chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

黒狂 - KOKUKYOU

Chronique

黒狂 KOKUKYOU (Démo)
Allez, une chronique pour me faire plaisir à moi, et presque rien qu’à moi parce qu’en plus d’être un groupe japonais, KOKUKYOU n’a daigné imprimer que 66 copies de sa première démo, au format CD-R et en autoproduction ! Et je l’ai, là chez moi, devant moi. Nananère ! En tant que collectionneur de black japonais, il fallait que je l’aie de toute façon. Et en tant que casse-couille prétentieux, il fallait que je fanfaronne en en faisant une chronique.

Bon, il me faut réserve garder tout de même, car cette sortie 6 titres ne risque pas de devenir aussi culte que celle d’ENDLESS DISMAL MOAN sortie en 2004. Que j’ai aussi d’ailleurs, et pas toi ! Ahahaahah ! Re-nananère ! Mais peut-être qu’elle atteindra le niveau du premier EP de YVONXHE, celui qui faisait uniquement 7 minutes avec 4 titres. A ton avis, je l’ai ? Eh bah ouais je l’ai !!! Et là, je ne te ressors pas mon « nananère » qui pourrait te faire fuir, mais le visuel qui était vraiment plaisant !



ENDLESS DISMAL MOAN, YVONXHE... Non, ce ne sont pas vraiment des références prises au hasard, ni seulement pour leur nationalité. KOKUKYOU fait lui aussi dans un black metal rageur, intolérant et désordonnée d’apparence. Et il partage même le goût des deuxièmes pour des durées courtes. 17 minutes à peine, et encore, c’est grâce à une conclusion de 4 minutes pourtant composée uniquement de voix et percussion tribales. Pour ce Nippon, un titre ne semble pas devoir dépasser les 2:30. Il fait juste un effort surhumain sur la deuxième piste pour arriver à 3:25.

Mais au fait, où ai-je la tête ? J’allais oublier d’expliquer de qui il s’agit. C’est Kenzaburou Kojima ! Souviens-toi, fais appel à ta mémoire. Je t’en ai parlé à deux reprises ici. D’abord quand j’avais chroniqué Koozar / Bangi Vanz Abdul de son nouveau groupe KOOZAR. L’ancien, c’était GORUGOTH, actif dès la première moitié des années 90 ! Et ensuite il avait même eu la parole pour une interview dans le cadre de mon dossier « Black Japonais ». Il disait avec lucidité qu’il aimait les groupes underground, chaotiques et qu’il ne pourrait jamais s’écarter de cette mouvance.

Et bien ce n’est pas avec KOOZAR qu’il revient, mais avec encore un nouveau visage et donc ce KOKUKYOU, un nom composé de deux parties : KOKU pour « la noirceur » et KYOU pour « la folie ». Une folie sombre, noire et inquiétante qui correspond bien à ce qu’il nous délivre à nouveau. Il aplatit fort, il aplatit bien. Sa musique matraque de manière continue et le chaos qu’il apprécie tant se déverse à toute vitesse. Les mélodies sont en retrait, mais bie présentes, se dévoilant au fil des écoutes. Elles ne forment pas le noyau principal des compositions mais juste un bon arrière goût. Le propos est la destruction, et le propos est efficace. On regrette tout de même que la durée ne se justifie pas toujours. Certaines pistes donnent même l’impression d’être écourtées, stoppées en plein développement. Il y avait véritablement moyen de faire un mini album plus touffu, et du coup plus réussi.

Il faut espérer que cette démo ait pris cette forme pour remplir véritablement ses fonctions de demo, c’est à dire taper dans l’oreille des personnes visées qui pourraient avoir envie de signer KOKUKYOU. Qui nous peaufinerait alors ces titres pour les allonger d’une minute au moins et nous écrabouiller alors complètement la face dans ses ténèbres maléfiques.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
黒狂
Trve Black Metal
2017 - Zero Dimensional Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
黒狂
黒狂
Trve Black Metal - 2017 - Japon
  

écoutez
tracklist
01.   黒い混沌
02.   暗黒破壊思想
03.   みな殺し
04.   狂獄
05.   冥府魔道
06.   Outro

Durée : 16:49

line up
parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
Galdr
Galdr
Mörkergång

2015 - Darker Than Black
  
Trono Além Morte
Trono Além Morte
O Olhar Atento da Escuridão

2017 - Signal Rex
  
Arkha Sva
Arkha Sva
Donusdogama: En Accrochant Le Mendiant Qui Tomba Du Trône De Dieu (EP)

2014 - Those Opposed Records
  
Black Funeral
Black Funeral
Ankou and the Death Fire

2016 - Dark Adversary
  
Unhuman Disease
Unhuman Disease
De Templi Autem Veteris Serpentis

2016 - Moribund Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique