chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bear Mace - Butchering The Colossus

Chronique

Bear Mace Butchering The Colossus
On le sait le renouveau du Death old-school n’est pas l’apanage des Allemands ou des Suédois, les Américains s’y sont mis également ces dernières années avec le même talent que leurs cousins d’Europe, il n’y a qu’à entendre le talent de GRUESOME pour confirmer cela, car le quatuor est un des meilleurs exemples envoyé d’outre-Atlantique. A côté de celui-ci on peut désormais compter aussi sur BEAR MACE, qui débarquant de nulle part va sans aucun doute marquer l’année de son empreinte dans un genre qui continue de revenir en force et en forme. Sous ce nom étrange se cache un quintet de Chicago qui a démarré en 2012 et dont la passion pour les ours n’est plus à démontrer, car les plantigrades sont un de leurs sujets d’inspiration favori (aux côtés des paroles plus traditionnelles). Après une démo sortie en 2014 et intitulée « Kodiak Killers » (pour rester dans le trip « 30 Millions d’Amis ») les voilà qui franchissent sans accrocs l’écueil du premier opus, qui est à l’image de leur ville : violent et sans concessions, car tout chez eux fleure bon le metal de la mort des années 90 puisqu’on se retrouve à naviguer entre la lourdeur d’un BOLT THROWER, la vitesse d’un MASSACRE, le tout avec des riffs et leads qui sentent bon la mythique doublette de DEATH (« Leprosy » et « Spiritual Healing »), et un chant puisé directement chez Paul Speckmann de MASTER. Sans oublier une production tout à fait équilibrée et au rendu naturel, qui sonne comme à l’époque et qui se révèle parfaitement adaptée à l’ensemble de ces presque quarante minutes de musique à l’efficacité remarquable, et à la construction simple et directe.

Dès que retentit la longue intro de « Death Of A Constellation » on sait où l’on met les pieds avec ses riffs pesants et sa batterie lancinante, avant que l’ensemble ne monte en puissance ensuite pour accélérer et offrir une vitesse et un jeu typiquement d’époque, tout en n’hésitant pas à ralentir légèrement et y insérer des solos relativement mélodiques, qui s’insèrent très bien avec le reste. Après cette tuerie de départ « Cyclone Of Shrapnel » confirme toutes les bonnes choses entrevues précédemment en les reprenant pour faire quelquechose d’encore plus lourd et d’écrasant grâce à des parties de doubles prédominantes (et qui le resteront par la suite) et des accélérations qui font mal, comme sur « I Bleed For Vengeance » rampant et relativement lent dont l’influence du regretté combo de Coventry (période « The IVth Crusade » et « …For Victory ») est flagrante (à l’instar du brise-nuques « Wheel Of Despair » qui écrase tout sur son passage). Cependant entre ces murs sonores de mid-tempo les gars n’oublient pas d’appuyer sur le champignon pour mieux distiller sa furia ravageuse comme avec le plus direct et agressif « Leave Nothing Here Alive », qui se permet quelques courts blasts pour mieux fluidifier sa musique, ainsi qu’un duel de guitares furibard et puissant qui nous fait faire instantanément un bond en arrière dans le temps, comme avec le court et excellent « Lord Devourer Of The Dead » qui laisse plus de place à la mélodie sans perdre de son côté énervé.

En terminant par leur compo la plus aboutie (séparée par trois parties distinctes), l’entreprenante et jouissive « Anguirus The Destroyer » la bande nous montre tout son talent collectif, où chacun est à sa place et fait le boulot sans vouloir piquer la vedette aux autres. Avec sa construction simple, son homogénéité de la première à la dernière seconde, et son efficacité remarquable cette surprise marquante est indéniablement un des albums de Death de ce début d’année, tant on n’y ressent aucune lassitude malgré les nombreuses écoutes, grâce entre autre à une durée générale comme il faut ni trop longue ni trop courte. Il est en tout cas certain que le combo ne va plus rester longtemps dans l’anonymat auquel il est cantonné, et c’est tant mieux car il a tout ce qu’il faut pour faire passer un bon moment avec l’expérience de vieux briscards en prime.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

fayfay citer
fayfay
10/04/2017 11:35
Petit coup de coeur ici!

Ce disque fonctionne a merveille sur moi.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
02/03/2017 08:42
Désormais en écoute intégrale sur Bandcamp :

https://bearmace.bandcamp.com/
BBB citer
BBB
16/02/2017 14:04
Ça m'a l'air bien bon ça. Je vais surveiller de plus près.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bear Mace
Death 90's
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.7/10

plus d'infos sur
Bear Mace
Bear Mace
Death 90's - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Death Of A Constellation
02.  Cyclone Of Shrapnel
03.  I Bleed For Vengeance
04.  Butchering The Colossus
05.  Leave Nothing Here Alive
06.  Lord Devourer Of The Dead
07.  Wheel Of Despair
08.  Anguirus The Destroyer

Durée : 39 minutes

line up
parution
1 Mars 2017

Essayez aussi
Hypocrite
Hypocrite
Into The Halls Of The Blind

1999 - No Fashion Records
  
Zombiefication
Zombiefication
Reaper's Consecration (EP)

2012 - Pulverised Records
  
Soilwork
Soilwork
Natural Born Chaos

2002 - Nuclear Blast
  
Aborted
Aborted
The Haematophobic EP (EP)

2004 - Listenable Records
  
Interment / Brutally Deceased
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)

2013 - Doomentia Records
  

Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique