chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Enslaved - E

Chronique

Enslaved E
Quand on embrasse une longue carrière en musique, comment durer, garder l’inspiration et l’envie de créer ? Enslaved se pose-t-il seulement ces questions ? Après un quart de siècle d’existence, de multiples changements de direction musicale, une constance sans faille et ce quatorzième album, on peut parfois douter. On avait laissé les vikings sur un In Times tout juste convaincant et le départ de Herbrand Larsen, claviériste et chanteur emblématique depuis la forte alchimie trouvée par le groupe depuis le début des années 2000. A l’annonce de la sortie de ce très sobrement intitulé E, le doute est certain cette fois.

Et soyons honnêtes, ce nouvel album balaye les inquiétudes. Rien que par la prestation du petit nouveau Håkon Vinje (vingt-cinq ans seulement), qui remplace brillamment son aîné. Les similitudes sont bluffantes, à peine son chant peut paraître plus froid et moins charmeur. Mais en tous cas il maintient sans effort la musicalité du groupe, l’alternance des voix chère aux Norvégiens n’étant aucunement bouleversée. Une alternance que l’on retrouve dès le premier couplet de l’ambitieux « Storm Son » qui ouvre la voie tout en douceur et plénitude. Les chœurs relaxants dans la première partie répondent à ceux, quasiment incantatoires, de la seconde, qui accélère le rythme et introduit un black metal aux accents épiques. Malgré la volonté d’Ivar Bjørnson de prendre un nouveau départ avec ce disque et l’aboutissement d’une formule avec son prédécesseur selon lui, aucune vraie surprise ici, encore que l’on déceler une certaine fraicheur retrouvée. Les nombreux chœurs qui parsèment l’album y sont pour beaucoup, donnant enfin la dimension ancestrale et profondément humaine, voire tribale, recherchée par le groupe, délaissant l’individualisme pur pour la coopération. « The River’s Mouth » contraste fortement avec ce premier morceau étiré : ici on trouve clairement la chanson la plus typiquement metal du lot, la seule misant sur un format ramassé de cinq minutes. Les riffs martiaux et un refrain assez accrocheur suffisent pour un résultat simple pour du Enslaved, mais plutôt efficace.

Mais évidemment la constante est toujours de mêler black metal et musique progressive. Evidemment l’ombre des seventies planent sur E, à en écouter les savoureux lead de guitare du très mélodique « Axis of the Worlds ». Et on constate une fois de plus qu’Enslaved brille toujours plus quand il s’agit d’être audacieux et de surprendre. La preuve ? « Sacred Horse » est assurément le moment le plus progressif de l’album, et aussi le plus mémorable. La courte ouverture paisible est vite soufflée par le bouillonnement des riffs agressifs assez reconnaissable des Norvégiens. Le calme reviendra le temps d’une deuxième partie à l’atmosphère mystique prenante. Si cet ensemble de six pistes, franchement homogène en qualité, parait manquer de moments forts comme celui-ci, ce n’est que là-dessus que l’on peut aller chercher le défaut. Pour le reste, la production soignée au possible et l’interprétation sans faille ne surprend pas de la part d’un groupe qui nous a dernièrement habitué à des standards de qualité inatteignable pour l’immense majorité de la scène black metal. Le jeu de Cato Bekkevold parait toujours aussi transparent, dans le sens positif où il parait toujours s’effacer derrière la musique pour ne jamais s’emballer, être toujours parfaitement à propos. Si bien sûr on attendait d’entendre comment allait sonner le successeur d’Herbrand Larsen au poste clé du chant clair et des claviers, définitivement Håkon Vinje s’en sort rudement bien. Il suffit de poser une oreille sur « Feathers of Eolh », qu’il porte à lui seul entre envolée tragique et retombée intimiste. Quant à son travail sur les ambiances, il est plus détaillé et discret, là où son prédécesseur comptait souvent sur quelques nappes imposantes et emphatiques. Tout cela contribue encore au climat assez brumeux de l’album. De climat il sera question une dernière fois avec la conclusion très réussie « Hiindsiight », mêlant saxophone, passages nostalgiques très riches et riff flirtant avec le doom (style que les groupes extrêmes et progressifs d’expérience abordent rarement, mais souvent avec brio quand c’est le cas). Le final planant très « floydien » clôture l’album sur une touche très agréable.

Enslaved prouve une nouvelle fois que sa faim de création ne le quitte pas, même s’il manque probablement un ou deux sommets à ce E pour en faire l’album qui aurait convaincu tout le monde. Le changement de personnel est des plus concluant, et le groupe continue à réussir là où un certain Opeth a échoué, à savoir faire de la musique progressive pour faire une musique différente, et non pas un exercice de style. Du très solide de la part d’un groupe qui dure, et qui décidemment arrive toujours à faire rimer régularité et qualité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
21/11/2017 09:16
Idem que Fabulon et AxGxB !
Un peu de mal avec tous ces groupes "Black/Prog"(Oranssi Pazuzu en tête) qui mêlent un Black très très dilué et un rock prog 70's stéréotypé.
Le mélange ne prend pas tellement avec ce groupe pour moi... Dommage.
Gothenburg citer
Gothenburg
20/11/2017 22:17
Gros album une fois de plus mais... Il y a un MAIS, je le trouve un peu moins singulier que les deux derniers, on dirait un extension de Riitiir, même la cover fait dans le mimétisme, une sorte de riitiir avec des mélodies dépressives ici et là sorties d'un bellow the lights. Puis il a également moins d'homogénéité que les albums précédents qui avaient tous une forme de theme dans la produciton et dans la composition, alors qu'ici on un peu de tout, c'est le reproche que je lui ferais...

J'espérais la lune, mais au final c'ets quand même une belle addition dans leur discographie, c'est le principal. Mention spéciale au claviériste qui à l'air de magnifiquement remplacer le précédent, qui était d'ailleurs assez moyen vocalement en live alors que lui semble bien maitriser le domaine au vu des dernières vidéos live, RDV au trabendo pour vérifier tout ça.
Fabulon citer
Fabulon
20/11/2017 10:50
Un peu pareil que ci-dessous, uniquement quelques écoutes au compteur mais pour le moment impossible de rentrer dedans, je le trouve chiant cet album...

AxGxB citer
AxGxB
20/11/2017 10:54
Trop peu d'écoutes derrière mois pour dresser un avis définitif mais en ce qui me concerne, la sauce à du mal à prendre pour le moment.
gulo gulo citer
gulo gulo
19/11/2017 21:48
note: 8.5/10
Une splendeur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Enslaved
Black Metal Progressif
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (8)  8.64/10

plus d'infos sur
Enslaved
Enslaved
Black Metal Progressif - 1991 - Norvège
  

vidéos
Storm Son
Storm Son
Enslaved

Extrait de "E"
  
The River's Mouth
The River's Mouth
Enslaved

Extrait de "E"
  

tracklist
01.   Storm Son
02.   The River's Mouth
03.   Sacred Horse
04.   Axis of the Worlds
05.   Feathers of Eolh
06.   Hiindsiight

Durée : 49:45 minutes

line up
parution
13 Octobre 2017

voir aussi
Enslaved
Enslaved
Ruun

2006 - Tabu Recordings
  
Enslaved
Enslaved
In Times

2015 - Nuclear Blast
  
Enslaved
Enslaved
Isa

2004 - Tabu Recordings
  
Enslaved
Enslaved
Vertebrae

2008 - Indie Recordings
  
Enslaved
Enslaved
RIITIIR

2012 - Nuclear Blast
  

Essayez aussi
Amiensus
Amiensus
All Paths Lead To Death (EP)

2017 - Apathia Records
  
Ars Moriendi
Ars Moriendi
L'Oppression du Rien

2008 - Griffin Music
  
Shining
Shining
V - Halmstad
(Niklas Angående Niklas)

2007 - Osmose Productions
  
Dysylumn
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)

2016 - Egregor Records
  
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Mantiis

2012 - Autoproduction
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique