chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Satan - Un Deuil Indien

Chronique

Satan Un Deuil Indien
Je le rappelle car peu l'ont fait : écoutez L'odeur du Sang. Il reste un des plus beaux exemples de ce qu'on attend de l'underground. Pas uniquement la même pitance qu'on nous sert à chaque fois avec un artwork brouillon et un tirage limité, mais une œuvre radicale, certes inscrite dans une certaine tradition, mais s'en démarquant par une vision qui donne un petit goût d'inédit à ce qu'elle contient. Un disque aussi tapageur que personnel, montrant que Satan ne s'inscrit pas dans le confidentiel faute de mieux. Qu'il le fait par choix.

Et donc, les Grenoblois, peu de temps après, ont décidé de lui donner un successeur. Cela semble osé, car si L'odeur du Sang venait couronner quelques années de torgnoles mises sur scène où je me disais que « le jour où ils sortiront un disque, ça fera mal », Un Deuil Indien, lui, a la charge de poser les Français comme autre chose qu'une entité méconnue ayant, une fois, tapé particulièrement juste. Raison pour laquelle ce nouveau longue-durée (toujours une façon de parler avec eux, ce dernier se situant en dessous des dix-sept minutes), cette fois réalisé en collaboration avec Throatruiner, m'a laissé à plus d'un titre désarçonné au départ.

C'est que Satan fait ici une somme de choix qui font douter la personne attendant de Un Deuil Indien les mêmes bleus que L'odeur du Sang. Toujours punk et toujours black metal (voire davantage, tant sa démarche s'enfonce dans des délires poussés à en devenir misanthropes, cf. cette pochette ou encore ces paroles surréalistes traçant des lignes entre Lautréamont et Jean Cocteau), il brouille les pistes, délaissant un poil les riffs assassins dont il nous a comblés autrefois pour une exécution soutenue fricotant avec la noise : il en faut, du temps et de l'envie, pour se faire l'oreille à ce mixage raw et étrange de Steve Austin, appliquant le rendu de son groupe Today Is The Day aux compositions des Français. Batterie tambourinant dans un coin, basse sur-mixée et guitare mise en retrait, ce deuxième album donne l'impression d'être face à une bouillie dont il faut tamiser le contenu pour l'apprécier à sa juste valeur. Un parti pris qui, malgré des dizaines d'écoute, me pose encore question, tant il offre en originalité ce qu'il perd en lisibilité.

Par contre, ce qui ne laisse aucun doute est que Satan a une nouvelle fois frappé fort, avec une intelligence faisant qu'il est aisé de passer outre un habillage un brin repoussant. Sans perdre en intensité (ouch, cet enchaînement « Regarde-La Dans Les Yeux » / « Crainquebille » !), la bande est allée approfondir les atmosphères de folie noire entre squats punk et pamphlets désacralisant toute chose, jusqu'à la logique, à l'image de ce chant plus varié que par le passé, aliéné, à la hauteur des paroles de destruction et d'irréel qu'il transmet de sa gorge maltraitée, où tout déraille comme quand on a abusé du vin. Toujours capable de sortir sans crier gare quelques petites tueries, Satan donne sur Un Deuil Indien de quoi marquer le crâne derrière un apparent désir de jouer serré : que ce soit avec « Ça Coupe Et Ça Saigne », « Olympia Pleure » ou encore « Totale Éclipse », il reste à la hauteur de son nom, aussi grotesque que vicieux, blasphématoire que séduisant (cette mélancolie mordue par le froid surgissant ici où là).

En fait, les Français peuvent se voir ici, plus qu'avec L'odeur du Sang, comme les petits frères survoltés et poètes de Sordide. Un split entre eux est d'ailleurs prévu plus tard dans l'année : autant dire que j'ai hâte de l'entendre, tant Un Deuil Indien possède, à sa manière, cette transe noise et punk avec laquelle jouent également les Rouennais. Plus expéditifs, les Grenoblois obligent à retourner continuellement vers eux, s’avérant si accrocheurs qu'on tombe facilement dans leur panneau, celui du disque au premier abord fait pour se défouler et, au final, entêtant.

On le voit, malgré quelques changements notables (mixage ; voix passant de l'aigu au grave), Satan est, au cœur, tel qu'on l'avait laissé avec L'odeur du Sang : batailleur, viscéral, clochard, dépravé... Punk. Si quelques éléments laissent penser qu'il fait ici parfois les choses à moitié – étant donné les flots d'idées, je me demande s'il ne devrait pas se risquer, à l'avenir, à dépasser la barre des trois minutes pour laisser ses ambiances se développer pleinement, à la manière d'un Alkerdeel –, Un Deuil Indien montre que la formation n'était pas qu'une bonne surprise passagère, mais bien un groupe avec lequel on peut espérer faire un bout de chemin, quitte à se perdre un peu. Léon Bloy, dans son roman Le Désespéré, disait des Chants de Maldoror qu'ils étaient noirs, insensés, dévorants, semblables à de la lave liquide. Satan mérite les mêmes compliments, et j'espère encore longtemps en subir les torrents !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
16/03/2017 15:49
note: 7/10
Marrant, même si je vois ce que tu veux dire, je trouve en effet qu'ils sont plus variés qu'autrefois ! Et puis j'aime bien les petites intonations plaintives présentes ici ou là (mon côté émo Mr Green ). Concernant les concerts, je ne me fais pas trop de soucis !
tasserholf citer
tasserholf
16/03/2017 15:34
Enfin écouté en entier, et personnellement autant le mixage ne me dérange pas trop, voire même pas du tout, autant j'ai du mal avec les vocaux, je les trouve bien plus sages, moins exaltés, possédés que dans l'Odeur du Sang.
Du coup bien plus ils sont à mon sens bien plus linéaires et monotones, surtout les growls (espérons qu'il hausse le niveau en live comme c'était le cas quand on les a vu).
Serpent7 citer
Serpent7
19/02/2017 16:35
Ikea a écrit : C'est pas exactement comme Sordide je trouve. Il y a une ambiance très Lautréamont que Sordide n'a pas tout à fait. Mais je comprends le sentiment de "manque un truc", que j'ai ressenti aussi même si de façon moins handicapante. Il y a de quoi développer un peu à l'avenir !

J'ai cru que c'était Hreidmarr au micro moi. Ça explique peut être le côté Lautréamont et romantique .

Pour résumer de facon grossière Satan c'est du glaciation version punk et cracra
Ikea citer
Ikea
15/02/2017 19:20
note: 7/10
Vous pouvez écouter l'album sur le site de Throatruiner !
Ikea citer
Ikea
14/02/2017 13:41
note: 7/10
C'est un peu variable en qualité, "Les chants de Maldoror", mais y a de très belles choses sur les prostituées, les hermaphrodites, les poitrines d'enfants, les ongles ou encore les poux Mr Green Adolescent, c'était super black metal, aujourd'hui ça l'est encore, mais parfois trop naïf (ce qui est très black metal, aussi, quelque part).
gulo gulo citer
gulo gulo
14/02/2017 13:35
Je n'ai ni écouté les textes - même si les titres et ta chronique en donnent envie - ni lu Lautréamont, ceci explique cela.
Ikea citer
Ikea
14/02/2017 13:14
note: 7/10
C'est pas exactement comme Sordide je trouve. Il y a une ambiance très Lautréamont que Sordide n'a pas tout à fait. Mais je comprends le sentiment de "manque un truc", que j'ai ressenti aussi même si de façon moins handicapante. Il y a de quoi développer un peu à l'avenir !
gulo gulo citer
gulo gulo
14/02/2017 10:08
Très Sordide, très bien fait, mais quelque chose coince, que j'ai un peu la flemme de creuser pour identifier. Le manque de, euh, groove, sans doute : Sordide me donne envie de me désarticuler, et pas ce disque-ci.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Satan
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (1)  6.67/10

plus d'infos sur
Satan
Satan
Black Metal / Punk - 2009 - France
  

vidéos
Perdu Dans Cordoue
Perdu Dans Cordoue
Satan

Extrait de "Un Deuil Indien"
  

tracklist
01.   Orchidée
02.   Vidé De Tout
03.   Regarde-La Dans Les Yeux
04.   Crainquebille
05.   Olympia Pleure
06.   Ça Coupe Et Ça Saigne
07.   Poison
08.   Totale Éclipse
09.   Terres Brûlées
10.   Perdu Dans Cordoue

Durée : 16 minutes 56 secondes

line up
parution
17 Février 2017

voir aussi
Satan
Satan
L'odeur du sang

2015 - Crapoulet Records / Deaf Death Husky / Neanderthal Stench / No Way Asso / Nuclear Alcoholocaust / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records
  
Sordide / Satan
Sordide / Satan
Split (Split 7")

2017 - No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Saka Čost / Amertume / Jungle Khôl / Organe
  

Essayez aussi
Hateful Abandon
Hateful Abandon
Famine
(Or Into The Bellies of Worms)

2008 - Todestrieb Records
  
Impaled Nazarene
Impaled Nazarene
Nihil

2000 - Osmose Productions
  
Nag
Nag
Nag

2016 - Fysisk Format
  
Sordide / Satan
Sordide / Satan
Split (Split 7")

2017 - No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Saka Čost / Amertume / Jungle Khôl / Organe
  
Necromessiah
Necromessiah
The Last Hope Of Humanity

2013 - Punishment 18 Records
  

Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique