chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rebaelliun - The Hell's Decrees

Chronique

Rebaelliun The Hell's Decrees
Lorsque l’on évoque la scène extrême sud-américaine et l’occurrence ici brésilienne, certains ont d’emblée les yeux qui brillent, un petit sourire béat empreint d’une nostalgie en repensant à quelques bonnes grosses tartines essuyées à la fin des années 90-début 2000. Parmi celles-là figurent en bonne place les deux premiers tonitruants opus de Rebaelliun (« Burn The Promised Land » et « Annihilation » le bien nommé), accompagnés des premiers méfaits de Krisiun bien évidemment, de Nephasth ou encore du dévastateur « Evoking The Abomination » d’Abhorrence. Le point commun, en dehors de leur patrie d’origine, étant essentiellement de ne pas faire dans la dentelle mais plutôt dans le dépeçage de tympans en règle. Autant dire que le retour annoncé du quatuor de Porto Alegre, quinze ans après « Annihilation », en a émoustillé plus d’un. Rebaelliun allait-il poursuivre son entreprise de destruction de masse ou sombrer dans la redite fadasse Krisiunienne ? Suspeeeeeense…

Evidemment du suspense il y en a peu, avec un note plus que correcte vous vous doutez bien que « The Hell’s Decree » (tiens, ça ne vous dit rien ça ?), a plus de la confirmation que du comeback faisandé. Sans être un retour aux sources pur et dur malgré le clin d’œil évident à leur premier opus (« Hell’s Decree » étant le titre de la sixième piste de « Burn The Promised Land » dont Rebaelliun va même jusqu’à reprendre à l’identique son riff de fin au début de « Crush The Cross »), cette nouvelle offrande perpétue l’esprit d’un death metal ravageur et sans (trop de ?) concession. Si l’ensemble s’est un peu assagi, les Brésiliens n’ont pas perdu cette force de frappe qui vous prend férocement à la gorge et à ce titre « The Hell’s Decree » contient comme ses ainés son lot de mandales bien senties, de celles que l’on se prend avec un plaisir malsain et l’envie irrépressible d’en remettre une couche : « Affronting The Gods » (meilleur titre de l’album en ce qui me concerne) s’ouvre sur un blast dévastateur accompagné d’un riff ultra efficace histoire de bien vous mettre dans l’ambiance et ce ne sont pas « The Path Of The Wolf » ou la guerrière « Dawn Of Mayhem » qui viendront calmer les ardeurs (raaaah ce refrain refrain à hurler le poing levé dans un rictus belliqueux « Light is fadiiiiiing […] Dawn of mayheeeeem !! »), ni la conclusion « Anarchy (The Hell’s Decrees Manifesto) » qui vous prodiguera une dernière livraison de blasts en bonne et due forme toujours mis en exergue par le chant agressif d’un Lohy Fabiano dont le growl prendrait presque parfois des accents Barneysques. On progresse donc toujours en terrain hostile, subissant cette brutalité franche et sauvage conduite par le matraquage impétueux d’un Sandro Moreira qui semble demeurer étranger à toute idée de délicatesse (miam miam quand même tous ces bons blasts !).

Seulement si le fond n’a pas radicalement muté, la forme se veut quant à elle tout de même plus variée, plus ambiancée dans son riffing comme dans sa rythmique. Rebaelliun, loin d’avoir retourné sa veste entendons-nous bien, se veut toutefois ici plus lisible, calibré mais toujours sadiquement maitrisé et servi par une production puissante, limpide et sèche mais plus ronde (nous sommes en 2016). Accompagnant donc ces rafales de blasts, de nombreux passages mid-tempo (on frôle même le groovy sur « The Path Of The Wolf » à 59’’ et « Anarchy (The Hell’s Decree Manifetso) » à 34’’) voire franchement lents viendront aérer et alourdir un propos se voulant également plus mélodique (dès « Affronting The Gods » et ses quelques arpèges comme sur « Fire and Brimstone », le riff de « Legion » ou celui de « Rebaelliun »). Si ces dernières sont une vraie valeur ajoutée en termes d’ambiance et d’accroche, je reste plus circonspect sur la facette la moins véloce de l’album et notamment une « Fire and Brimstone » assez dispensable venant surtout casser la dynamique d’ensemble, là où « Crush The Cross » parvient, elle, à allier mid-tempo rampant et brutalité crasse. On a parfois le sentiment que le combo a tout de même un peu trop simplifié le propos, j’en veux également pour preuve un ratio riff/titre assez bas. Bref, il manque un peu ici de la folie destructrice des deux premiers opus et qui faisait partie de l’ADN de Rebaelliun à tel point qu’on finirait presque l’écoute en manque de tartinage (un comble pour un album des Brésiliens !).

Ne boudons pas notre plaisir pour autant, car même si « The Hell’s Decrees » nous propose un Rebaelliun un chouia plus sage et lorgnant parfois plus du côté de l’ange morbide que de son cadavre, je préfère voir le verre de caipirinha aux trois-quarts plein tant l’album reste globalement méchamment punitif tout au long de ces trente minutes qui défilent à vitesse grand V. Moins vicelard et impitoyable peut-être, plus facile d’accès certainement, « The Hell’s Decrees » reste un album d’une redoutable efficacité bardé de riffs autoritaires appuyés de blasts à vous transpercer les tympans et de soli frénétiques crachés à la gueule. Rebaelliun est donc encore loin de faire dans la dentelle et on aimerait bien ne pas avoir à patienter encore quinze ans avant de se manger la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
21/02/2017 12:57
Par particulièrement écouté cet album mais à la lecture de la chro, j'avais ajouté le fameux Annihilation à ma playlist fourre tout Spotify. Ça vient à peine de réapparaître au détour d'une écoute vachement plus mélodique et... Putain de bordel de merde, ça déboîte !
Keyser citer
Keyser
30/12/2016 21:12
note: 7.5/10
Un bon retour, simple et efficace, même si on regrettera la furie dévastatrice des précédents disques.
Niktareum citer
Niktareum
29/12/2016 16:13
note: 7.5/10
J'aurais mis 8/10 si "Fire & Brimstone" avait été remplacé par un titre plus classique. Il ne sert vraiment pas à grand chose... C'est dommage.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
29/12/2016 16:03
note: 8.5/10
Tout à fait de ton avis, et bien content de revoir les brésiliens en forme après tant d'années d'absence.

Effectivement le groupe a un peu simplifié son propos tout en proposant plus de variations, cependant ça conserve toute sa furie et sa puissance destructrice, même si "Fire and Brimstone" est plus faiblard que le reste et se retrouve être assez dispensable.

Cependant un excellent disque qui montre que le Brésil reste à la pointe en matière de brutalité !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rebaelliun
Death Metal
2016 - Hammerheart Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Rebaelliun
Rebaelliun
Death Metal - 1998 - Brésil
  

vidéos
 Affronting the Gods
Affronting the Gods
Rebaelliun

Extrait de "The Hell's Decrees"
  
Legion
Legion
Rebaelliun

Extrait de "The Hell's Decrees"
  

tracklist
01.   Affronting the Gods
02.   Legion
03.   The Path of the Wolf
04.   Fire and Brimstone
05.   Dawn of Mayhem
06.   Rebaelliun
07.   Crush the Cross
08.   Anarchy (The Hell's Decrees Manifesto)

Durée : 30'08

line up
parution
13 Mai 2016

voir aussi
Rebaelliun
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last Stand) (EP)

2017 - Hammerheart Records
  

Essayez aussi
Crucifyre
Crucifyre
Infernal Earthly Divine

2011 - Pulverised Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22 (Réenr.)
(V2.0.08)

2008 - Nuclear Blast Records
  
Blaspherian
Blaspherian
Infernal Warriors Of Death

2011 - Deathgasm Records
  
Grind Inc.
Grind Inc.
Inhale The Violence

2006 - Morbid Records
  
Witchrist
Witchrist
Curses Of Annihilation (Compil.)

2009 - Crush Until Madness
  

Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique