chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
17 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sinmara / Misþyrming - Ivory Stone / Hof

Chronique

Sinmara / Misþyrming Ivory Stone / Hof (Split 10")
Nous avions laissé Sinmara et Misþyrming juste après la sortie de leur premier album respectif, les excellents Aphotic Womb et Söngvar Elds Og Óreiðu tous deux chroniqués par Dysthymie. Bien que très largement encensées ici et ailleurs, les deux formations islandaises se sont montrées depuis relativement discrètes, faisant parler d’elles essentiellement à travers leurs diverses prestations scéniques un peu partout en Europe et aux États-Unis.
C’est ainsi au mois d’août 2016 que l’annonce de ce split a été officialisée. Deux des plus enthousiasmantes formations issues de cette nouvelle scène Black Metal bouillonnante réunit pour la sortie via Terratur Possessions d’un split qui allait vite devenir un objet de convoitise (d’ailleurs celui-ci sera sold out en l’espace de seulement quelques jours. De quoi apporter de l’eau au moulin de tous ceux qui parlent bien volontiers de "hype"). Édité uniquement au format vinyle et présenté sous la forme d’un 10" en version gatefold disponible en deux couleurs (rouge ou noir), on y trouve un nouveau morceau par face pour un total de treize minutes et vingt-sept secondes.

C’est Sinmara qui à l’honneur de lancer les festivités avec "Ivory Stone", un morceau de six minutes qui reprend peu ou prou là où les choses s’étaient arrêtées sur Aphotic Womb. On y retrouve ainsi ce Black Metal occulte aux accents mélodiques puissants et évocateurs. Un riffing bien particulier qui, même s’il évoque celui des Français de Deathspell Omega par ses dissonances, reste l’une des marques de fabrique de l’entité islandaise depuis son retour en activité sous le nom de Sinmara. Passé ce très court sample de voix féminine, le groupe attaque l’auditeur sans crier gare à grand coup de matraque balancée dans tous les sens, de riffs sombres et distordus et de notes mélodiques solitaires et diffuses (un peu à la Blut Aus Nord période 777) qui semblent se perdre, telles des étoiles filantes, dans la noirceur du propos des Islandais (d’autant que le chant d’Ólafur Guðjónsson semble plus agressif que par le passé). Obscur et paradoxalement lumineux, "Ivory Stone" se partage ainsi habilement entre séquences menées tambour battant et passages plus modérés propices à la mise en place d’une atmosphère vaporeuse synonyme d’espoir, de vérité et de délivrance. Et si la production n’est pas tout à fait identique à celle d’Aphotic Womb (notamment dans le son des guitares plus abrasif ici), elle conserve cet aspect compact qui apporte à mon sens une certaine distance ainsi qu’une impression de quelque chose de diffus qu’on ne peut toucher.

Face B, Misþyrming reprend lui aussi les armes pour un titre relativement surprenant. D’abord il y a cette production beaucoup plus imposante et moderne que celle de Söngvar Elds Og Óreiðu. Alors non, le propos des Islandais n’en est pas pour autant dénaturé mais cela surprend lorsque l’on pose ses oreilles pour la première fois sur "Hof" avec ces rondeurs, ces basses et ces attaques tout en puissance. Quoi qu’il en soit, Misþyrming n’a rien perdu de son talent et semble même aujourd’hui plus énervé que jamais. Comme Sinmara, le groupe n’a pas changé son fusil d’épaule et reprend la formule développée à travers un premier album déjà impressionnant de maturité. Dans sa chronique, Dysthymie évoquait un lien avec le Deathspell Omega de Kénôse. Et bien j’ai aujourd’hui l’impression que le groupe suit un peu le même chemin que nos Français avec The Synarchy Of Molten Bones. C’est à dire un Black Metal au riffing ultra décousu et particulièrement chaotique (notamment cette séquence à partir de 1:58). Et pour le coup, on perd un peu de ces mélodies qui faisaient le charme de l’album. Pourtant, je ne peux pas dire que cela me gêne à l’écoute de ce seul morceau. Peut-être que ce sera le cas si le groupe conserve ce cap avec son futur album mais en l’état, "Hof" n’en demeure pas moins un excellent morceau tout en violence. Une démonstration de force tout en nerf et en chaos qui vient quelque peu trancher avec le Misþyrming tout en demeurant paradoxalement très proche.

S’il est rarement indispensable, le split reste un objet apprécié des collectionneurs et malgré tout un support encore très largement utilisé dans l’underground Black ou Death Metal. Certes, l’objet ici n’est pas donné. Vendu presque aussi cher qu’un album, ces deux titres ne combleront certainement pas les plus pragmatiques d’entre vous qui, pour deux titres et treize minutes, préfèreront conserver leurs 14€ dans leurs poches (même si le disque se vend presque 4 fois plus cher désormais). Bref, pour ma part, je ne regrette pas l’achat. Les deux morceaux proposés par Sinmara et Misþyrming, sans bouleverser la donne, sont surtout largement à la hauteur des espérances que l’on peut avoir pour une telle sortie. En espérant une suite rapide pour ces deux groupes plein de talents.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
18/02/2017 22:14
note: 4/5
Assez surprenant le titre de Misþyrming. Bon split en tout cas !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
17/02/2017 16:19
note: 4.5/5
MISTHYRMING confirme tout son énorme potentiel avec ce titre puissant et envoûtant à souhait. Moins fan du morceau de SINMARA mais ça reste du haut niveau, et confirme tout le bien de la scène islandaise.
FullSail citer
FullSail
16/02/2017 19:07
note: 4/5
Excusez mon sourire béat, hein, j'arrive pas à m'en débarrasser depuis que j'ai vu que Sinmara refaisaient surface.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sinmara / Misþyrming
Black Metal
2017 - Terratur Possessions
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (4)  4.13/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sinmara
Sinmara
Black metal - Islande
  
Misþyrming
Misþyrming
Black Metal - Islande
  

écoutez
tracklist
Sinmara
01.   Ivory Stone  (06:04)

Misþyrming
02.   Hof  (07:23)

Durée : 13:27

line up
parution
20 Janvier 2017

voir aussi
Sinmara
Sinmara
Aphotic Womb

2014 - Terratur Possessions
  
Misþyrming
Misþyrming
Söngvar elds og óreiðu

2015 - Terratur Possessions / Fallen Empire Records / Vánagandr
  

Essayez aussi
Swarþ
Swarþ
Omines Pestilentiae (Compil.)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Death Like Mass
Death Like Mass
Kręte Drogi (EP)

2015 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Flame Of War
Flame Of War
Long Live Death!

2012 - Lower Silesian Stronghold
  
Ifrinn
Ifrinn
Ifrinn (EP)

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Sa Meute
Sa Meute
50 contre 1

2006 - Stronghold Diaphora
  

Nythis
Failed Machines Of Flesh (EP)
Lire la chronique
Ebola
II
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le présentation
Dudefest - Jour 3
Ahab + Chelsea Wolfe + Eart...
Lire le live report
Iamfire
From Ashes
Lire la chronique
Benighted
Necrobreed
Lire la chronique
Akerbeltz
Satanic
Lire la chronique
Balance of Terror
World Laboratory
Lire la chronique
God Dethroned
The World Ablaze
Lire la chronique
Hideous Divinity
Adveniens
Lire la chronique
Evoken
Antithesis of Light
Lire la chronique
Abigail au Fall Of Summer 2016
Lire l'interview
Ghost Bath
Starmourner
Lire la chronique
Terrifier
Weapons Of Thrash Destruction
Lire la chronique
The Arson Project + Warfuck
Lire le live report
Asyndess
L'Accomplissement
Lire la chronique
Fleshdoll
Hearts Of Darkness
Lire la chronique
Malevolent Creation
Stillborn
Lire la chronique
Withdrawal
Undiluted Fervour (EP)
Lire la chronique
Lex Riders, rétrospective
Lire l'interview
Mental Disease
Non Serviam (EP)
Lire la chronique
C'est quoi le trve black metal ? Un yaourt nature (pardi) !
Lire le podcast
Sinister
Syncretism
Lire la chronique
Deez Nuts
Binge & Purgatory
Lire la chronique
Lamb Of God
The Duke (EP)
Lire la chronique
Pagan Megalith
Viharjárás
Lire la chronique
Armament : Etre Thrash en Inde
Lire l'interview
Smash Hit Combo
Playmore
Lire la chronique
Nicolas Merrien pour la sortie du livre "Black Sabbath - Children Of The Grave"
Lire l'interview
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of...
Lire la chronique