chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Great Old Ones - EOD: A Tale Of Dark Legacy

Chronique

The Great Old Ones EOD: A Tale Of Dark Legacy
En l’espace de deux albums sortis via Les Acteurs De l’Ombre Productions, les Bordelais de The Great Old Ones se sont bâti une solide réputation grâce à un Black Metal bien souvent affublé du préfixe "post". A travers un univers extrêmement riche basé sur la littérature fantastique d’H.P. Lovecraft ainsi qu’une mise en pratique toute personnelle (notamment sur l’excellent Tekeli-li), le groupe a très vite su trouver son public que ce soit en France où même à l’étranger où The Great Old Ones a pas mal tourné ces derniers mois.
Fort de ce succès, rien d’étonnant à ce que le groupe se voit courtisé par d’autres structures mieux implantées. Si on imagine très bien que les Bordelais n’ont eût que l’embarras du choix, ces derniers ont néanmoins souhaité faire équipe avec Season Of Mist, un autre label français dont le réseau de distribution s’étend bien au-delà de notre territoire.

Intitulé EOD : A Tale Of Dark Legacy, ce troisième album s’intéresse à la célèbre et inquiétante Innsmouth, petite ville côtière du Massachussetts imaginée par Lovecraft dans une nouvelle publiée en 1936 et intitulée "The Shadow Over Innsmouth". Cette œuvre littéraire relate ainsi l’histoire de Robert Olmstead, un jeune homme parti à la découverte de ses origines et dont le périple va le mener dans une petite ville étrange, autrefois rendue célèbre pour ses pêches fructueuses mais désormais évitée de tous. Il va alors très vite découvrir que la population de cette petite bourgade est aujourd’hui marquée par des difformités physiques inexpliquées et que cette dernière a troqué le Christianisme au profit d’une religion occulte répondant au nom de l’Ordre Ésotérique de Dagon (Esoteric Order of Dagon - EOD).

"I’m finally here. I’m finally in Innsmouth". Voilà ce qu’annonce la voix de Benjamin Guerry, guitariste/chanteur de The Great Old Ones et narrateur attitré de la formation sur la courte introduction baptisée "Searching For R. Olmstead". 25 secondes de cordes pincées/frottées appuyées par l’arrivée de voix fantomatiques qui suffisent à instaurer un certain sentiment d’effroi avant même que ne démarre ce nouveau récit imaginé pour l’occasion par les Bordelais. Car avec EOD : A Tale Of Dark Legacy, le groupe se propose de nous raconter la suite du célèbre écrit de Lovecraft à travers les yeux d’un descendant de Robert Olmstead. Encore une fois, on ne peut que saluer le travail abattu pour s’approprier et rendre intéressant un univers pourtant maintes et maintes fois abordé dans la scène Metal. Une tâche colossale que le groupe a toujours assumée seul, de l’artwork signé une fois de plus du guitariste/chanteur Jeff Grimal à l’écriture par Benjamin Guéry de cette histoire librement inspiré par le célèbre auteur américain.
Alors que je ne m’attendais pas à être particulièrement surpris à l’écoute de ce nouvel album, je dois pourtant bien reconnaître que le rythme soutenu ainsi que la noirceur qui caractérise ce EOD : A Tale Of Dark Legacy m’a tout de même interpellé. A l’image de cet artwork sombre, menaçant et tentaculaire, la majorité de ces nouveaux morceaux corsent le ton là où nous étions habitués à un groupe plus en subtilités et en demies-mesures. Et si cet aspect de la personnalité de The Great Old Ones n’a pas pour autant disparu (nombreuses sont effectivement les séquences moins en tension où règnent une certaine lumière, un certain calme), on ne peut que s’enthousiasmer face à ce visage plus sombre et agressif que revêt aujourd’hui le Black Metal des Bordelais. Blast-beats haletants, jeu de cymbales qui frise souvent l’épilepsie, enchevêtrement de voix arrachées et gutturales ainsi qu’une atmosphère sombre et pesante viennent ainsi apporter à ce troisième album une aura encore bien différente de celles de ses prédécesseurs.
Ce n’est peut-être pas grand-chose dit comme ça, mais réussir à jouer autant sur les atmosphères tout en restant cohérent et fidèle à sa musique nécessite tout de même une vision d’ensemble que peu de groupes cherchent à acquérir. D’autant plus que The Great Old Ones s’applique à chaque fois à nous raconter une histoire c’est à dire à mettre en musique des écrits, à rendre vivant et concret par ses compositions des sentiments (folie, angoisse, peur, renoncement...), des personnages (un caractère principal souvent au cœur de la tourmente ainsi qu’un bestiaire de monstres venus des profondeurs) et des situations dans lesquelles on va alors retrouver ces quelques protagonistes. Comme avec Al-Azif et Tekeli-li, le groupe nous transporte dans son univers grâce à un Black Metal narratif et figuratif fait d’une multitude de détails (il n’y a qu’a voir le soin apporté aux arrangements - clavier, guitare acoustique, narration, sample...) qui va rendre tangible et palpable les vicissitudes de personnages bien souvent dépassés par les évènements auxquels ils doivent faire face. Telle une œuvre cinématographique, la musique de The Great Old Ones suit une trame bien définie faite de moments forts et de séquences plus en retenues. Un lien puissant entre musique et narration qui rend l’immersion dans l’univers des Bordelais extrêmement aisé.

Semblable à ses prédécesseurs et pourtant différents par bien des aspects, EOD : A Tale Of Dark Legacy est une fois de plus un album particulièrement réussi. A travers ces trois œuvres, The Great Old Ones a su s’approprier un univers déjà maintes fois abordé par le passé. Il faut dire que les Bordelais sont allés bien plus loin que la plupart des autres groupes dans l’interprétation de l’œuvre de Lovecraft. Avec ce troisième album, le groupe continue ainsi son exploration du mythe lovecraftien sans jamais donner le sentiment de tourner en rond. Au contraire, EOD : A Tale Of Dark Legacy dévoile un visage plus sombre et plus agressif qui laisse ainsi entrevoir un éventail encore plus large de possibilités. S’il ne cherche pas à surprendre, The Great Old Ones réussi pourtant à créer la surprise en étant là où on ne l’attendait pas forcément. Sachant que l’œuvre de l’écrivain américain est encore loin d’avoir été complètement exploitée par les Bordelais, on peut s’attendre à d’autres albums aussi prenants et immersifs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
02/03/2017 10:11
Je les vois ce soir à Paris. Content que l'album soit plus direct que son précédent, ça m'avait empêché de l'aimer, et je pense qu'il passera mieux sur scène.
Streker citer
Streker
01/03/2017 23:50
Très bon album. Vu sur scène avant hier très bonne exécution. Rien à dire.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Great Old Ones
Black Metal
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  7.86/10
Webzines : (9)  8.08/10

plus d'infos sur
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Black Metal - 2009 - France
  

tracklist
01.   Searching For R. Olmstead  (00:25)
02.   The Shadow Over Innsmouth  (09:24)
03.   When The Stars Align  (04:48)
04.   The Ritual  (09:31)
05.   Wanderings  (01:15)
06.   In Screams And Flames  (07:50)
07.   Mare Infinitum  (10:55)

Durée : 44:08

line up
parution
27 Janvier 2017

voir aussi
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Tekeli-Li

2014 - Les Acteurs de l'Ombre
  
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Al Azif

2012 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Essayez aussi
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Desert Dances And Serpent Sermons (Split-CD)

2015 - The Ajna Offensive / Iron Bonehead Productions / Crepusculo Negro
  
Infestus
Infestus
Chroniken Des Ablebens

2008 - Debemur Morti Productions
  
Otargos
Otargos
Ten-Eyed Nemesis

2006 - Several Bleeds Records
  
Malleus
Malleus
Storm Of Witchcraft (EP)

2016 - Autoproduction
  
Doombringer
Doombringer
The Grand Sabbath

2014 - Malignant Voices
  

Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique