chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
53 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mare Cognitum - Luminiferous Aether

Chronique

Mare Cognitum Luminiferous Aether
L'actualité de Mare Cognitum a été chargée cette année avec la sortie d'une box set cassettes, regroupant ses trois premiers albums, un très bon split (Resonance: Crimson Void) paru en août dernier et donc ce nouveau long format intitulé Luminiferous Aether. Faisant suite au fabuleux Phobos Monolith, la grosse claque de 2014, ce dernier était attendu de pied ferme par les fans du one-man band. Et, si l'écoute de la collaboration avec Aureole aura eu tôt fait de confirmer la grande forme de Jacob Buczarski – restant néanmoins dans sa zone de confort –, les questions concernant l'évolution musicale du projet restaient en suspens. Car notre homme n'est effectivement pas du genre à faire du surplace, évoluant par petites touches à chaque album. Et, ce dernier-né – frappé du logo dépoussiéré de l'entité – ne fait que confirmer ce propos !


Mare Cognitum s'affranchit peu à peu de la noirceur de ses débuts et semble effectivement passer un cap avec Luminiferous Aether. Démarrant en douceur, comme son prédécesseur, les ambiances vaporeuses et immersives vont s'étirer tout au long du premier morceau, ne se limitant pas à une seule introduction. « Heliacal Rising » pose d'ailleurs parfaitement le décor avec ses accents shoegaze, ses riffs aussi doux qu'entêtants, un tempo relativement lent, le tout sonnant comme une invitation à l'introspection. L'obscurité laisse également place à des tonalités plus bigarrées et attrayantes collant à merveille avec les plages aériennes ainsi que les lignes de guitares tourbillonnantes mais débarrassées ici de leur aspect menaçant. Certes vous côtoyez toujours l'espace, mais ce dernier se fait nettement moins hostile, vous conviant à entrevoir toutes ses beautés infinies et inconnues. J.B. vous transporte sans forcer à sa suite, parcourant les passerelles entre les mondes et levant le voile opaque devant vos yeux, comme sur le puissant « The First Point Of Aries ». Les leads et envolées aussi jouissives que lumineuses viennent ponctuellement éclairer votre chemin entre des mélodies caressantes, sachant toujours taper juste, vous amenant très loin dans le cosmos.


Cependant sous ces débuts d'apparence calme, le rythme va rapidement s'emballer explosant ça et là et dégageant de vifs rayons de lumière dès le second titre. L'ensemble est toutefois moins varié et percutant que sur Phobos Monolith, gardant toujours ce côté élégant et savamment construit, Jacob Buczarski jouant plus ici sur les ambiances, les répétitions ainsi que les riffs éthérés des plus hypnotiques – renvoyant à WITTR. Luminiferous Aether présente une facette plus humaine de Mare Cognitum et délivre moult émotions sans pour autant jouer la carte de la mélancolie à outrance. Une musique épique faite pour rêver mais qui est aussi le reflet de notre âme en surlignant nos nombreuses craintes ainsi que nos paradoxes et agissant tel un miroir. D'où quelques turbulences à traverser avec, en fond, des morceaux plus acerbes et agressifs comme la paire « Constellation Hipparchia »/« Occultated Temporal Dimensions » (titres les plus longs de l'album, sachant qu'aucun ne tombe sous la barre des 8 minutes). Des compositions plus nerveuses avec un jeu de batterie plus musclé, des riffs incisifs, le tout tempéré et magnifié par des leads poignantes couplées à des atmosphères spatiales à vous donner des frissons. Le ton s'adoucira par la suite sur « Aether Wind » (clôturant ce long format), sans néanmoins baisser la cadence, grâce à des nappes de guitares subtiles créant un climat plus clément avec ce qu'il faut de force pour ne pas sombrer dans la mièvrerie. Des mélodies qui vous transcendent de part en part et vous donnent une fiévreuse envie d'ailleurs.


Différent de son prédécesseur, Luminiferous Aether n'en reste pas moins un petit bijou qui ravira les fans de ce one-man band mené d'une main de maître par Jacob Buczarski. L'aspect plus contemplatif et émotionnel de cette œuvre pourra peut-être en rebuter/décevoir certains et certaines. Pourtant notre homme montre une nouvelle fois sa facilité à se mouvoir sans perdre en personnalité et à composer de long titres fleuves d'une grande profondeur. Si, je l'avoue, ma préférence va pour Phobos Monolith, celle-ci est uniquement due à mon ressenti personnel. Raison pour laquelle, je vous recommande chaudement d'aller écouter d'une oreille attentive ce très bel opus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
07/11/2016 12:28
note: 8/10
De rien Clin d'oeil
Orel Lion citer
Orel Lion
07/11/2016 10:09
Y'a bon! Gros sourire et merci pour la chro.
Kedran citer
Kedran
06/11/2016 22:16
Ha ça fait plaisir ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mare Cognitum
Black Metal Atmosphérique
2016 - Fallen Empire Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (11)  7.74/10

plus d'infos sur
Mare Cognitum
Mare Cognitum
Black Metal Atmosphérique - 2011 - Etats-Unis
  

formats
  • CD, Digital / 2016 - I, Voidhanger Records
  • Vinyl / 2016 - Fallen Empire Records

tracklist
01.   Heliacal Rising
02.   The First Point Of Aries
03.   Constellation Hipparchia
04.   Occultated Temporal Dimensions
05.   Aether Wind

Durée : 50 minutes

line up
parution
16 Septembre 2016

voir aussi
Aureole / Mare Cognitum
Aureole / Mare Cognitum
Resonance: Crimson Void (Split 12")

2016 - Fallen Empire Records
  
Spectral Lore / Mare Cognitum
Spectral Lore / Mare Cognitum
Sol (Split-CD)

2013 - I, Voidhanger Records
  
Mare Cognitum
Mare Cognitum
Phobos Monolith

2014 - I, Voidhanger Records
  

Essayez aussi
Aodon
Aodon
Sharphood

2016 - Antinomie Productions
  
Àrsaidh
Àrsaidh
Roots

2013 - Darker Than Black
  
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Das Tor

2013 - Kunsthall Produktionen
  
Urfaust
Urfaust
Die erste Levitation (Single)

2013 - Ván Records
  
Lord Shades
Lord Shades
The Downfall of Fïre-Enmek

2008 - Autoproduction
  

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique