chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
81 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ende - Emën Etan

Chronique

Ende Emën Etan
Depuis sa réapparition en 2015 avec l'édition de sa demo ainsi que la parution de son second album, Ende poursuit sa quête sans relâche, s'enfonçant toujours plus dans le crépuscule. Le groupe enchaîne les sorties, avec le très bon split partagé avec Sorcier Des Glaces (Le puits des morts) en 2016 et ce troisième long format cette année, ainsi que les concerts – avec des musiciens de session. Bref, l'âme noire et torturée de la formation ne cesse d'étendre son ombre et son emprise sur la scène black metal, dévoilant à chaque réalisation une nouvelle facette de sa personnalité. Car après le raw, lancinant et très ambiancé The Rebirth of I, le duo se fait plus agressif tout en affinant son style.


Un fait notable à l'écoute de cette offrande avec notamment une production un peu plus massive et claire mais ne dénaturant pas l'âme du groupe, gardant toujours un aspect brut de décoffrage. Une musique organique qui gagne donc en profondeur et en percussion avec une meilleure lisibilité de chaque instrument (en particulier la basse et la batterie). Ajoutez à cela un rythme soutenu – marqué par Thomas Njodr –, des parties atmosphériques parfaitement ajustées et travaillées ainsi que des mélodies accrocheuses et vous obtenez Emën Etan. Autant dire que si vous avez aimé les titres vindicatifs présents sur The Rebirth of I, tels « Seul, vers les ténèbres », vous ne serez pas déçu. En effet, le rejet du christianisme, la haine et la noirceur que Ende porte en son sein semblent littéralement exploser à la face du monde. Chaque titre déverse son lot de riffs imparables, tantôt mélodieux (« The black hen’s blood ») tantôt destructeurs (« When crows flew above Märhn »), et d'émotions – parfaitement retransmises par le chant varié de I. L.. Les ambiances sentencieuses – comme l'outro du morceau titre – ou mélancoliques ponctuent également l’œuvre et mettent en relief le malaise ambiant ainsi que l'aura maléfique se dégageant de ces dix compositions, faisant danser devant vos yeux les spectres d'impies. Car I.L. est passé mettre dans l'art de créer des climats tant électriques que saturniens avec des nappes de guitares grésillantes ou encore la pluie venant vous frapper par intermittence.

Death is rising again
And again...


Des visions morbides se cristallisent au gré des minutes grâce aux nombreux effets (introductions, outros, interludes et parties plus éthérées) extrêmement soignés, plus fouillés et dosés avec parcimonie. Faisant le sel de la formation, ces derniers donnent du corps à l'ensemble sans pour autant alourdir les compositions. Des petites touches qui décuplent le pouvoir addictif de Emën Etan, que ce soit sur l'ouverture de la cérémonie « Among the graves » (et ses ambiances racées), le rôle de soutien (les notes de synthétiseur sur « Emën Etan », par exemple), l'accentuation du propos (cf. la belle introduction de « When crows flew above Märhn ») ou bien ces petites pauses aérant l'album (comme l'instrumentale folk mélancolique « Insidious portrait »). Tout un éventail d'éléments signant l'évolution de Ende qui fait un album des plus homogènes, réussis et s'insinuant vicieusement dans vos crânes. Car les titres gagnent clairement en impact et envoient décharges sur décharges par des riffs très puissants et addictifs (le travail d'écriture effectué est assez fabuleux) – je pense en premier lieu à « Das Hexenhaus » et « When crows flew above Märhn ». Les différentes atmosphères instaurées, les variations de rythme mais également des lignes de guitares davantage rock (cf. le début de « The black hen’s blood ») offrent aussi un large panel de tonalités – allant du gris au noir. Le duo remue la crasse ambiante faisant remonter les pires ignominies, morceau après morceau. Une chose qui est particulièrement notable sur l'excellent final bien cradingue avec la paire « The witch’s fire »/« Under a carpathian yoke » (cover de Vlad Tepes avec Wlad Drakksteim en guest vocal) et son aspect punk.


Puisant une grande partie de ses influences dans la scène française, cette reprise sonne comme un vibrant hommage et clôt de belle manière Emën Etan. Une œuvre dense, à la fois élégante, abrasive et habitée – que vous pouvez creuser en feuilletant le livret bien fourni – et qui pousse à abuser de superlatifs. Ende passe donc un cap ici, délivrant sa meilleure réalisation. Telles les personnes appréciant les ambiances ciselées, les amateurs et amatrices de black metal intègre ne pourront qu'apprécier.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
15/06/2017 20:32
note: 8.5/10
Dysthymie a écrit : N4pht4 a écrit : De la frappe ! Album qui finira dans le top 10 de l'année à n'en point douter. Cela m'a donné l'occasion de redécouvrir le premier qui est lui aussi au même niveau. Dommage qu'il ne soit pas sorti en LP

Il sera dans mon bilan itou ! L'album de la consécration me concernant.


Même chose pour moi, je trouvais le dernier encore pas tout à fait abouti, mais alors celui-ci ...
Dysthymie citer
Dysthymie
15/06/2017 19:51
note: 8.5/10
N4pht4 a écrit : De la frappe ! Album qui finira dans le top 10 de l'année à n'en point douter. Cela m'a donné l'occasion de redécouvrir le premier qui est lui aussi au même niveau. Dommage qu'il ne soit pas sorti en LP

Il sera dans mon bilan itou ! L'album de la consécration me concernant.
N4pht4 citer
N4pht4
15/06/2017 09:10
note: 8.5/10
De la frappe ! Album qui finira dans le top 10 de l'année à n'en point douter. Cela m'a donné l'occasion de redécouvrir le premier qui est lui aussi au même niveau. Dommage qu'il ne soit pas sorti en LP
Sulphur citer
Sulphur
26/05/2017 20:27
note: 9/10
Il m'a fallu un peu de temps pour m'y mettre. Mais finalement je peux le crier bien fort : ce disque est une tuerie. Au milieu des albums ultra policés et sur-travaillés mais bien trop académiques et clean qui peuvent sortir ces derniers temps, ce EMËN ETAN fait un bien fou.
Romain48 citer
Romain48
11/05/2017 21:29
note: 9/10
Vraiment très bon album. J'adore l'ambiance globale. La scène black metal française se porte bien !!!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/04/2017 17:18
Roooooh, bon, j'hésite alors...
Oui, j'ai commencé hier à voir ce qu'ils avaient, et je crois avoir déjà commandé il y a longtemps en fait, mais je me suis tapé les albums de la lettre P à T et j'e ai eu marre, donc je volais me concentrer sur leurs sorties. Pure et DtL, j'ai déjà, donc je vais quand même farfouiller encore !
Merci
Dysthymie citer
Dysthymie
07/04/2017 16:10
note: 8.5/10
Je n'ai jamais commandé chez eux. Du coup, merci pour l'information !
Ber Val citer
Ber Val
07/04/2017 14:40
Sakrifiss a écrit : Bon, j'avoue mon tort, je n'ai pas un seul album du groupe. Du coup je vais faire une commande chez OAP.
Quels autres albums de ce label sont conseillés, je voudrais faire une commande avec au moins 6 albums pour mes frais de port. Merciiiiii


Du label en lui-même pas grand chose à part peut-être Pure qui tu as déjà je crois, un ou deux Drowning the Light, Dodsfall etc ... par contre son webshop regorge de très bonnes sorties en tout genre !

Mais bonne chance pour ta commande ... à chaque fois j'ai eu des soucis. Beaucoup d'erreurs dans les commandes, genre tu commandes un vynile et tu reçois le cd, ou alors tu reçois pas le bon album que tu avais commandé et à chaque fois il faut renvoyer les trucs en Allemagne etc etc ... (bon, le gars te rembourse les frais de ports, ce qui est logique mais même.) J'ai commandé deux fois des trucs sur ce site, mais je ne le ferai plus jamais. Pas beaucoup de réactivité du gars non plus par mail par rapport aux erreurs, beaucoup de temps perdu alors que c'était absolument pas de grosses commandes ... Bref. Après, j'ai peut-être eu un énorme coup de malchance haha!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/04/2017 13:43
Bon, j'avoue mon tort, je n'ai pas un seul album du groupe. Du coup je vais faire une commande chez OAP.
Quels autres albums de ce label sont conseillés, je voudrais faire une commande avec au moins 6 albums pour mes frais de port. Merciiiiii
dantefever citer
dantefever
05/04/2017 15:05
note: 8.5/10
Super album ! Je le trouve meilleur que le précédent qui ne m'avait pas trop convaincu
Dysthymie citer
Dysthymie
01/04/2017 14:41
note: 8.5/10
Y'a pas de saisons !
Et, j'aurais bien aimé un album dans la veine de leur demo (qui passe toujours très bien). Mais bon...
gulo gulo citer
gulo gulo
01/04/2017 10:00
Très bien fait, très old Gorgoroth, ai-je trouvé - en mieux. Mais, est-ce la saison, il me passe au-dessus ; alors que la démo, jamais.
Faudrait que je retente le précédent, tiens, tu sembles dire qu'il est plus fait pour me plaire.
N4pht4 citer
N4pht4
01/04/2017 09:58
note: 8.5/10
Excellent. Trve comme il se doit.
Funky Globe citer
Funky Globe
31/03/2017 08:00
note: 9/10
Il est mortel ce disque, même si je préfère encore et toujours leur demo. Super groupe en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ende
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  8.83/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ende
Ende
Black Metal - 2010 - France
  

formats
  • K7 / 22/02/2017 - Dread Records
  • CD, Digital / 01/03/2017 - Obscure Abhorrence Productions

tracklist
I. Among the graves
II. Cylenchar
III. When crows flew above Märhn
IV. Das Hexenhaus
V. The black hen’s blood
VI. Insidious portrait
VII. Emën Etan
VIII. Camerula
IX. The witch’s fire
X. Under a carpathian yoke (Vlad Tepes cover)

Durée : 51 minutes

line up
parution
1 Mars 2017

voir aussi
Ende
Ende
The rebirth of I

2015 - Obscure Abhorrence Productions
  
Ende
Ende
The God's Rejects - Demo MMVIII (Démo)

2015 - Cold Dark Matter
  
Ende / Sorcier Des Glaces
Ende / Sorcier Des Glaces
Le Puits des Morts (Split-CD)

2016 - Obscure Abhorrence Productions
  

Essayez aussi
Isgärde
Isgärde
Jag enslig skall gå

2016 - Symbol Muzik
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Privilegivm

2009 - Lupus Lounge
  
Cantique Lépreux
Cantique Lépreux
Cendres Célestes

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  
Vinterland
Vinterland
Welcome My Last Chapter
(Wings Of Sorrow)

1996 - No Fashion Records
  
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
New Golgotha Rising

2015 - Northern Heritage
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report