chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Au Champ des Morts - Dans la Joie

Chronique

Au Champ des Morts Dans la Joie
Dans la joie est le premier album du groupe Au champ des morts, après un EP « Le Jour se lève » paru l’an passé. La pochette austère, qui contraste avec le titre, ne laisse pas, de prime abord, de place au doute. C’est de black metal que l’on va parler ici, français de surcroit, ce qui, pour ma part, est toujours bon signe tant la scène regorge de talents et d’une patte évidente.

Au Champ des Morts ne réinvente pas la roue. Il faut l’indiquer d’emblée, non pour souligner le peu d’originalité de la chose, mais tout au contraire pour en faire ressortir l’authenticité. Son BM est pur, au sens littéral du terme. Il est naturel, fondamental, dénué d’un quelconque mélange. C’est paradoxalement son point (très) fort et sa (petite) faiblesse.

Nos Décombres, le morceau d’ouverture, est porté par un son ample, puissant, épique mais jamais clinique. Ce premier titre est traversé, hanté presque, par une voix fantomatique et par des riffs lancinants gorgés de nostalgie (Après le Carnage également). La vitesse, la violence du style sont évacués au profit d’une ambiance posée, mélancolique où les riffs expriment davantage le désespoir que la guerre (les petits lead d’intro sur Le Sang, la Mort, la Chute, l’intro de Dans la Joie).

Il se dégage globalement de cet album un sentiment aristocratique et romantique, un peu à la manière des vieux Celestia même si, par ailleurs, des groupes issus de la scène scandinave (pour les accélérations typiques) peuvent également être appelés en la cause. L’équilibre qui s’instaure entre passages posés et accélérations est tout à fait pertinent tant la mélodie et l’emphase constituent le fil directeur des morceaux (Nos Décombres ; Après le Carnage, grosse pièce de près de 10 minutes ; La Fin du Monde). La batterie joue un rôle moteur essentiel, tantôt soutien de la rythmique, appuyant par contraste les mélodies dégagées (Le Sang, la Mort, la Chute et son pont quasi jazzy vers les 3’50 ; L’étoile du matin et son rythme tribal), tantôt dynamiteur de structure par les accélérations dévastatrices qu’elle déclenche (le pont vers les 6’ sur Après le Carnage où ses accélérations varient et font littéralement onduler le morceau ; Dans la Joie).

Car, de fait, si les structures nous placent en terrain connu, les arrangements sont nombreux, les subtilités également. Le travail sur la batterie, on l’a dit, est très pertinent comme celui sur les mélodies. L’équilibre est parfaitement atteint entre attaques franches et ponts fournisseurs d’accalmies, offrant une grande variété aux titres et un caractère légèrement progressif très agréable (Dans la Joie). Chaque morceau laisse le sentiment d’avancer tel un reptile, les mélodies fondues dans la masse se mouvant lentement, sans accroc, tout en naturel. Parfois même, une petite incursion shoegaze apparaît, légère, bien intégrée à la structure, mais perceptible et colorant pertinemment le titre (Contempler l’abîme).

Cet album est surprenant. Attaché au BM traditionnel, refusant les mélanges, il l’enrichit néanmoins d’une multitude de petites choses qui lui confèrent une aura particulière (les solis heavy sublimes sur l’Etoile du Matin, qui transcendent littéralement le morceau). La science de composition qui s’en dégage est, en outre, remarquable. Je le souligne très nettement en précisant que je n’ai jamais été fan, par ailleurs, d’Anorexia Nervosa dont certains membres importants du groupe disparu (Stéphane Bayle notamment) sont désormais aux commandes d’Au Champ des Morts. Sa principale faiblesse ? Un chant en français parfois…sans intérêt, voire douteux (certains accents sur l’Etoile du matin m’ont fait songer aux sketchs des Inconnus…). Mais c’est bien la seule critique que je puisse mettre en avant.

Amoureux d’un BM adepte des mélodies, amateurs d’atmosphères aristocratiques et romantiques, fans de musiques léchées, jetez-vous sur cet album. Vous ne le regretterez pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
19/05/2017 20:46
note: 8.5/10
Désolé mon loulou Sakri.

許し

Mais c'est vrai qu'il est bon.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
19/05/2017 11:29
note: 8/10
Pareil gros coup de coeur pour ma part, reçu depuis peu et il ne quitte pas ma platine, cette ambiance mazette !!

Pour info Stefan Bayle a été interviewé par Télérama :

http://www.telerama.fr/musique/stefan-bayle-de-au-champ-des-morts-je-voulais-retrouver-un-black-metal-sincere,153567.php
Sakrifiss citer
Sakrifiss
17/05/2017 19:09
note: 9/10
Raziel, je t'en veux de l'avoir chroniqué tant cet album est devenu culte pour moi. Je l'écoute beaucoup. Je le garde près de moi, je dors avec maintenant que j'en ai reçu une version digipack...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
12/03/2017 17:02
note: 9/10
Très bon album pour moi aussi.
Il se savoure petit à petit.
Stockwel citer
Stockwel
12/03/2017 14:12
Complètement d'accord avec la chronique, sauf pour le chant en français que je trouve super réussi.
Je suis un grand fan d'Anorexia, et entre Glaciation et Au Champ des Morts, on peut dire que les anciens membres du groupe n'ont pas perdu leur talent !
NightSoul citer
NightSoul
11/03/2017 17:55
Excellent ! Je prends !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Au Champ des Morts
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8/10
Webzines : (10)  7.67/10

plus d'infos sur
Au Champ des Morts
Au Champ des Morts
Black metal - France
  

tracklist
01.   Nos décombres
02.   Après le carnage
03.   Le sang, la mort, la chute
04.   Contempler l'abîme
05.   Dans la joie
06.   L'Étoile du matin
07.   La fin du monde

Durée : 52:10

line up
parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
From the Vastland
From the Vastland
Temple of Daevas

2014 - Non Serviam Records
  
Infestus
Infestus
Chroniken Des Ablebens

2008 - Debemur Morti Productions
  
Infestus
Infestus
The Reflecting Void

2014 - Debemur Morti Productions
  
Kriegsmaschine
Kriegsmaschine
Enemy of Man

2014 - No Solace
  
Crurifragium
Crurifragium
Beasts Of The Temple Of Satan

2017 - Invictus Productions
  

Black Circle
The Distant Wind...
Lire la chronique
Trial
Motherless
Lire la chronique
Beneath the Sod
Circling the Drain
Lire la chronique
Deny The Urge
As Darkness Falls
Lire la chronique
The County Medical Examiners
Olidous Operettas
Lire la chronique
Vintersorg
Till fjälls del II
Lire la chronique
Heresiarch
Death Ordinance
Lire la chronique
The Chant
Approacher (EP)
Lire la chronique
Mahakala
The Second Fall
Lire la chronique
Dark Sanctuary
Metal
Lire la chronique
Blackest
Dawning of the Black
Lire la chronique
Genocide Shrines
Manipura Imperial Deathevok...
Lire la chronique
16
Zoloft Smile
Lire la chronique
Le Black Metal de Molière : L'éveil
Lire le podcast
Suffocation
... Of The Dark Light
Lire la chronique
Exocrine
Unreal Existence
Lire la chronique
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël
Lire la chronique
King Woman
Created in the Image of Suf...
Lire la chronique
Beastcraft
The Infernal Gospels Of Pri...
Lire la chronique
Black Sabbath
Heaven and Hell
Lire la chronique
Witch Vomit
Poisoned Blood (EP)
Lire la chronique
Goath
Luciferian Goath Ritual
Lire la chronique
Wolfkrieg
Fire of Ragnarök
Lire la chronique
Seide
Beyond the Fallacy
Lire la chronique
Dephosphorus
Impossible Orbits
Lire la chronique
Extravasion
Origins Of Magma (EP)
Lire la chronique
Darvaza
The Silver Chalice (EP)
Lire la chronique
Black Messiah
Walls of Vanaheim
Lire la chronique
Mourning Dawn
Waste (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Sublime Cadaveric Decomposi...
Lire la chronique