chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
27 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

黒狂 - KOKUKYOU

Chronique

黒狂 KOKUKYOU (Démo)
Allez, une chronique pour me faire plaisir à moi, et presque rien qu’à moi parce qu’en plus d’être un groupe japonais, KOKUKYOU n’a daigné imprimer que 66 copies de sa première démo, au format CD-R et en autoproduction ! Et je l’ai, là chez moi, devant moi. Nananère ! En tant que collectionneur de black japonais, il fallait que je l’aie de toute façon. Et en tant que casse-couille prétentieux, il fallait que je fanfaronne en en faisant une chronique.

Bon, il me faut réserve garder tout de même, car cette sortie 6 titres ne risque pas de devenir aussi culte que celle d’ENDLESS DISMAL MOAN sortie en 2004. Que j’ai aussi d’ailleurs, et pas toi ! Ahahaahah ! Re-nananère ! Mais peut-être qu’elle atteindra le niveau du premier EP de YVONXHE, celui qui faisait uniquement 7 minutes avec 4 titres. A ton avis, je l’ai ? Eh bah ouais je l’ai !!! Et là, je ne te ressors pas mon « nananère » qui pourrait te faire fuir, mais le visuel qui était vraiment plaisant !



ENDLESS DISMAL MOAN, YVONXHE... Non, ce ne sont pas vraiment des références prises au hasard, ni seulement pour leur nationalité. KOKUKYOU fait lui aussi dans un black metal rageur, intolérant et désordonnée d’apparence. Et il partage même le goût des deuxièmes pour des durées courtes. 17 minutes à peine, et encore, c’est grâce à une conclusion de 4 minutes pourtant composée uniquement de voix et percussion tribales. Pour ce Nippon, un titre ne semble pas devoir dépasser les 2:30. Il fait juste un effort surhumain sur la deuxième piste pour arriver à 3:25.

Mais au fait, où ai-je la tête ? J’allais oublier d’expliquer de qui il s’agit. C’est Kenzaburou Kojima ! Souviens-toi, fais appel à ta mémoire. Je t’en ai parlé à deux reprises ici. D’abord quand j’avais chroniqué Koozar / Bangi Vanz Abdul de son nouveau groupe KOOZAR. L’ancien, c’était GORUGOTH, actif dès la première moitié des années 90 ! Et ensuite il avait même eu la parole pour une interview dans le cadre de mon dossier « Black Japonais ». Il disait avec lucidité qu’il aimait les groupes underground, chaotiques et qu’il ne pourrait jamais s’écarter de cette mouvance.

Et bien ce n’est pas avec KOOZAR qu’il revient, mais avec encore un nouveau visage et donc ce KOKUKYOU, un nom composé de deux parties : KOKU pour « la noirceur » et KYOU pour « la folie ». Une folie sombre, noire et inquiétante qui correspond bien à ce qu’il nous délivre à nouveau. Il aplatit fort, il aplatit bien. Sa musique matraque de manière continue et le chaos qu’il apprécie tant se déverse à toute vitesse. Les mélodies sont en retrait, mais bie présentes, se dévoilant au fil des écoutes. Elles ne forment pas le noyau principal des compositions mais juste un bon arrière goût. Le propos est la destruction, et le propos est efficace. On regrette tout de même que la durée ne se justifie pas toujours. Certaines pistes donnent même l’impression d’être écourtées, stoppées en plein développement. Il y avait véritablement moyen de faire un mini album plus touffu, et du coup plus réussi.

Il faut espérer que cette démo ait pris cette forme pour remplir véritablement ses fonctions de demo, c’est à dire taper dans l’oreille des personnes visées qui pourraient avoir envie de signer KOKUKYOU. Qui nous peaufinerait alors ces titres pour les allonger d’une minute au moins et nous écrabouiller alors complètement la face dans ses ténèbres maléfiques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
黒狂
Trve Black Metal
2017 - Zero Dimensional Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
黒狂
黒狂
Trve Black Metal - Japon
  

écoutez
tracklist
01.   黒い混沌
02.   暗黒破壊思想
03.   みな殺し
04.   狂獄
05.   冥府魔道
06.   Outro

Durée : 16:49

line up
parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
Throne Of Katarsis
Throne Of Katarsis
The Three Transcendental Keys

2013 - Candlelight Records
  
Ordem Satanica
Ordem Satanica
Monte da lua

2017 - Signal Rex
  
White Death
White Death
White Death

2017 - Werewolf Records
  
Dark Fury
Dark Fury
Synningthwait

2014 - Lower Silesian Stronghold
  
Örth
Örth
Nocturno Inferno

1996 - Satanic Art Media
  

Vemod
Venter På Stormene
Lire la chronique
On Thorns I Lay
Eternal Silence
Lire la chronique
Make Them Suffer
Worlds Apart
Lire la chronique
Satan présente GRAVELAND (feat. Sakrifiss)
Lire le podcast
Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique