chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atomikylä - Keräily

Chronique

Atomikylä Keräily
Si vous êtes amateur de musique psychédélique, sans doute n'êtes-vous pas passé à côté de l'album que Oranssi Pazuzu a sorti l'année précédente, Värähtelijä. Un disque qui a gagné au cours de 2016 en popularité, figurant dans de nombreux bilans. Nous, en bons peines-à-jouir, nous l'avons simplement jugé très bon, lui trouvant, malgré ses qualités indéniables, quelques menus défauts, à commencer par une ambiance qu'on aurait aimé plus aveuglante dans son kaléidoscope de gris, quitte à perdre en nocturne au profit de quelques couleurs. Entre ici Keräily, deuxième longue-durée de Atomikylä qui, de ce point de vue, nous a comblés !

Car à l'image de ses artworks, la musique de la formation finlandaise – composée de membres de Oranssi Pazuzu (T. Hietamäki, J. Vanhanen) et Dark Buddha Rising (V. Ajomo, J. Rämänen) – irradie, mettant vos sens en ébullition. Un trip sous acide – me renvoyant beaucoup au film d'animation Mind Game – qui prend davantage d'ampleur sur ce second long format, les musiciens reprenant là où ils s'étaient arrêtés sur Erkale avec « Musta Kulta ». Ces derniers semblent en effet délaisser le côté pachydermique pour des sonorités plus électrisantes et explosives, mises en relief par une production massive et lisible. Ainsi même lors des baisses de cadence, le groupe vous tient toujours en éveil par un mouvement constant créé par le jeu des guitares (grésillements ou encore fuzz) mais aussi certains effets. De même, les vocaux sont nettement plus présents ici notamment sur le titre fleuve « Katkos » instaurant un climat de tension par les plaintes, les cris lancinants tout comme les râles dérangeants paraissant issus de droïdes au bord du black-out. Keräily est une sorte de space opera halluciné où le doom côtoie le prog et le free-jazz (écriture, jeu de batterie ou encore trompette), atteignant son apogée sur l'instrumental « Risteily ». Vous serez catapulté dans l'outre-espace à l'écoute de ce longue-durée, tantôt happé par les mélodies psychédéliques tantôt chahuté par des sonorités ondoyantes. Atomikylä arrive néanmoins à délivrer diverses tonalités selon les morceaux – toutes aussi rutilantes les unes que les autres – clôturant son œuvre par un « Pakoputki » très nerveux et imbibé de L.S.D..

Une explosion de couleurs, aussi violente que fantastique, qui pose Atomikylä comme le projet où le psychédélisme reprend ses lettres de carnage. La comparaison étant impossible à éviter, tant Värähtelijä a marqué une nouvelle alchimie entre black metal et rock psychédélique, disons que si Oranssi Pazuzu donnait à s’enivrer, se rêver apôtre d'un espace à l'aspect d'encre, sur son album de 2016, Keräily fait des galaxies intérieures et extérieures les seules maîtresses à bord, dans une orgie éreintante pour les sens. C'est qu'il faut tenir, accroché à son vaisseau, pour résister durant le démarrage âpre de « Katkos », les effluves glorieuses et tristes de « Risteily », ou encore les guitares corrosives de « Pakoputki ». Mené à son terme en trente-quatre minutes, semblant suivre une logique dont on subit le déroulement avec bonheur comme lors des plus plaisantes montées, ce deuxième essai convainc davantage que son prédécesseur tout en contenant les mêmes petits défauts qui, sans gêner l'écoute, éteignent un peu la joie quand on pense à lui « à froid ». Projet parallèle de membres de Oranssi Pazuzu et Dark Buddha Rising, Atomikylä sonne un peu trop comme... un projet parallèle, une digression écrite à côté de l'histoire principale, un add-on certes de qualité, mais qui ne conviendra qu'aux voyageurs voulant prolonger leur immersion tout en pénétrant une atmosphère à la fois différente et familière que celles déjà rencontrées. Un bonus de qualité donc, mais qui ne devient jamais autre chose qu'un bonus.

Ce seconde album laisse en effet un léger sentiment de frustration de par sa courte durée – 34 petites minutes – et aurait mérité d'être un peu plus rallongé et approfondi. Pourtant les Finlandais continuent leur ascension et se démarquent davantage. Les amateurs et amatrices de sonorités à la fois spatiales, hypnotiques et hallucinogènes fonceront tête baissée dans l'univers de Keräily.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
21/02/2017 12:08
J'ai lancé à cause de la pochette et du Free-Jazz et je ne l'aurais pas cru sans l'avoir entendu, mais ça détruit ce truc.

Perso, j'y vois un genre Can sur-dopé, un machin à mi-chemin entre du Krautrock et du Jazz-Rock, les trucs les plus ritournelles du Weather Report de Mysterious Traveller, par exemple, sur tout le début du premier morceau. Pas mal de Gong sur les délires avec les voix distordues et les claviers tournants, même si c'est déjà plus classique dans le genre. Et ça clairement, c'est la grosse classe. Et bizarrement, ça me fait penser au "Guido" de Furia aussi, quand ils partent dans leurs délires électriques.

En tout cas, c'est très bien.
AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
17/02/2017 13:33
note: 8/10
D'accord avec Gulo perso, d'où mon point de plus par rapport à la chro. Gros sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
17/02/2017 10:07
note: 8.5/10
Le premier était délicieusement chaud et douillet, dans son psychédélisme ; avec celui-ci, ils deviennent effrayants.

34 minutes éreintantes, en ce qui me concerne, et largement suffisantes ; si je veux me taper un bad trip long, j'ai le Oranssi justement Clin d'oeil
A la hauteur duquel ils se tiennent, assez équitablement ; quant à Dragon Ball R, c'est ce dernier qui devrait être un projet parallèle à Atomikylä, , de mon point de vue.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atomikylä
Psychedelic Doom Metal / Free Jazz / Space Rock
2016 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Atomikylä
Atomikylä
Psychedelic Doom Metal / Free Jazz / Space Rock - 2011 - Finlande
  

tracklist
01.   Katkos
02.   Risteily
03.   Pakoputki

Durée : 34 minutes 4 secondes

line up
parution
3 Mai 2016

Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast