chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kzohh - Trilogy : Burn Out The Remains

Chronique

Kzohh Trilogy : Burn Out The Remains
Si tu me lis ou si tu m’as lu, déjà je t’en remercie mille fois mais en outre, tu sais à quel point j’aime la scène ukrainienne. Tout ou presque y est digne d’intérêt. La venue de KZOHH et de son troisième album, Trilogy : Burn Out the Remains, a donc tout pour me réjouir en cette période de Noël. D’autant que le format, pour du black, surprend : trois titres d’environ 12 minutes et la messe est dite. Mais trois titres hauts en couleur, baroques et enivrants, sombres et aériens, dénués de violence pure mais emplis de menaces, riches et multiples en diable.

Le son de crypte qui ouvre cet album a tout pour me séduire. Enchaîné au fond d’une cave d’où l’humidité suinte par tous les pores du ciment, tu es là, comme un con, à écouter au loin le seul son perceptible, comme une sorte de messe noire lointaine dont les échos te parviennent de plus en plus forts, de plus en plus proches. Du BM orthodoxe ? Que nenni, même si certains atours sont ici empruntés. Panoukla DXLII, le premier morceau, prend des airs ritualistes évidents ; l’ensemble se traîne, rampe et se redresse par instants, comme un serpent dont on aurait coupé net la tête. Quasi doom, la musique de Kzohh est rituelle, pour l’essentiel, ainsi que la pochette pouvait le laisser supposer. Elle se vit comme tel. L’amateur doit savoir ; la rythmique comme les guitares ne sont guère que des prétextes. L’atmosphère, seule, compte. Cela peut décontenancer. Cela peut dérouter. Pour ma part, ce premier titre est réellement immersif, en dépit de longueurs inévitables sur une telle durée pour une telle musique. Le tapis de chants religieux qui accompagnent l’instrumentation fournit une coloration très particulière au titre, sans jamais tomber dans l’inutile ou dans le kitch. De même des influences orientales discernables en fin de titre, qui enrichissent le morceau.

Crom Conaill, le second titre, ouvre sous des auspices plus naturels, le vent dans la forêt, le son des instruments traditionnels au loin comme annonçant la venue de l’hiver. Les sonorités sont toujours aériennes, planantes et menaçantes. On retrouve ici le souci du détail, de l’ambiance hivernale posée et entrecoupée à nouveau d’aspects rituels (vers la 3’). Les aspects purement metal sont ici plus développés, notamment s’agissant de la rythmique. L’arrivée (au bout de 6/7 minutes) de ce qui semble être des cuivres (ou des samples de cuivres…) apporte de la profondeur au propos du groupe tout autant qu’elle confère de l’emphase au morceau. Elle vient rompre aussi un début de monotonie, il faut l’avouer. Car, une fois encore, la musique de Kzohh n’est pas « classique ». Elle se ressent plus qu’elle ne s’écoute. Les variations sont ainsi peu nombreuses, ce que l’on pourra regretter, d’autant que, lorsqu’elles existent (les simili cloches en pont central), elles fonctionnent plutôt bien.

H19N18 répond aux mêmes critères ritualistes, aux intonations parfois quasi industrielles. Les mélodies ne sont pas occultées mais se fondent, la plupart du temps, dans la masse.

Au final, on se gardera de conseiller trop largement cet album. Réservé aux amateurs de BM presque uniquement porté sur les ambiances, dotée d’une très forte dimension rituelle, la musique de Kzohh risque en revanche de laisser sur le faim les amateurs de sensations fortes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

RBD citer
RBD
17/12/2016 22:44
... mourir les pieds chatouillés par les bourreaux les plus raffinés du Saint Office, quel abominable fin.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kzohh
Black metal
2016 - Ashen Dominion
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Kzohh
Kzohh
Black metal - 2014 - Ukraine
  

écoutez
tracklist
01.   Panoukla DXLII
02.   Crom Conaill
03.   H19N18

Durée : 37:26

line up
parution
30 Septembre 2016

voir aussi
Kzohh
Kzohh
Rye. Fleas. Chrismon.

2015 - No Colours Records
  

Essayez aussi
Autarcie
Autarcie
Epoque Révolue

2012 - Dernier Bastion
  
Drudkh
Drudkh
Estrangement

2007 - Supernal Music
  
Lvx Hæresis
Lvx Hæresis
Descensŭs Spīrĭtŭs

2017 - Atavism Records
  
Hegemon
Hegemon
By This, I Conquer

2003 - Adipocere Records
  
The Ruins Of Beverast
The Ruins Of Beverast
Exuvia

2017 - Ván Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique