chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
22 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

In Flames - Battles

Chronique

In Flames Battles
Depuis combien de temps n'avez-vous pas été enthousiasmé par un album d'In Flames ? 10 ans ? 15 ans ? Longtemps quoi. Pour moi c'est pareil et pourtant, à chacune de leurs nouvelles sorties, je ne peux m'empêcher de me ruer dessus pour finalement être déçu en me demandant ce que je pouvais bien en attendre. Et elle est bien là question : que peut-on attendre d'In Flames aujourd'hui ? Vu qu'il doit y avoir plus de chances que Dieu existe que le groupe revienne à ses débuts (vous le savez), alors qu'espérer ? Franchement je ne saurais quoi vous répondre, ce qui ne m'a pas empêché de me faire avoir une fois de plus. Remotivé par le live "Sounds from the Heart of Gothenburg", emballé par les premiers extraits "The End" et "The Truth", je me suis dit que les Suédois arrivaient à la fin de leur mue pour embrasser un style nouveau, moderne, frais et enfin débarrassé de son passé. Et je ne plaisante pas, j'étais vraiment enthousiaste à l'idée d'écouter ce douzième album. Bref, la suite vous la connaissez.

Avant de commencer, on peut saluer l'ami Daniel Svensson qui a décidé de concentrer son énergie à sa femme et ses trois filles, ainsi qu'à l'ouverture de sa brasserie (pourquoi pas après tout) ; malgré un jeu assez fade, il aura eu le privilège d'apposer son nom sur cette référence du death mélodique qu'est "Colony" ainsi que sur quelques belles pièces qui ont suivi. Joe Rickard, son remplaçant derrière les fûts, n'aura lui que l'infime espoir de pouvoir jouer un ou deux titres de cette époque en concert. Mais bon, a priori, ce n'est pas forcément son univers. Quant aux autres, ils s'accrochent : on retrouve aux commandes l’infatigable duo Gelotte/Fridén, épaulé par la participation de Niclas Engelin, sans oublier Peter Iwers pour le papier peint. Alors sortez la casquette, la chemise à carreaux, la barbe de hipster et votre vieux baggy des années 90, vous allez en avoir besoin.

Jusqu'à maintenant, l'évolution d'In Flames s'est faite relativement en douceur. De mémoire, je ne me souviens avoir été surpris que par la transition de "Clayman" (2000) à "Reroute to Remain" (2002), plutôt agréablement d'ailleurs. Bien sûr, ça c'était avant "Battles" qui fera probablement date dans leur discographie (malheureusement pas pour les bonnes raisons) et vous prouvera que l'on peut encore être déçu par In Flames. Pour le plus américain des groupes suédois, il ne reste plus grand chose de sa terre natale dans sa musique, juste quelques mélodies, leads et solos de guitares aux saveurs amères de la défunte scène de Goteborg, comme une cicatrice qui se résorbe peu à peu avec le temps. Au lieu de cela, le groupe nous sert des compositions entre rock et metal aux sonorités US, simples et directes, où Anders peu librement exprimer ses talents de chanteur. Au passage, ce qu'un Rickard ou un Engelin ont pu apporter, ce que Gelotte n'a pas vendu au diable et ce que Iwers fait encore dans ce groupe, ça n'est pas vraiment un sujet ; le sujet principal tourne évidemment autour de Fridén qui ne cesse d'en faire plus dans ses différents types de chants, techniquement ni meilleur, ni moins bon, ni moins irritant qu'avant (selon votre sensibilité). Seuls quelques effets de mauvais goût sont à déplorer comme ceux de l'intro de "Save Me". Pour faire court, le tempo descend d'un cran, le propos se simplifie à l'extrême et l'ensemble sonne désespérément creux et formaté. Alors que "Siren Charms" trouvait encore un soupçon de dignité dans son atmosphère lourde et synthétique, ces 12 titres ne dégagent rien et vous laissent juste avec quelques refrains mignons à chantonner sous votre douche.

Pourtant j'y croyais, moi. Depuis 10 ans, je trouve le groupe le cul entre deux chaises, coincé entre son passé et son futur. Les premiers extraits semblaient proposer une formule intéressante, à la fois efficace et moderne, avec un petit côté désuet dans ses arrangements, l'utilisation des choeurs et ses sonorités électroniques datées. Cette fraîcheur est finalement la seule chose que je retiendrai de ce douzième essai, c'est à dire les singles "The End" / "The Truth" et dans une moindre mesure "Before I Fall". Pour le reste, le quintette fait moins pire quand il est *à fond* même si ça demeure très passable ("Drained", les couplets de "Through My Eyes", certaines partie de "Wallflower", ...). Les passages calmes par contre font très très mal au coeur : comment ne pas rester dubitatif à l'écoute de "Here Until Forever" ou "Like Sand" ? Et que dire des refrains de chansons telles que "Save Me", "Through My Eyes", "Wallflower" ou "Battles" ? Sérieux ? Des trucs niais j'en connais et j'en écoute mais je n'aurais jamais pensé employer cet adjectif pour qualifier la musique d'In Flames.

Vous trouvez que je parle comme un vieux con ? Vous n'avez pas tort car 1/ je ne suis plus si jeune et que 2/ je ne fais visiblement plus du tout partie du public cible, ce qui devrait automatiquement m'interdire d'écrire des chroniques d'In Flames. En fin de compte, si l'on se place du côté du boutonneux en manque de sensations fortes mais pas trop, "Battles" (si c'est pas rebelle comme titre ça, hein ?) fait sans doute partie du top de ce qui se fait en matière de rock alternatif US calibré, avec ses textes trop puissants, ses quelques hurlements trop violents et ses solos trop techniques. Bref, à part Chris, je doute que ce machin trouve preneur auprès de l'un d'entre vous chers lecteurs. Vous pouvez toujours essayer ceci dit ; pensez juste à préparer les sacs à vomi. On n'est jamais trop prudent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Jotun35 citer
Jotun35
09/12/2016 01:10
damienc a écrit : Ainur a écrit :

Donc c'est un bon album parce qu'il rapporte de la thune.



Je ne dis pas que l'album est meilleur parce qu'il se vend plus

Mais à tous ceux qui n'arrêtent pas de rabâcher que le groupe est mort, qu'il tue sa légende et autres âneries, je dis juste : sortez de votre petit monde dans lequel vous pensez avoir le monopole du bon goût et mettez-vous deux minutes à la place de Bjorn et Anders « Est-ce que je me fais chier comme un rat mort à sortir 20 fois le même album où est-ce que je me fais plaisir en tentant des choses nouvelles et en vendant plus de disques ?»

Je me répète mais faudrait vraiment être un crétin fini pour choisir la première option


Ça fait depuis Reroute qu'ils tentent des trucs nouveaux... faudrait pas nous prendre pour des jambons non plus! Autant sur Reroute et Come Clarity ils tenaient quelque chose... autant STYE et tout le reste c'est poubelle.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
29/11/2016 17:39
  je réécoutais Whoracle tantôt, et il était tout de même déjà très très dans le ton. Il me semble qu'on a par la suite tellement entendu de death melo qu'on est devenu hermétique.
Bien sûr, bien sûr, In Flames a amplifié son accessibilité, mais peut-être moins que dans nos souvenirs tout de même.
MoM citer
MoM
22/11/2016 19:12
Je trouve qu'il n'y a pas à débattre.
C'est aseptisé. Y a pas de mal à ça. Nuclear Blast fait de l'ultra calibré, point barre.

En revanche, la prod est moyenne. Je trouve le son plutôt moyen, avec une voix trop en avant et des pistes instru en retrait, t'as l'impression qu'ils jouent rien.
C'est du Pop Metalcore. Aimer ça n'est pas une honte du tout. Mais, soyons clairs là-dessus, ils n'ont pas changé de style ou exploré d'autres horizons. Ils se sont juste pliés à la ligne éditoriale du label qui fait du très consensuel : ça joue sans tâcher.
Mitch citer
Mitch
22/11/2016 14:37
damienc a écrit :
Je me répète mais faudrait vraiment être un crétin fini pour choisir la première option


Et mettre 9.5 à cet étron ?
damienc citer
damienc
22/11/2016 14:33
note: 9.5/10
Ainur a écrit :

Donc c'est un bon album parce qu'il rapporte de la thune.



Je ne dis pas que l'album est meilleur parce qu'il se vend plus

Mais à tous ceux qui n'arrêtent pas de rabâcher que le groupe est mort, qu'il tue sa légende et autres âneries, je dis juste : sortez de votre petit monde dans lequel vous pensez avoir le monopole du bon goût et mettez-vous deux minutes à la place de Bjorn et Anders « Est-ce que je me fais chier comme un rat mort à sortir 20 fois le même album où est-ce que je me fais plaisir en tentant des choses nouvelles et en vendant plus de disques ?»

Je me répète mais faudrait vraiment être un crétin fini pour choisir la première option
Ainur citer
Ainur
21/11/2016 07:22
damienc a écrit :
Le groupe avait deux choix: (1) ressortir 15 fois le même album pour contenter ses 800 vieux fans butés ou (2) évoluer, faire des choses nouvelles et vendre plus de disques.

Après avoir réfléchi une bonne dizaine de secondes, ils ont choisi l'option 2. J'ai envie de leur dire bravo pour leur choix mais en même temps il aurait fallu être tellement crétin pour choisir l'option 1.



Donc c'est un bon album parce qu'il rapporte de la thune.

Au niveau death ce sont des précurseurs, même carrément des légendes, jamais leur anciens albums (disons avant reroute) n'a été mauvais. C'est surtout le manque d'inspiration qui caractérise ce groupe depuis STYE.Je trouve dead bien courageux d'avoir continué à chroniquer Inflames. Je n'ai plus rien écouté depuis STYE et j'ai bien fait je crois.
Zougi citer
Zougi
21/11/2016 02:01
note: 3/10
J'ai quand même apprécié plus cet album que sirens charms, après je dois avouer que le fait qu'ils ont enregistré l'albums a Los Angeles justifie ce côté vraiment américain dans cet album.

Here until forever c'était bring me the horizon ou in flames ?

Comme d'habitude Anders en studio ça passe mais en live en
chant clair c'est toute une autre histoire.

Je veux bien qu'un groupe évolue mais la j'ai l'impression que le groupe a perdu toute personnalité, il n y a pas grand chose a sauvé dans cet album mais il y a des passages sympas, The End est probablement la musique la plus agréable et la meilleure ? a écouté, la petite mélodie d'intro de Save Me qui est sympa, Before I Fall est aussi plutôt pas mal mais sinon j'ai du mal a me souvenir des autres musiques tellement que c'est fade, certains refrains sont agaçants a un point : Through My Eyes, The Truth sont de bons exemples pour illustré ce que je considère comme les pires refrains que j'ai entendu depuis pas mal de temps.

J'ai beaucoup apprécié Sound Of A Playground Fading qui comportait de très bonne musique, je pense notamment a : Fear Is The Weakness, A New Dawn qui a mon humble avis enterre très profond nimporte quelle musique sur ce Battles.

Je n'attendais absolument rien de cet album et j'ai bien fait car ce n'est pas avec Battles que ce groupe fera renaître la flamme.
damienc citer
damienc
20/11/2016 17:18
note: 9.5/10
Excellent disque
Nettement meilleur que SIren Charms et Sounds Of A Playground Fading
Même si l'album aurait pu être raccourci de 2/3 morceaux sans problème

Le groupe avait deux choix: (1) ressortir 15 fois le même album pour contenter ses 800 vieux fans butés ou (2) évoluer, faire des choses nouvelles et vendre plus de disques.

Après avoir réfléchi une bonne dizaine de secondes, ils ont choisi l'option 2. J'ai envie de leur dire bravo pour leur choix mais en même temps il aurait fallu être tellement crétin pour choisir l'option 1.

Un Chevelu citer
Un Chevelu
20/11/2016 16:48
Rien de surprenant, le groupe de jeunes suédois de Göteborg est mort depuis bientôt depuis plus de 10 ans maintenant ...

On se consolera en se disant que le dernier DT est plus que correct, sans révolutionner le style pour autant
NightSoul citer
NightSoul
20/11/2016 15:45
Merci pour cette chronique Dead. Tu as bien exprimé le propos du groupe.
C'est le groupe d'Anders.

Franchement, si à l'époque Anders avait eu le cran de quitter In Flames pour se consacrer à son autre groupe au fort potentiel, Passenger, où l'on retrouvait Niklas Engelin au passage, je pense que le groupe aurait évité bien des dramas et des questions existentielles sur la direction artistique du groupe et les motivations de chacun outre le "il faut bien manger pardi !".
Passenger, c'était très bien et c'est dommage qu'IF se soit perdu dans les délires psychotiques d'Anders.

Jesper reste coincé dans le passé (récemment le dernier concert avec Johan Larsson présent sur Whoracle et The Jester Race) entre abus d'alcool et désir de continuer à faire sa musique, on attend toujours une étincelle salvatrice.
On est pas loin du drama genre Metallica sauce suédoise sauf que eux ont réussi à perdurer. Je doute qu'IF arrive à perdurer très longtemps sans l'ancien patron et le calvaire mental de ce pauvre Anders, qui lui aussi aime bien la picole, preuve les nombreuses interviews du gus bien éméché.

Adieu In Flames, cet album sera le premier que je n'achèterai pas et après un Siren Charm intéressant, je préfère quitter le navire avant que nouveaux records d'abysses musicales soient atteintes.
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
27/11/2016 23:46
Ce groupe est tellement en train de tuer sa propre légende... Triste quand on pense qu'ils ont signé des riffs parmi les plus mémorables du metal des années 90/2000.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Flames
Metal alternatif / Teen-Music Deluxe
2016 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (4)  4.38/10
Webzines : (28)  6.61/10

plus d'infos sur
In Flames
In Flames
Metal alternatif / Teen-Music Deluxe - 1990 - Suède
  

vidéos
The End
The End
In Flames

Extrait de "Battles"
  
The Truth
The Truth
In Flames

Extrait de "Battles"
  
The Truth (Dead version)
The Truth (Dead version)
In Flames

Extrait de "Battles"
  
Here Until Forever
Here Until Forever
In Flames

Extrait de "Battles"
  

tracklist
01.   Drained  (04:06)
02.   The End  (03:58)
03.   Like Sand  (03:43)
04.   The Truth  (03:04)
05.   In My Room  (03:25)
06.   Before I Fall  (03:27)
07.   Through My Eyes  (03:50)
08.   Battles  (02:58)
09.   Here Until Forever  (04:19)
10.   Underneath My Skin  (03:30)
11.   Wallflower  (07:06)
12.   Save Me  (04:12)

Durée : 48 min.

line up
parution
11 Novembre 2016

voir aussi
In Flames
In Flames
Lunar Strain

1994 - Wrong Again Records
  
In Flames
In Flames
Black Ash Inheritance (EP)

1997 - Nuclear Blast Records
  
In Flames
In Flames
Siren Charms

2014 - Epic Records
  
In Flames
In Flames
Sounds from the Heart of Gothenburg (Live)

2016 - Nuclear Blast Records
  
In Flames
In Flames
Soundtrack To Your Escape

2004 - Nuclear Blast Records
  

Déception de l'année
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast