chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Possession - Exorkizein

Chronique

Possession Exorkizein
Après une démo (His Best Deceit) et deux EPs (Anneliese et 1585-1646), beaucoup attendaient de Possession qu’il revienne avec un premier album. C’est aujourd’hui chose faite avec la sortie il y a seulement quelques jours d’Exorkizein sur Invictus Productions et Iron Bonehead Productions, deux labels qui accompagnent le groupe belge depuis ses tout premiers balbutiements en 2012.
Cet album marque également la première sortie officielle du groupe avec son nouveau line-up. En effet, courant 2015, Mestema quittait la formation laissant ainsi le poste de chanteur vacant. Il sera alors remplacé par le bassiste V. Viriakh qui, s’il chantait déjà en complément de Mestema, va désormais assurer ce rôle à plein temps. Pour le remplacer à la basse, Possession va faire appel aux services de S. Iblis des excellents Saqra’s Cult. Un line-up scellé autour d’un album illustré pour la deuxième fois consécutive par Chris Moyen qui, après un bébé pendu par les pieds par un chevalier en armure prêt à le sacrifier, rend hommage à la ville dont est originaire Possession en faisant figurer sur l’artwork la Cathédrale Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles (dominé d’ailleurs par ce même chevalier).

En dépit de ces allers et venues, on ne peut pas dire que le Black/Death de Possession ait particulièrement évolué au fil des années. Sans surprise, les Belges persistent effectivement dans cette voie qu’ils ont eux-mêmes tracé et tant pis pour tous ceux qui espéraient naïvement voir le groupe apporter un semblant de fraicheur à sa musique. Il n’y a finalement que le chant de V. Viriakh (accompagné de ces cris lointains sombrant dans un abîme sans fond) qui vient quelque peu trancher avec les précédentes réalisations de Possession. Sa voix, plus grave et profonde, est ici davantage mise en avant à travers une production signée une fois de plus des mains de Phorgath (Blackout studio). Pourtant, malgré une différence de timbre et d’interprétation évidente, la transition avec Mestema ne parait presque pas se faire sentir. Comme quoi…

Exorkizein s’inscrit ainsi comme une suite tout à fait logique aux précédents travaux de Possession. Malgré un riffing simple et répétitif qui pourrait, au moins sur le papier, lui porter préjudice (manque d’originalité, redondance du propos...), on retrouve finalement cette identité si caractéristique qui depuis 2012 fait tout le charme de l’entité bruxelloise. Un riffing aux mélodies sinistres et entêtantes qui, non contentes d’instaurer une atmosphère étrange faite de sentiments religieux contradictoires (ferveur ecclésiastique / possession du corps et de l’esprit), vont s’imprimer au plus profond de notre cortex dès les premières écoutes pour ne plus jamais nous quitter. Un côté immédiat qui rend l’assimilation de ce premier album tout à fait aisé. Bestial et primitif, le Black/Death de Possession n’est donc pas de celui qui prête à la réflexion et au recueillement mais invite plutôt à la baston générale.
Une idée du chaos et de la violence mise en exergue par des séquences mid-tempo particulièrement bien amenées ("Sacerdotium" à 2:09, "Infestation - Manifestation - Possession" à 2:58) qui viennent rompre avec ces riffs répétés jusqu’à plus soif en apportant souvent un groove ("Beast Of Prey", "Take The Oath") face auquel il ne faut pas espérer résister (ces dernières minutes de "Preacher’s Death" que vous passerez à headbanger tranquillement mais sûrement). Possession y trouve ainsi le moyen de casser le rythme tout en amenant l’auditeur à péter les plombs sur des passages où les cervicales seront mises à mal encore et encore et encore... Il n’y a que les titres "In Vain" et "Preacher's Death" qui suivent tous les deux un chemin opposé en étant essentiellement construits sur des rythmes plus posés qui vont laisser place après quelques minutes à des séquences beaucoup plus rapides et bas du front.

Pour ceux qui se sont déjà penchés avec intérêt sur la question de Possession, Exorkizein s’inscrit tout naturellement dans la droite lignée de ce que les Belges ont déjà pu produire auparavant. Un Black/Death à la sauce sud-américaine à la fois simple et efficace et qui compense sa nature quelque peu répétitive par des passages particulièrement accrocheurs et une durée relativement contenue (sept titres pour moins de trente-sept minutes). Qui plus est, Possession a très bien su gérer ses problèmes de line-up afin de ne pas entacher cette touche tout à fait personnelle qui fait depuis maintenant quelques années tout son "succès". Tout ça pour dire que l’étape du premier album est aujourd’hui franchie et que, pour le coup, c’est plutôt réussi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
14/04/2017 08:48
note: 8/10
Dans la droite ligne des EP, certes ça se répète un peu mais l'ambiance est toujours là et c'est bien le principal avec leur musique simple, accrocheuse et efficace !
Raziel citer
Raziel
13/04/2017 19:47
Un petit poil de déception pour ma part, par rapport au dernier EP et surtout en fait par rapport à la demo His best deceit.

Pas trop d'accroche en fait, comme si tout avait déjà été dit en quelques sorties plus courtes. De la redondance, comme le souligne la chro. Dommage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Possession
Black / Death Metal
2017 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (5)  7.58/10

plus d'infos sur
Possession
Possession
Black / Death Metal - 2012 - Belgique
  

tracklist
01.   Intro  (02:17)
02.   Sacerdotium  (05:34)
03.   Infestation - Manifestation - Possession  (05:30)
04.   Beast Of Prey  (03:46)
05.   In Vain  (06:31)
06.   Take The Oath  (05:24)
07.   Preacher's Death  (07:49)

Durée : 36:51

line up
parution
7 Avril 2017

voir aussi
Possession
Possession
His Best Deceit (Démo)

2013 - Invictus Productions
  
Possession
Possession
Anneliese (EP)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Possession
Possession
1585-1646 (EP)

2015 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Dalkhu
Dalkhu
Descend... Into Nothingness

2015 - Satanath Records
  
Varg
Varg
Guten Tag

2012 - Noiseart Records
  
Grotesque
Grotesque
In The Embrace Of Evil (Compil.)

1996 - Black Sun Records
  
Gravetemple
Gravetemple
Impassable Fears

2017 - Svart Records
  
Miserist
Miserist
Miserist (EP)

2017 - Krucyator Productions
  

Cradle Of Filth
Cryptoriana - The Seductive...
Lire la chronique
Implore
Subjugate
Lire la chronique
Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique