chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dead Limbs - Spiritus/Sulphur

Chronique

Dead Limbs Spiritus/Sulphur
 Sérieux, le terme black atmosphérique est utilisé à tort et à travers pour dénommer tout et n’importe quoi. Dès qu’un ajoute légèrement un élément apparemment éloigné du trve de base, il est classé dans cette catégorie. Et s’il appuie plus encore sur cet élément, là il a le droit de devenir black expérimental, post-black, folk ou viking. Mais s’il ne dépasse pas une certaine ligne, il est atmosphérique. Du coup DEAD LIMBS est décrit par son label, mais par le bandcamp du groupe lui-même, comme faisant du black atmosphérique. C’est plus par commodité d’étiquette que par une quelconque ressemblance avec les formations les plus représentatives du style. Pas parce que les Brésiliens inventent quelque chose de nouveau, mais parce qu’ils piochent dans beaucoup d’artifices différents pour les greffer un à un à leur black metal.

DEAD LIMBS est un trio mené par Asclepius, Saturnus et Poimandres. Et même si vous ne le connaissez pas encore il a tapé dans l’œil de Northern Silence Production, ce qui est en soi un gage de qualité, ou au moins d’intérêt évident. Et c’est vrai que bien que Spiritus / Sulphur soit un premier album il y a une assurance, une maturité et une maitrise très respectables. Les principales influences admises et citées sont AGALLOCH et MGLA. Deux groupes auxquels je n’avais absolument pas pensé au fil des écoutes, mais des références qui ne sont pas si farfelues que ça au final. Car c’est vrai qu’il y a des parties très introspectives et en semi clairs comme chez les premiers. Tout en restant sobre, le groupe glisse des éclaircies mélancoliques. Et comme chez les seconds il y a des envolées de riffs mélodiques déchainés. Mais voilà, on n’a aucunement l’impression d’écouter une copie de l’un ou de l’autre. D’abord parce que d’autres éléments sont fortement présents. Des teintes post black apparaissent, comme sur l’instrumental désespéré « The Thorncrown’s Blessing », le long et pourtant très digeste « Awake ! O Sleeper of the Land of Shadows » mais aussi tout au long de l'opus, par bribes. Du coup la référence à DEAFHEAVEN me semble indispensable, mais je le répète cet album ne devient pas pourtant du post black pur pour autant. C'est une texture parmi d'autres. Et ça c'est aussi grâce aux vocaux qui ont beaucoup d’intonations proches du death mélo, et qui peuvent varier et aller dans un timbre plus clair.

Ce serait exagéré de faire des comparaisons avec ENSLAVED, BORKNAGAR ou ARCTURUS parce que les ambiances ne sont pas les mêmes. Ni le rendu, ni le style. Mais il y a bien une même envie de varier. Pas pour se démarquer, mais parce que c’est son identité. Et ça c’est l’un des points les plus plaisants et réussis de ces 6 pistes. Tout est tellement bien mis en place qu’on ne tique à aucun moment. Et que l’on ne se lasse pas. Mais c’est aussi ce qui manque pour une note plus haute : des parties plus marquantes, qui viennent remuer plus notre âme.

Un très bon travail en attendant. Un album conseillé pour les fans de black ouverts à d’autres possibilités.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Sulphur citer
Sulphur
26/01/2017 17:41
note: 7.5/10
En écoute sur Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=H8YZ_FUt7EI&t=129s
Confirmation. C'est sympa, mais en effet un peu léger.
Tout de même très bien.
Kedran citer
Kedran
22/01/2017 21:48
Vraiment pas mal oui. A peine 35min par contre
Sulphur citer
Sulphur
22/01/2017 10:47
note: 7.5/10
De même. J'écoutais les deux titres dispos sur le Bandcamp du groupe, et ça à l'air bien sympa. Merci.
Dysthymie citer
Dysthymie
22/01/2017 10:44
Le titre en écoute est pas mal du tout !
NightSoul citer
NightSoul
22/01/2017 10:28
Je prends ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Limbs
Black metal atmosphérique
2017 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dead Limbs
Dead Limbs
Black metal atmosphérique - Brésil
  

tracklist
01.   Golden Age
02.   Echoes Of Yore
03.   The Craven's Pilgrimage
04.   Monolith of Deceived Hollows
05.   The Thorncrown's Blessing
06.   Awake! O Sleeper Of The Land Of Shadows

Durée : 35:54

parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
Nahtrunar
Nahtrunar
Symbolismus

2015 - Altare Productions
  
Mesarthim
Mesarthim
Isolate

2015 - Autoproduction
  
V:28
V:28
VioLution

2007 - Vendlus Records
  
Notre Amertume / Ars Moriendi
Notre Amertume / Ars Moriendi
Agonie d'un ancien monde (Split-CD)

2012 - Archaic Sound
  
Aodon
Aodon
Sharphood

2016 - Antinomie Productions
  

Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique
Eternal Torment
Blind To Reality (EP)
Lire la chronique
Anaboth
Ścierwo o bruk
Lire la chronique
Deserter
Coils of the Lesser Serpent
Lire la chronique