chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brame - Basses Terres

Chronique

Brame Basses Terres
Non, le terroir n'est pas l'apanage du black metal. Et heureusement des groupes tels que Brame sont là pour vous le rappeler. Puisant à la source, comme de nombreux groupes et artistes d'horizons divers, le duo préfère la finesse à l’excès afin de façonner une musique à la fois singulière et brute de décoffrage. Des petits éléments ici et là, l'ancien s'entrechoquant avec le moderne, tissent une toile de fond faite de sueur, de spleen et de couleurs ocres comme vous pouviez déjà le percevoir sur deux premières réalisations – Tenailles (2009) et La nuit, les charrues... (2013) – posant les fondations. En cela Basses Terres, le dernier album en date, constitue une suite logique, la formation creusant plus profondément encore votre tombe dans la terre meuble.


Car à l'image de l'artwork – toujours aussi soigné et classieux – Brame vous fait courber l'échine avec des sonorités davantage ternes et douloureuses, brossant son univers de civilisation agraire à coups de gros pinceaux. Cet aspect est d'ailleurs renforcé ici tout comme le sentiment d'abandon, déjà fortement présent dans les précédentes œuvres, par un tempo plus lourd qui vous plombe d'entrée de jeu sur « Sanglier ». Rectiligne et poisseux, ce long format est moins varié que son prédécesseur : pas d'éclairs lumineux, de passages accrocheurs ou de rythme s'emballant. Juste un amas de couches aux tons sombres dépeignant un horizon morne où apparaissent ça et là de légères aspérités – la paire José/Serge façonnant toujours leurs compositions à la façon d'artisans jouant sur les textures. Le bourdonnement, le grésillement des guitares et les cris de Serge agissent tel un uppercut, vous laissant figé. De l'électricité flotte dans l'air installant un climat anxiogène et maladif auquel il vous sera plus difficile de vous adapter (cf. « Fourches »). Il faut dire que sous ses dehors rêches et épurés, ce Basses Terres met du temps pour se faire appréhender. Vos nerfs sont mis à mal et vous ressentez un goût métallique tenace dans votre bouche, vous laissant traîner laborieusement à l'écoute de cet album.


Cependant Brame ne perd pas en spontanéité – ayant en tête l'image de musiciens faisant une improvisation – malgré ce tempo lent imposé de bout en bout. Une sorte de colonne vertébrale qui prend racine dans la terre et donne de l'impulsion à l'ensemble, qu'elle soit portée par les guitares et/ou les percussions. Tour à tour puissante ou cahoteuse, celle-ci donne le ton pour chaque morceaux, s’essoufflant en fin d'album, tel le battement de cœur d'un mourant, et sur laquelle viennent se greffer différents instruments et sons naturels. Si le duo y perd en richesse (peu de variations de rythme ici), il vous offre néanmoins un contraste intéressant entre le fond – les aspects toujours très instinctifs et intimistes de la musique – et la forme – ce côté plus travaillé des compositions. De même, en dépit d'une sensation d'abattement nettement prononcée, le groupe arrive à étoffer son propos par petites touches avec des influences variées – le redneck « Étrangé », le pernicieux « Fourches » ou encore le bluesy « Des feux ». Des petites oscillations bienvenues mais non salvatrices pour autant, ne faisant que mettre en relief de différentes manières le mal-être ambiant. Car c'est bien là la finalité de Brame : vous poussez dans vos derniers retranchements par une musique lente, répétitive mais extrêmement abrasive. Les longs titres fleuves vous frappent par vagues, implacables et froids, vous rongeant peu à peu de l'intérieur.


Si je préfère La nuit, les charrues à Basses Terres (question de ressenti), ce dernier ne laisse toutefois pas indifférent. Montrant un versant à la fois plus structuré et jusqu'au-boutiste du groupe, dans ce qu'il a de terne et décharné, cet album est plus difficile à appréhender. Exhaustif et sentencieux, il faudra vous accrocher tout au long de l'écoute. Une persévérance et une patience qui seront largement récompensées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
25/01/2018 14:36
note: 7.5/10
De rien !
Et, ce serait intéressant de lire une interview du groupe Sourire
dantefever citer
dantefever
25/01/2018 00:37
note: 9/10
J'avais lu ta chronique et écouté un peu la musique du groupe il y a un an, j'avais été intrigué mais n'avais pas creusé plus que ça, je ne sais plus pourquoi... C'est en cherchant des des vidéos de brames de cerf sur youtube que je me suis rappelé de ce groupe. Et là, ça a été la révélation. C'est simplement fascinant et saisissant comme musique, et je te remercie vraiment pour la découverte. Je vais essayer de leur envoyer une interview un de ces jours ...
Dysthymie citer
Dysthymie
24/01/2018 17:05
note: 7.5/10
Oh ! Je ne m'attendais pas à voir un commentaire sous cette chronique.
Cela fait plaisir à lire Sourire Très bon groupe Brame. J'aimerais bien pouvoir les voir en live un de ces jours...
dantefever citer
dantefever
23/01/2018 20:28
note: 9/10
Extraordinaire musique

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brame
Blues/Drone/Noise
2015 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (2)  8.17/10

plus d'infos sur
Brame
Brame
Blues/Drone/Noise - 2007 - France
  

tracklist
01.   Sanglier
02.   Des Feux
03.   Étrangé
04.   Fourches
05.   Friches

Durée : 38 minutes

line up
  • José / Gretsch Baryton, Granulateurs, Cailloux Piétinés, Cajon Basse,...
  • Serge / Voix, Harmonica, Tamis, Cymbale, Tôles,...

parution
5 Novembre 2015

voir aussi
Brame
Brame
La nuit, les charrues...

2013 - Autoproduction
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique