chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
20 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hymn - Perish

Chronique

Hymn Perish
Vous qui souhaitez entrer ici, quelques questions sont à vous poser au préalable. Aimez-vous vous faire tartiner la gueule ? Appréciez-vous vous en prendre plein la tronche par une musique ? Adorez-vous pousser un « ouch » de douleur quand les guitares arrivent ? Trouvez-vous qu'une œuvre comme Salò ou les 120 Journées de Sodome est un guide pratique ou encore que François Fillon a énormément de chance ces derniers temps ? Si la réponse est un « oui » dit avec appétit, alors, bienvenue par ici.

Car avec Hymn, vous allez morfler. Fondé par des membres de Tombstones et Buckaduzz (inconnus au bataillon chez bibi), ce duo sort son premier album cette année chez le maître Svart Records. Et, bon sang, ils ne sont pas entrés par la petite porte ! Étrange à plus d'un titre, Perish affiche directement des intentions de faire du mal à tout le monde et du bien aux amateurs de doom « amplifier worship ».

Difficile, pourtant, de catégoriser avec justesse le style des Norvégiens. Pour dire les choses le plus simplement possible, imaginez une soirée où Ghold et le Pombagira de Baron Citadel sont assis tranquillement, Neurosis (vous êtes sûr que ce n'est pas Scott Kelly au micro ?) déboulant sans crier gare pour tout casser. En effet, malgré une étiquette « stoner / doom » revendiquée, c'est entre plusieurs chaises que Hymn assoit son derrière d'éléphant, allant jusqu'à titiller plus d'une fois le black metal le plus abrasif (« Spectre » par exemple).

Impossible, donc, de faire une liste exhaustive de ce que Perish laisse entrevoir durant ses quarante-six minutes. Plaçant tout ce qu'il trouve sous sa main écrasante, il modèle ces différentes choses au gré de ses envies. Et les envies de Hymn sont celles d'avalanche : intense, polaire et implacable, ce qu'il possède de groove dessine ici des déserts de glace, où les curieux attrapés par le libellé « stoner » risquent bien de regretter d'avoir préparé des tongs et non des doudounes. Aidé par un son froid et surpuissant (un duo plus ébouriffant qu'un groupe au complet), chaque passage semble joué la mâchoire serrée et les muscles tendus, dans une nervosité constante qui s'avère épuisante les premières fois. Pfiou.

Seulement, quiconque se décidant à aller plus loin verra que Hymn n'est pas qu'un monstre au service de l'amplification. Non, ce son sert avant tout une ambiance, de plus en plus palpable, où les mélodies (car il y en a à foison ici, cf. les envolées de « Hollow » par exemple) transmettent plus que leur lot d'émotion. Congelé, mais à aucun moment stérile ou clinique, Perish possède toute l'ampleur épique et humaine d'une formation marquée par Neurosis sans toutefois la copier. Clairement maîtres de leur propre univers, les Norvégiens évoquent des sentiments de vie et survie bien connus chez les créateurs de Souls at Zero mais les transposent dans leur pays à eux, la Norvège, et sa culture faite d'intempéries black metal, de montagnes éternellement enneigées, de dominantes grise et blanche. Aussi jouissif pour qui aime ce genre de « plaisir » masochiste que prenant dans ce qu'il transmet d'existence vécue à l'arrachée, ce premier longue-durée est décidément une réussite.

Certes, les rotations s'accumulant, une certaine marge de progression se dessine, notamment lors d'un final où les riffs se font plus communs ou encore dans cette frustration de ne pas voir Hymn quitter une certaine routine plus souvent. Mais doté d'une sacrée personnalité, Perish s'inscrit comme un indispensable pour qui n'est pas contre un peu de modernité dans son doom, transposant la lourdeur élémentaire d'une entité comme Warhorse au sein d'un décor de neige où se sentir blessé, mais heureux. Ah oui ! Faites moi mal !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
08/02/2017 11:58
note: 7.5/10
Le morceau "Spectre" est en écoute sur Soundcloud.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hymn
Doom / Stoner / Post Metal
2017 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (10)  7.17/10

plus d'infos sur
Hymn
Hymn
Doom / Stoner / Post Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Ritual
02.   Rise
03.   Serpent
04.   Hollow
05.   Spectre
06.   Perish

Durée : 46 minutes 15 secondes

line up
parution
17 Février 2017

Essayez aussi
SubRosa
SubRosa
More Constant Than The Gods

2013 - Profound Lore Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Yob
Yob
Clearing the Path to Ascend

2014 - Neurot Recordings
  

Antoine Barde / Pierre Jauniaux / Patrice Verry
Rammstein : Les Crasheurs d...
Lire la chronique
Gravetemple
Impassable Fears
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Purge And Purify
Lire la chronique
The Midnight Ghost Train
Live At Roadburn 2013 (Live)
Lire la chronique
Putrid Offal
Anatomy (EP)
Lire la chronique
Striborg
A Procession of Lost Souls
Lire la chronique
Integrity
Humanity Is The Devil (EP)
Lire la chronique
Higher Power
Soul Structure
Lire la chronique
Heavy Justice
And So We Fall...
Lire la chronique
Bethzaida
LXXVIII
Lire la chronique
Wildspeaker
Spreading Adder
Lire la chronique
Jagged Vision
Death Is This World
Lire la chronique
Exocrine
Ascension
Lire la chronique
CHVE
10910
Lire la chronique
Khragkh
Ersatz
Lire la chronique
Desultory
Through Aching Aeons
Lire la chronique
Van Halen
Van Halen
Lire la chronique
Time Lurker
Time Lurker
Lire la chronique
Emyn Muil
Elenion Ancalima
Lire la chronique
Dying Fetus
Wrong One to Fuck With
Lire la chronique
La forêt, plus forte que l'enfer !!!
Lire le podcast
Skelethal
Of The Depths...
Lire la chronique
Hundredth
Rare
Lire la chronique
Voice Of Winter
Childhood Of Evil
Lire la chronique
Atlas
Death and Fear (EP)
Lire la chronique
Final Drive
Dig Deeper
Lire la chronique
Black Sabbath
Live at Last (Live)
Lire la chronique
Devil
To The Gallows
Lire la chronique
Puta Volcano
Harmony Of Spheres
Lire la chronique
Blood Feast
The Future State Of Wicked
Lire la chronique