chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cowards - Still

Chronique

Cowards Still (EP)
La nuit entamée par Rise To Infamy n'est pas terminée. Après avoir passé son temps à se molester et ressasser ses frustrations, Cowards revient, se relève la gueule en vrac, le costume froissé et les phalanges endolories, prêt à faire durer un peu plus longtemps son expérience dans le noir, entrecoupée de quelques lumières froides éclairant les rues et les lieux où se rejoignent les autres comme lui.

C'est bien là l'impression que donne Still, semblant reprendre les choses où elles ont été laissées en 2015. On ne va pas se mentir : un EP de hardcore n'est pas ce qu'il y a de plus bandant sur le papier. Et du haut de ses dix-neuf minutes, cette nouvelle œuvre de Cowards n'échappe pas tout à fait à ce constat, dévoilant de belles choses tout en refermant le rideau aussi sec. C'est que les trois titres composés pour l'occasion sont à mettre parmi les plus convaincants de la formation : que ce soit durant « Still (Paris Most Nothing) », « Let Go » ou « Like Us » (comprenant une intervention au micro de M. Jungbluth, créateur d'ecchymoses en série lors du dernier album de Fange), les Parisiens se révèlent en pleine possession de leurs moyens, délivrant un hardcore brouillant encore plus les cartes qu'autrefois, allant jusqu'à titiller le black metal le plus nerveux et glauque dans ses assauts. Inutile de se cacher derrière une production compacte désormais : pourtant extrêmement lisibles, les ci-présents morceaux mettent la tête dans un étau avec une efficacité désarmante.

Raison pour laquelle Still est frustrant, pris seul. Mais considéré comme un complément de choix, il s'inscrit parfaitement dans une logique interne au groupe, ce dernier n'ayant cessé d'évoluer tout en semblant se rapprocher d'un certain hardcore, moderne, couleur d'encre, aussi chargé d'ambiance que de coups francs en direction de l'estomac : Shooting Blanks And Pills posait les aliments toxiques sur la table ; Hoarder dépeignait le caniveau où ils nous emmenaient ; Rise To Infamy traçait le trottoir où errer hagard et violent ; Still raconte que la nuit permet encore d'y essayer deux-trois choses sales, jusqu'à une reprise de The Horrorist en guise de clou final, où tout le groove morbide dont est capable la formation se déploie. Au-delà d'une réinterprétation de « You Belong To Me » de The Police, méconnaissable mais un peu en-deçà des semonces lancées précédemment, rien à jeter dans ce court-jus aussi embourbé que clairvoyant dans ses folies pratiquées avant le lever du soleil.

Quant à ce que ce disque vous donne envie de faire quand vous l'écoutez alors que vous avez passé une nuit blanche et devez aller au travail au petit matin... Vous avez des yeux et ils ont vu la pochette.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
29/11/2016 20:16
note: 5/5
Tu l'as dit : à part Gros sourire
"Pooled Hair", elle, est très dans la veine des autres morceaux de Still, avec de faux airs de démarrage sur les chapeau de roue, de suite un enlisement dans l'ornière, de la mosh-part qui fait le crossover Kickback-Pantera... Elle faisait beaucoup plus casual Cowards, trouvais-je, cette reprise... C'était donc normal hahaha
"You belong to me" m'a étonné, envoûté, déstabilisé, un peu comme la reprise de 16HP par le passé ; du coup elle laisse peut-être "One night in any city" moins seule, à part du reste, à la fin, ça change les équilibres... c'est cool, cet e.p va entamer une seconde vie chez moi.
Ikea citer
Ikea
29/11/2016 18:35
note: 3.5/5
étonné de ? Il est bien ce morceau mais je le trouve un peu trop à-part du reste qui tient déjà sur un équilibre fragile question déroulement (ils sont plus forts sur le temps long je trouve). Enfin, il est chouette cet EP, tout de même.
gulo gulo citer
gulo gulo
29/11/2016 13:08
note: 5/5
gulo gulo a écrit : La reprise de Sting est une de mes préférées, avec les 4 autres.

Ah les idiots, c'était le morceau du split avec Stuntman, qu'ils m'avaient mis à la place, à cet endroit-là du dossier. Quels comiques incurables, décidément...
Du coup je la découvre à réception du cd et... je maintiens les propos ci-dessus. Mais sur un mode plus étonné.
gulo gulo citer
gulo gulo
20/11/2016 11:09
note: 5/5
La reprise de Sting est une de mes préférées, avec les 4 autres.
Ikea citer
Ikea
20/11/2016 09:17
note: 3.5/5
L'EP peut s'écouter en intégralité sur Youtube.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cowards
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (3)  4/5
Webzines : (12)  3.76/5

plus d'infos sur
Cowards
Cowards
Blackened Hardcore / Metal - 2011 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Still (Paris Most Nothing)
02.   Let Go
03.   Like Us
04.   You Belong To Me (reprise de « Every Breath You Take » de The Police)
05.   One Night In Any City (reprise de « One Night In NYC » de The Horrorist)

Durée : 19 minutes

line up
parution
2 Décembre 2016

voir aussi
Cowards
Cowards
Rise To Infamy

2015 - Deadlight Entertainment / Throatruiner Records / Ruins Records
  
Cowards
Cowards
Hoarder (EP)

2013 - Throatruiner Records / Ruins Records
  
Cowards
Cowards
Shooting Blanks and Pills

2012 - Throatruiner Records / Hellbound Records
  

Essayez aussi
Dephosphorus
Dephosphorus
Ravenous Solemnity

2014 - 7 Degrees Records
  
Hexis
Hexis
XI (EP)

2011 - Swarm Of Nails
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse (EP)

2010 - Discouraged Records
  
Tombs
Tombs
Tombs (EP)

2007 - Black Box Recordings
  
Art of Burning Water
Art of Burning Water
This Disgrace

2013 - Swarm Of Nails / Superfi Records / Riot Season
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique