chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
19 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Vircolac - The Cursed Travails Of The Demeter

Chronique

Vircolac The Cursed Travails Of The Demeter (EP)
Deux ans après une première démo parue chez Iron Bonehead Productions et Dark Descent Records, les Irlandais de Vircolac signent leur retour aux affaires avec la sortie d’un EP paru en octobre dernier sur le label allemand Sepulchral Voice Records. Un parcours discret mais exemplaire marqué dans le cadre de cette nouvelle sortie par l’arrivée d’un second guitariste en la personne de Brendan McConnell.
Intitulé The Cursed Travails Of The Demeter, ce premier EP se compose de quatre nouveaux morceaux pour une durée d’environ vingt-cinq minutes. Et comme le titre de ce dernier nous l’indique, Vircolac (qui signifie "loup-garou" en roumain) y aborde le thème de Dracula (le Demeter est en effet le nom du navire par lequel le célèbre vampire de Transylvanie est arrivé en Angleterre dans le roman de Bram Stoker).

Est-ce l’arrivée de ce second guitariste ou bien tout simplement le fruit d’une maturité acquise au cours de ces deux dernières années ? Quoi qu’il en soit, on ne peut que constater la somme des progrès réalisés par Vircolac depuis la sortie de Codex Perfida. De la production aux compositions en passant par l’atmosphère et cette identité plus marquée que jamais, les Irlandais ont clairement mis à profit ces deux ans pour tenter d’affiner leur recette et ainsi marquer le coup après une première démo déjà très satisfaisante.

Signée une fois encore des mains du jeune Ola Ersfjord (Dread Sovereign, Malthusian, Morbus Chron, Tribulation, ZOM...), la production de The Cursed Travails Of The Demeter n’a pourtant plus grand-chose à voir avec celle de Codex Perfida alors beaucoup plus rugueuse et abrasive. Dispensée de ces saturations qui apportaient à cette démo ce petit côté démo (désolé, je n’ai pas trouvé mieux...), le travail du Suédois se montre nettement plus ambitieux que par le passé (un son profond et tout en rondeur). Un choix qui correspond à l’envie de Vircolac d’affirmer son identité à travers des compositions bien plus riches et abouties qu’auparavant.
Si les écoutes répétées renforcent effectivement cette impression, ce sentiment s’installe pourtant dès la première plongée dans les méandres de The Cursed Travails Of The Demeter. Passé ce titre qui donne son nom à ce nouveau disque, il ne fait aucun pli que Vircolac souhaite désormais passer à l’étape supérieure. Outre cette production beaucoup plus limpide, ce sont surtout ces quatre nouveaux morceaux qui, quelque part, créés la surprise. Si Vircolac navigue toujours dans les eaux troubles d’un Death Metal à l’ancienne teinté de très fortes influences Black Metal, j’avoue pour ma part que je trouve la frontière entre les deux genres encore un peu plus ténue qu’auparavant. Alors oui, des groupes qui font du Black / Death, il y en a à tire-larigot mais pour le coup, je trouve aujourd’hui que les Irlandais de Vircolac proposent quelque chose qui n’appartient qu’à eux, s’affranchissant dorénavant du côté peut-être trop passe-partout d’une première démo certes, efficace, mais relativement convenue. Peut-être est-ce dû à ce rythme quelque peu lancinant que le groupe entretien à travers de vraies/fausses séquences mid-tempo où les accélérations n’en sont jamais vraiment (loin de ces nombreuses attaques que l’on peut trouver sur Codex Perfida ). Il y a bien quelques moments plus enlevés que d’autres, notamment sur "Lascivious Cruelty" dont le rythme chaloupé contraste quelque peu avec les trois autres morceaux, mais dans l’ensemble Vircolac nous emmène avec lui dans un voyage en forme de récit posé et étouffant fait d’histoires et de de mythes autour de la sorcellerie, du Diable, des vampires et autres créatures de la nuit. Derrière son micro, Darragh O'Laoghaire donne l’impression d’un conteur fou, que l’on imagine très bien le visage masqué d’une large capuche, les mains faisant des gestes crispés et effrayants au fil des histoires qu’il raconte... Il se dégage ainsi de The Cursed Travails Of The Demeter une espèce d’atmosphère poussiéreuse qui traduit très bien cette époque victorienne durant laquelle prenne place les évènements décrits ici.
L’arrivée de Brendan McConnell ne passe pas non plus inaperçu. Alors que Codex Perfida était exempt de solo, on en trouve ici à quelques reprises. Ces derniers apportent une touche mélodique évidente avec, en comparaison de cette ambiance si particulière, un je ne sais quoi de décadent ("Charonic Journey (Stygian Revelation)" à 2:40, "Betwixt The Devil And Witches" à 5:29). C’est bref, plutôt inattendu et surtout bien fichu apportant ainsi un peu de fraîcheur à une atmosphère viciée d’un autre temps, d’une autre époque.

Avec The Cursed Travails Of The Demeter, Vircolac se détache de ses influences trop évidentes et affine ainsi son style pour un résultat plus personnel et abouti. Désormais moins enclin à l’expression débridée d’une certaine violence, les Irlandais préfèrent aujourd’hui la mise en place subtile d’une atmosphère délétère bien plus sournoise. Cela à travers des titres beaucoup nettement plus hypnotisant que par le passé. Un parti pris intéressant qui fait de Vircolac un groupe relativement à part dans le paysage Black/Death actuel (pas d’attaques frontales, une atmosphère bien particulière qui porte l’idée d’une certaine époque...). Et rien que pour cela, Vircolac mérite qu’on lui prête une oreille attentive. A bon entendeur...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
08/02/2017 16:43
note: 3.5/5
Rien de très original mais ça fait le métier comme il faut ! On passe un bon moment et le format EP se révèle parfaitement adapté !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vircolac
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines : (4)  3.96/5

plus d'infos sur
Vircolac
Vircolac
Death Metal - 2013 - Irlande
  

tracklist
01.   The Cursed Travails Of The Demeter  (06:40)
02.   Charonic Journey (Stygian Revelation)  (04:40)
03.   Lascivious Cruelty  (05:03)
04.   Betwixt The Devil And Witches  (09:21)

Durée : 25:44

line up
parution
31 Octobre 2016

voir aussi
Vircolac
Vircolac
Codex Perfida (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Withdrawn
Withdrawn
Skulls Of The Weak

2009 - Another Sphere Records
  
Sabbatory
Sabbatory
Endless Asphyxiating Gloom

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Disparaged
Disparaged
The Wrath Of God

2009 - Twilight-Vertrieb
  
Undead Prophecies
Undead Prophecies
False Prophecies

2015 - Listenable Records
  
Electrocution
Electrocution
Inside The Unreal (Rééd.)

1993 - Contempo Records
  

Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique