chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dysylumn - Chaos Primordial

Chronique

Dysylumn Chaos Primordial (EP)
Après nous avoir délivré un premier album prometteur (Conceptarium) en 2015, bande-son spatiale vous aspirant dans les tréfonds du cosmos, Dysylumn n'a pas chômé signant son retour cette année avec un nouvel EP paru chez Egregor Records. Et ce Chaos Primordial aura de quoi vous surprendre tant le duo prend tout le monde à contre-pied avec un virage amorcé à 180° ! Une évolution, tant sur le fond que sur la forme, toutefois parfaitement menée, où le groupe délaisse le côté technique et death au profit de sonorités davantage black, faisant un peu plus la part belle aux ambiances.


Si les atmosphères sont toujours au cœur du propos – renvoyant quelque peu aux deux derniers titres de la réalisation précédente –, Dysylumn va néanmoins corser le ton avec le néant comme toile de fond. Dès l'introduction instrumentale sentencieuse, une odeur de soufre se répand pour doucement mais sûrement se propager au fil des morceaux. Plus de périple dans l'infinité de l'espace donc, mais une chute vertigineuse dans les ténèbres, portée par des sonorités ésotériques brumeuses. Les nappes de guitares grésillantes posent le décor, couplées à des riffs tantôt dissonants tantôt entêtants, avec de nombreux passages mid et low tempo des plus nébuleux et accrocheurs. Le groupe arrive à séduire d'entrée de jeu parsemant ses compositions d'accélérations bienvenues ou de parties plus menaçantes (« Œuf Cosmique » notamment), tirant plus vers un black/death occulte à la Mitochondrion. De même, le chant varié et intelligible de Sébastien Besson – passant du chant clair au growl – semble ne faire qu'un avec la musique, se modulant parfaitement afin de créer différentes textures, tout en suivant une même ligne directrice. Car cet EP reste irrémédiablement opaque en dépit de nombreuses particularités apportant une dimension paradoxale à l’œuvre – en particulier son aspect tant sombre et agressif que lumineux et soigné.


Des éléments qui se révèlent au gré des écoutes, une fois l'effet de surprise et le petit temps d'adaptation passés, vous laissant aussi entrevoir de nombreux liens avec Conceptarium (lignes de guitares aériennes ou encore passages plus soyeux comme sur « Chaos Primordial »). Ainsi, à l'image du bel artwork plus personnel réalisé par Lambrith, l'impression d'être emporté/e dans un immense vortex fait toujours sens et prend davantage d'ampleur. Ce fait est toujours mis en lumière par les ambiances prenantes créées par le duo ainsi que certains riffs éthérés, mais il se trouve renforcé par des lignes de guitares tourbillonnantes plus menaçantes vous donnant le sentiment de ne jamais toucher terre (cf. « Régénération »). Les paroles en français – présentes dans le digipack – renforcent le côté cyclique du court format grâce à de nombreuses répétitions et rimes allant de paire avec les parties mid tempo hypnotiques. Vous êtes ballotté/e de bout en bout dans ce chaos primaire, terminant sa boucle par une outro ambient épurée aux accents ritualistes. Dysylumn montre ici une facette plus ténébreuse avec des sonorités âpres et denses, le tout surligné par une production toujours aussi massive et lisible mais organique, donnant un côté granuleux à l'ensemble. Seuls petits bémols, le manque de moments véritablement marquants – l'EP étant néanmoins à prendre comme une pièce à part entière – ainsi que des parties agressives qui gagneraient à être davantage incisives, risquant de lasser certains/es.


Des compositions plus directes, une durée courte renforçant l'efficacité des titres, plus de cohérence et des ambiances ésotériques à foison, forcément je ne pouvais qu'adhérer à la nouvelle formule du groupe ! Certes ce style est saturé et il faudra que Dysylumn redouble d'efforts et de trouvailles afin de sortir véritablement du lot mais ce Chaos Primordial, miroitant des reflets singuliers, a de quoi contenter les amateurs/rices du genre. Reste à savoir si le tandem Sébastien Besson/Camille Olivier Faure-Brac compte rester dans cette voie ou continuer sa mue. À suivre !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dysylumn
Black/Death Progressif
2016 - Egregor Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  3.97/5

plus d'infos sur
Dysylumn
Dysylumn
Black/Death Progressif - 2010 - France
  

formats
tracklist
I. Intro
II. Chaos Primordial
III. Œuf Cosmique
IV. Régénération
V. Outro

Durée : 28 minutes

line up
parution
1 Octobre 2016

voir aussi
Dysylumn
Dysylumn
Conceptarium

2015 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Mantiis

2012 - Autoproduction
  
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
In Vain
In Vain
Currents

2018 - Indie Recordings
  
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique