la scène à mon sens depuis 1990, Asphyx sait composer des albums intéressants, puissants, qui ne ressemblent à personne d’autre. Car la gangrène du death, tu l’auras compris – et c’est ce qui me l’a fait lâcher depuis plus d’une décennie – c’est la photocopieuse ou l’imprimante 3D à idée, qui permet de dupliquer à l’infini ce qui a déjà été fait et refait 1000 fois. Asphyx n’est pas de ceux-là et Incoming Death va te le prouver à nouveau.

On peut avoir pondu des chefs d’œuvre incontournables (The Rack et Last One on Earth), être revenu d’entre les morts (Death… the brutal way, Deathhammer) ou avoir simplement enquillé les albums de bon niveau en léger pilote automatique (God cries, Embrace the death et On the wings of Inferno), et être toujours aussi efficace et surprenant presque 30 ans après. Car Incoming death est une perle, d’une diversité qui pourrait vous surprendre.

Tu trouvais Deathhammer trop mou ? Candiru attaque pied au plancher pour une mandale de 2’40 qui troue la chair. Incoming Death en fera de même quelques minutes plus tard. Le mélange presque parfait de gros death et de pointes de thrash fonctionne à merveille (It Came from the Sky encore où les accélérations à la Slayer se font sentir).

Tu trouvais Asphyx lourd ? Incoming death est écrasant. Le son est surpuissant – tout en restant totalement organique, d’une épaisseur presque étrange. En un mot, il est palpable. Il suinte le gras, le goudron, le plomb en fusion, enrobant les titres de plusieurs couches opaques quasi impénétrables (The feeder, Wardroid, Wildland Fire parmi d’autres…). Un régal.

Le mid-tempo d’Asphyx est efficace ? Son intérêt est multiplié au contact de ce son râpeux, chaud comme un pyjama en pilou-pilou où le sentiment de pilonnage en règle attrape de suite l’auditeur (Division Bradenburg). La structure n’est pas sans rappeler les vieux Bolt Thrower, ce mid-tempo guerrier magnifique bien mis en avant. Point de cassure ici mais de la reptation vicieuse, de l’avancée gueule dans la boue, dans l’ombre. Car la force de cet album – comme de certains autres d’ailleurs (Deathhammer en tête, Last one… aussi), c’est de parvenir à rester extrêmement brutal en mêlant pourtant à ses structures death une louche plus que conséquente de gros doom. Car à bien y regarder, Asphyx est de plus en plus un groupe de doom death. Moins lent que Winter certes, mais obsédé par le ralentissement ultra gras, par les tonalités souterraines et des sons de grattes à faire bouger les plaques tectoniques (Wardroid, The Feeder, Forerunners of the Apocalypse).

La mélodie n’est pas évacuée de ce bloc de granit. La dimension épique de certains morceaux non plus. The Grand Denial, pièce centrale de plus de 7 minutes, rampe à son tour, gratte tronçonneuse aux sons profonds et basse rondouillarde en berne, jolis soli parsemant le titre (Subterra Incognita aussi, dans une moindre mesure avec son final au piano ou encore Death: the Only Immortal). Placé ainsi au centre de l’album, ce morceau n’en brise pas la dynamique mais permet simplement de montrer une autre facette du groupe – sombre – et offre ainsi, à mi-parcours, une respiration bienvenue qui permet de basculer confortablement dans la seconde partie de l’album (le final à la guitare sèche est superbe). La transition est brutale car Incoming Death, le titre éponyme, qui suit est une claque thrashy, quasi punk qui tranche considérablement avec The Grand Denial, mode Serenade in Lead des temps anciens.

Si tu ajoutes à toutes ces qualités, un artwork certes classique mais qui ne t’induira pas en erreur sur la marchandise, tu auras dans les mains, une fois ton achat fait (je te félicite pour ton courage de ne pas télécharger), un produit haut de gamme comme le groupe en produit depuis 30 ans désormais, diversifié et sans faute de goût. La grande classe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

RBD citer
RBD
26/10/2016 21:02
Difficile d'ajouter quelque chose quand Raziel chronique... Il a même vu l'apport majeur de ce disque dans une discographie fournie, même si l'on s'en tenait seulement aux albums faits avec Drunen : la DIVERSITE. Les changements de rythme sont plus nombreux que jamais tout en restant naturels, et il y a des nouveautés instrumentales encore inédites chez eux mais qui ne dérouteront personne.
En plus Drunen, pour y revenir, est au top non seulement pour le chant mais ses textes aussi. À croire que quitter Hail of Bullets lui a redonné pleine inspiration pour Asphyx.

Je ne peux que me joindre au concert de louanges. Il faut que je réserve un soir pour le DVD.
Vincere citer
Vincere
24/10/2016 11:11
Cet album c'est le death métal. Depuis son retour Asphyx balance obus après obus et Incoming Death n'y déroge pas.

Mention spéciale pour le single "Forerunners of the Apocalypse" qui poutre sama et le dernier morceau "Death: The Only Immortal" qui est un de mes favoris de l'album avec ce glissement du death au doom ultra puissant.

Keyser citer
Keyser
23/10/2016 09:54
note: 8/10
Du très classique mais super bien fait comme d'hab, avec toujours cette dualité entre morceaux rapides expéditifs et compos plus lourdes de fin du monde. Sans oublier van Drunen, égal à lui-même. Ça fait plaisir de voir un vieux groupe encore au top!
hammerbattalion citer
hammerbattalion
23/10/2016 03:04
note: 9/10
Ta kro reflète exactement ce que je pense, pour moi le meilleur Asphyx avec Martin, je ne connais pas les opus sans lui.

Ce groupe EST le death, avec Bolt Thrower, magistral!
AxGxB citer
AxGxB
22/10/2016 20:18
note: 8.5/10
Très très bon album me concernant. Un bon mixe de titres rentre-dedans et d'autres plus lourdingues, le tout dans une atmosphère bien morbide avec le chant inimitable de Van Drunen. Bien cool.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Asphyx
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  7.93/10
Webzines : (24)  8.06/10

plus d'infos sur
Asphyx
Asphyx
Death metal - 1987 - Pays-Bas
  

vidéos
Forerunners of the Apocalypse
Forerunners of the Apocalypse
Asphyx

Extrait de "Incoming Death"
  

tracklist
01.   Candiru
02.   Division Brandenburg
03.   Wardroid
04.   The Feeder
05.   It Came from the Skies
06.   The Grand Denial
07.   Incoming Death
08.   Forerunners of the Apocalypse
09.   Subterra Incognita
10.   Wildland Fire
11.   Death: the Only Immortal

Durée : 47'42

line up
parution
30 Septembre 2016

voir aussi
Asphyx
Asphyx
Deathhammer

2012 - Century Media Records
  
Asphyx
Asphyx
Embrace The Death

1996 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Bölzer
Bölzer
Aura (EP)

2013 - Iron Bonehead Productions
  
Necrovation
Necrovation
Gloria Mortus (EP)

2010 - Blood Harvest Records
  
Mercyless
Mercyless
Abject Offerings

1992 - Restless Records
  
Necrowretch
Necrowretch
Now You're In Hell (EP)

2012 - Detest Records
  
Uncanny
Uncanny
The Path Of Flesh (EP)

2012 - Dark Descent Records
  

Album de l'année
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique