chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Soulburn - Earthless Pagan Spirit

Chronique

Soulburn Earthless Pagan Spirit
Le voilà donc, ce nouveau Soulburn. Earthless Pagan Spirit. Troisième du nom, après un Feeding on Angels que j’avais adoré et un The Suffocating Darkness plus en retrait pour ma part. Dès le début de l’aventure Soulburn, j’ai adhéré. Sans arrière-pensée coupable. En m’avouant que, finalement, j’avais enfin trouvé un groupe de death qui ne duplique pas à l’infini toujours la même soupe, comme 90% de la scène actuelle. Enfin, j’avais trouvé l’alternative réellement dark, réellement souterraine, au grand Asphyx. Et de fait, à chaque annonce, la curiosité me pique de nouveau.

Where Splendid Corpses Are Towering Towards the Sun ouvre l’album sur un rythme assez enlevé mais petite déception d’entrée : le son manque de profondeur et n’est pas aussi nécro qu’à l’origine. Et remplacer Wannes Gubbels sévère toujours aussi délicat. Sa voix habitée, qui faisait le charme de Feeding…, manque toujours cruellement à Earthless, même si Geel ne démérite pas. Dommage.

La marque de fabrique du groupe – le mid-tempo enlevé couplé à des ralentissements létaux et à des reprises ultra dynamiques – demeure (Howling at the Heart of Death ; As Cold As Heavens Slain). Quelques solis trempés dans l’acide apparaissent ça et là pour aérer les titres mais sans jamais les faire perdre en obscurité et en saleté. Mais l’impression qui restait auparavant en bouche – celle d’un bloc de granit ultra dynamique, allant chercher sa source aux tréfonds d’un abîme – a disparu. L’urgence quasi punk des premiers titres également. The Blood Ascendant puise bien ses racines dans les souterrains les plus putrides qui soient ; il y manque un poil de je-ne-sais-quoi. Et pourtant, dès ce second titre, les aspects doom ressortent et s’intègrent à merveille – comme toujours – dans la structure. Pourtant, ils ne sont pas menés au bout de leur idée ; des riffs plus « génériques » coupent leur élan alors qu’une rythmique punk eut permis d’en faire apparaître toutes les aspérités, tout le génie et, dans le même temps, de relancer le morceau, comme ce fut le cas sur Feeding encore une fois (toutefois, As Cold As Heavens Slain ou l’incandescent The Torch inversent un peu la donne).

Et parfois, quelques nouveautés – la voix féminine ou le bruitage d’outro – nous parviennent mais sans réellement convaincre (Withering Nights ; Diary of a Reaper). Dès ce titre, une certaine répétition s’installe même… Pour autant, l’effort mélodique présent sur ce morceau est plutôt agréable, lui conférant certains atours The Gathering (oui, oui !) alors que la plupart des autres titres en sont dépourvus (toutefois, Spirited Asunder démontre de belles possibilités en la matière).

Il est vraiment regrettable que Soulburn n’ait pas poursuivi sur sa lancée de Feeding, sur ce mélange épatant de punk, de black, de death et de gros doom écrasant, le tout trempé dans une grande bassine d’huile. L’amalgame de tout cela faisait de Soulburn un groupe à part, unique. C’est toujours le cas – le talent ne s’efface pas d’un coup – mais Earthless manque de ces petites choses qui faisait la classe des albums antérieurs. En clair, Earthless manque d’âme. Pourtant, des pistes existaient, comme cet apport mélodique sur certains titres (Spirited Asunder est de fait un morceau superbe) ou la volonté d’accentuer davantage encore les cassures, les ralentissements drastiques au sein de morceaux enlevés.

Soulburn n’est jamais moyen, jamais mauvais. Mais il lui arrive d’avoir un coup de mou ou de décevoir. C’est le cas, pour ma part, avec cet album. Il reste sans doute haut dessus du lot mais, à titre personnel, manque cruellement d’âme et, un peu aussi, de couilles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
09/01/2017 09:04
note: 7/10
Je me retrouve dans ta chronique et suis globalement de ton avis, il y'a de bons passages et des idées intéressantes mais néanmoins en décà de ce qu'ils ont déjà proposé par le passé, et surtout c'est franchement mollasson par moment.
RBD citer
RBD
08/01/2017 19:47
Musicalement le deuxième était pas mal, bien agressif et Black, mais trop Satan-guignol pour moi. L'intuition de tirer Asphyx vers un côté plus sombre encore et Beumeu n'était pas mauvaise pourtant, et fort pertinemment soulignée ci-dessus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soulburn
Death / Doom
2016 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (15)  7.11/10

plus d'infos sur
Soulburn
Soulburn
Death / Doom - 1996 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Where Splendid Corpses Are Towering Towards the Sun
02.   The Blood Ascendant
03.   Howling at the Heart of Death
04.   As Cold as Heavens' Slain
05.   Withering Nights
06.   The Torch
07.   Spirited Asunder
08.   Diary of a Reaper (Outro)
09.   The Last Monument of God

Durée : 51:15

line up
parution
18 Novembre 2016

Essayez aussi
Anathema
Anathema
The Silent Enigma

1995 - Peaceville Records
  
Temple of Void
Temple of Void
Lords of Death

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Anatomia
Anatomia
Cranial Obsession

2017 - Nuclear War Now! Productions
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
The Morning Never Came

2003 - Firebox Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Never Cross The Dead

2010 - Profound Lore Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique