chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

黒狂 - KOKUKYOU

Chronique

黒狂 KOKUKYOU (Démo)
Allez, une chronique pour me faire plaisir à moi, et presque rien qu’à moi parce qu’en plus d’être un groupe japonais, KOKUKYOU n’a daigné imprimer que 66 copies de sa première démo, au format CD-R et en autoproduction ! Et je l’ai, là chez moi, devant moi. Nananère ! En tant que collectionneur de black japonais, il fallait que je l’aie de toute façon. Et en tant que casse-couille prétentieux, il fallait que je fanfaronne en en faisant une chronique.

Bon, il me faut réserve garder tout de même, car cette sortie 6 titres ne risque pas de devenir aussi culte que celle d’ENDLESS DISMAL MOAN sortie en 2004. Que j’ai aussi d’ailleurs, et pas toi ! Ahahaahah ! Re-nananère ! Mais peut-être qu’elle atteindra le niveau du premier EP de YVONXHE, celui qui faisait uniquement 7 minutes avec 4 titres. A ton avis, je l’ai ? Eh bah ouais je l’ai !!! Et là, je ne te ressors pas mon « nananère » qui pourrait te faire fuir, mais le visuel qui était vraiment plaisant !



ENDLESS DISMAL MOAN, YVONXHE... Non, ce ne sont pas vraiment des références prises au hasard, ni seulement pour leur nationalité. KOKUKYOU fait lui aussi dans un black metal rageur, intolérant et désordonnée d’apparence. Et il partage même le goût des deuxièmes pour des durées courtes. 17 minutes à peine, et encore, c’est grâce à une conclusion de 4 minutes pourtant composée uniquement de voix et percussion tribales. Pour ce Nippon, un titre ne semble pas devoir dépasser les 2:30. Il fait juste un effort surhumain sur la deuxième piste pour arriver à 3:25.

Mais au fait, où ai-je la tête ? J’allais oublier d’expliquer de qui il s’agit. C’est Kenzaburou Kojima ! Souviens-toi, fais appel à ta mémoire. Je t’en ai parlé à deux reprises ici. D’abord quand j’avais chroniqué Koozar / Bangi Vanz Abdul de son nouveau groupe KOOZAR. L’ancien, c’était GORUGOTH, actif dès la première moitié des années 90 ! Et ensuite il avait même eu la parole pour une interview dans le cadre de mon dossier « Black Japonais ». Il disait avec lucidité qu’il aimait les groupes underground, chaotiques et qu’il ne pourrait jamais s’écarter de cette mouvance.

Et bien ce n’est pas avec KOOZAR qu’il revient, mais avec encore un nouveau visage et donc ce KOKUKYOU, un nom composé de deux parties : KOKU pour « la noirceur » et KYOU pour « la folie ». Une folie sombre, noire et inquiétante qui correspond bien à ce qu’il nous délivre à nouveau. Il aplatit fort, il aplatit bien. Sa musique matraque de manière continue et le chaos qu’il apprécie tant se déverse à toute vitesse. Les mélodies sont en retrait, mais bie présentes, se dévoilant au fil des écoutes. Elles ne forment pas le noyau principal des compositions mais juste un bon arrière goût. Le propos est la destruction, et le propos est efficace. On regrette tout de même que la durée ne se justifie pas toujours. Certaines pistes donnent même l’impression d’être écourtées, stoppées en plein développement. Il y avait véritablement moyen de faire un mini album plus touffu, et du coup plus réussi.

Il faut espérer que cette démo ait pris cette forme pour remplir véritablement ses fonctions de demo, c’est à dire taper dans l’oreille des personnes visées qui pourraient avoir envie de signer KOKUKYOU. Qui nous peaufinerait alors ces titres pour les allonger d’une minute au moins et nous écrabouiller alors complètement la face dans ses ténèbres maléfiques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
黒狂
Trve Black Metal
2017 - Zero Dimensional Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
黒狂
黒狂
Trve Black Metal - Japon
  

écoutez
tracklist
01.   黒い混沌
02.   暗黒破壊思想
03.   みな殺し
04.   狂獄
05.   冥府魔道
06.   Outro

Durée : 16:49

line up
parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
Cendres de Haine
Cendres de Haine
Nihil Mirari

2014 - Deathrune Records
  
Nakkiga
Nakkiga
Amerasu

2013 - Darkwood
  
Satanic Warmaster
Satanic Warmaster
Fimbulwinter

2014 - Werewolf Records
  
Khephra
Khephra
L'Arcano Del Mondo

2013 - MalEventum
  
Blood Red Fog
Blood Red Fog
On Death's Wings

2014 - Saturnal Records
  

Nythis
Failed Machines Of Flesh (EP)
Lire la chronique
Ebola
II
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le présentation
Dudefest - Jour 3
Ahab + Chelsea Wolfe + Eart...
Lire le live report
Iamfire
From Ashes
Lire la chronique
Benighted
Necrobreed
Lire la chronique
Akerbeltz
Satanic
Lire la chronique
Balance of Terror
World Laboratory
Lire la chronique
God Dethroned
The World Ablaze
Lire la chronique
Hideous Divinity
Adveniens
Lire la chronique
Evoken
Antithesis of Light
Lire la chronique
Abigail au Fall Of Summer 2016
Lire l'interview
Ghost Bath
Starmourner
Lire la chronique
Terrifier
Weapons Of Thrash Destruction
Lire la chronique
The Arson Project + Warfuck
Lire le live report
Asyndess
L'Accomplissement
Lire la chronique
Fleshdoll
Hearts Of Darkness
Lire la chronique
Malevolent Creation
Stillborn
Lire la chronique
Withdrawal
Undiluted Fervour (EP)
Lire la chronique
Lex Riders, rétrospective
Lire l'interview
Mental Disease
Non Serviam (EP)
Lire la chronique
C'est quoi le trve black metal ? Un yaourt nature (pardi) !
Lire le podcast
Sinister
Syncretism
Lire la chronique
Deez Nuts
Binge & Purgatory
Lire la chronique
Lamb Of God
The Duke (EP)
Lire la chronique
Pagan Megalith
Viharjárás
Lire la chronique
Armament : Etre Thrash en Inde
Lire l'interview
Smash Hit Combo
Playmore
Lire la chronique
Nicolas Merrien pour la sortie du livre "Black Sabbath - Children Of The Grave"
Lire l'interview
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of...
Lire la chronique