chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dead Limbs - Spiritus/Sulphur

Chronique

Dead Limbs Spiritus/Sulphur
 Sérieux, le terme black atmosphérique est utilisé à tort et à travers pour dénommer tout et n’importe quoi. Dès qu’un ajoute légèrement un élément apparemment éloigné du trve de base, il est classé dans cette catégorie. Et s’il appuie plus encore sur cet élément, là il a le droit de devenir black expérimental, post-black, folk ou viking. Mais s’il ne dépasse pas une certaine ligne, il est atmosphérique. Du coup DEAD LIMBS est décrit par son label, mais par le bandcamp du groupe lui-même, comme faisant du black atmosphérique. C’est plus par commodité d’étiquette que par une quelconque ressemblance avec les formations les plus représentatives du style. Pas parce que les Brésiliens inventent quelque chose de nouveau, mais parce qu’ils piochent dans beaucoup d’artifices différents pour les greffer un à un à leur black metal.

DEAD LIMBS est un trio mené par Asclepius, Saturnus et Poimandres. Et même si vous ne le connaissez pas encore il a tapé dans l’œil de Northern Silence Production, ce qui est en soi un gage de qualité, ou au moins d’intérêt évident. Et c’est vrai que bien que Spiritus / Sulphur soit un premier album il y a une assurance, une maturité et une maitrise très respectables. Les principales influences admises et citées sont AGALLOCH et MGLA. Deux groupes auxquels je n’avais absolument pas pensé au fil des écoutes, mais des références qui ne sont pas si farfelues que ça au final. Car c’est vrai qu’il y a des parties très introspectives et en semi clairs comme chez les premiers. Tout en restant sobre, le groupe glisse des éclaircies mélancoliques. Et comme chez les seconds il y a des envolées de riffs mélodiques déchainés. Mais voilà, on n’a aucunement l’impression d’écouter une copie de l’un ou de l’autre. D’abord parce que d’autres éléments sont fortement présents. Des teintes post black apparaissent, comme sur l’instrumental désespéré « The Thorncrown’s Blessing », le long et pourtant très digeste « Awake ! O Sleeper of the Land of Shadows » mais aussi tout au long de l'opus, par bribes. Du coup la référence à DEAFHEAVEN me semble indispensable, mais je le répète cet album ne devient pas pourtant du post black pur pour autant. C'est une texture parmi d'autres. Et ça c'est aussi grâce aux vocaux qui ont beaucoup d’intonations proches du death mélo, et qui peuvent varier et aller dans un timbre plus clair.

Ce serait exagéré de faire des comparaisons avec ENSLAVED, BORKNAGAR ou ARCTURUS parce que les ambiances ne sont pas les mêmes. Ni le rendu, ni le style. Mais il y a bien une même envie de varier. Pas pour se démarquer, mais parce que c’est son identité. Et ça c’est l’un des points les plus plaisants et réussis de ces 6 pistes. Tout est tellement bien mis en place qu’on ne tique à aucun moment. Et que l’on ne se lasse pas. Mais c’est aussi ce qui manque pour une note plus haute : des parties plus marquantes, qui viennent remuer plus notre âme.

Un très bon travail en attendant. Un album conseillé pour les fans de black ouverts à d’autres possibilités.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Sulphur citer
Sulphur
26/01/2017 17:41
note: 7.5/10
En écoute sur Youtube. https://www.youtube.com/watch?v=H8YZ_FUt7EI&t=129s
Confirmation. C'est sympa, mais en effet un peu léger.
Tout de même très bien.
Kedran citer
Kedran
22/01/2017 21:48
Vraiment pas mal oui. A peine 35min par contre
Sulphur citer
Sulphur
22/01/2017 10:47
note: 7.5/10
De même. J'écoutais les deux titres dispos sur le Bandcamp du groupe, et ça à l'air bien sympa. Merci.
Dysthymie citer
Dysthymie
22/01/2017 10:44
Le titre en écoute est pas mal du tout !
NightSoul citer
NightSoul
22/01/2017 10:28
Je prends ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dead Limbs
Black metal atmosphérique
2017 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dead Limbs
Dead Limbs
Black metal atmosphérique - Brésil
  

tracklist
01.   Golden Age
02.   Echoes Of Yore
03.   The Craven's Pilgrimage
04.   Monolith of Deceived Hollows
05.   The Thorncrown's Blessing
06.   Awake! O Sleeper Of The Land Of Shadows

Durée : 35:54

parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Toward The Depths

2008 - Hammer Of Damnation
  
Aodon
Aodon
Sharphood

2016 - Antinomie Productions
  
Csejthe
Csejthe
Réminiscence

2013 - Eisenwald Tonschmiede
  
Grima
Grima
Tales of the Enchanted Woods

2017 - Naturmacht Productions
  
Moon
Moon
Render of the Veils

2015 - Moribund Records
  

Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique