chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Inferno - Gnosis Kardias

Chronique

Inferno Gnosis Kardias
(Of Transcension and Involution)

Si vous avez déjà lu quelques-unes de mes chroniques, vous savez que j'aime rattacher un groupe à sa nationalité. C'est une chose assez superficielle (voire tendancieuse), j'en conviens. C'est pourquoi je ne le fais que quand je sens un lien fort entre une musique et les images mentales que me renvoie son pays d'origine. Bref, Inferno est tchèque et, désolé, mais ça se sent.

Car Gnosis Kardias, septième album du groupe, fait du black metal un enfer tortueux comme un roman de Kafka et esthétique comme les lithographies de Mucha, un monument morbide comme l'horloge astronomique de Prague, où des squelettes viennent sonner les heures qui s'écoulent. Ceux qui ont déjà connu la formation avec Omniabsence Filled by His Greatness (excellent prédécesseur chroniqué en ces pages par le regretté FleshOvSatan) ne seront pas étonnés d'entendre une nouvelle fois ces guitares à la fois orthodoxes et psychédéliques, d'être pris dans cette atmosphère étrange, indubitablement satanique, raffinée, où derrière la lumière de leads claires semble se cacher une entité trouble, tapie dans les quelques traces d'ombres laissées dans les coins. Aucun doute : Inferno est bel et bien toujours cette bête indéfinissable, accessible, racée, hypnotique, que j'avais découverte quelques années auparavant.

Seulement, Gnosis Kardias s'impose, au fur et à mesure qu'il s'invite chez nous (souvent, c'est-à-dire), comme un album où les Tchèques maîtrisent encore un peu plus leur art, au point que toutes références, même lointaines, semblent caduques. De Ascension à Enslaved, de Blut Aus Nord à The Cure, des histoires de possession à celles où le Diable a été le mieux personnifié... Rien ne paraît s'accorder parfaitement avec ces compositions, dont la splendeur apparente (les blast-beats et mélodies serpentant l'espace raviront les avides de metal aussi nerveux que gracieux), gigantesque pied-de-nez à ceux pensant que seuls le raw ou le dissonant sont capables de transmettre une ambiance démoniaque, finit par devenir un temple où l'odeur de soufre emplit les narines. Écoutez ce disque, fermez les yeux, et constatez comment ces morceaux font voir un prêche où les anges ont un sourire narquois, les colonnades des enchevêtrements d'or s'écoulant comme du sang, le sol une teinte marbrée dans laquelle on croit deviner des cadavres s'enroulant les uns dans les autres... Constamment splendide, constamment prenant, Gnosis Kardias donne à chaque fois à voir derrière ses envies de catharsis le véritable seigneur de ses rites et de ses domaines.

Ce qui fait qu'on n'est pas prêt d'enlever l'étiquette « orthodoxe » à Inferno, bien qu'elle est devenue un lieu commun au sein de la scène black metal. Pour être clair, les derniers essais de certains chefs de file deviennent pudibonds face à cette œuvre se permettant des détours qui auraient fait mériter l'excommunication ad vitam æternam chez d'autres. Parfois larmoyant (le final de « The Innermost Disillusion »), parfois dansant (le début de « Abysmal Cacophony »), flirtant aussi bien avec le post-rock que le thrash, Gnosis Kardias ne tombe pourtant jamais dans le piège du disque trop hétéroclite, gardant comme fil conducteur une dévotion exprimée à chaque moment au sein de ses différentes montagnes russes. Il faut dire qu'avec un chanteur tel que Adramalech, la barre est fermement tenue le long de ces quarante-quatre minutes ! Qu'il susurre, dicte, déclame ou hurle, épaulé par Nikolaos Panagopoulos (leader de Acherontas), il se place comme le prédicateur principal de cette messe, malgré une qualité d'ensemble où chacun peut prétendre au premier rôle.

Même la pochette de José Gabriel Alegría et la production signée Necromorbus se mettent au diapason de la majesté que déploient ici les Tchèques ! Tableau quasi-parfait, ce n'est qu'en contemplant Gnosis Kardias avec un regard critique que des défauts se décèlent. Le diable se situe clairement dans les détails de cette musique qui ne cesse de se découvrir, ici un riff passé autrefois inaperçu, là une ligne de chant qui se révèle sous les nappes sonores. Mais il est aussi dans ce bizarre sentiment d'inassouvi qui conclut les rencontres avec cet album de Inferno, se terminant à chaque fois sur une annonce laissant croire qu'il s'inscrit dans un schéma plus grand, pour l'instant laissé secret à nos oreilles (l'outro « Orison for the Baneful Serpent »). Un final rendant curieux et tremblant, d'un album qui fait de « la voie de la main gauche » et « de main de maître » une seule et même expression.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
11/10/2017 11:54
note: 8.5/10
Excellent album, très belle suite au précédent. Je les ai vu à Colmar avec Mayhem il y a deux jours, autant dire qu'ils ont plié le game alors qu'ils avaient la lourde tâche d'ouvrir la soirée.

En plus les types sont clairement à la cool, ils aiment la weed et m'ont promis un split avec Devathorn "encore plus pété". Ce qui ne gâche rien au délire.
Kasteel citer
Kasteel
11/10/2017 12:32
note: 8.5/10
Pas encore écouté, mais vu la trèèèès bonne surprise du précédent que je découvre ces jours-ci, je n'y manquerai pas !
" ...cette bête indéfinissable, accessible, racée, hypnotique..." comme tu le dis !

edit : pour info le lien amazon ne fonctionne pas (sous firefox) : des caractères en trop.
chaussure citer
chaussure
27/04/2017 20:03
ouai un peu, sur BC.
méandreux, dérangé, et perché. avec un son toujours aussi désincarné. du bon comme son prédécesseur, même si il me perd un peu sur sa 2ème moitié (j'en sais rien, c'est p't'être fait exprès).
Ikea citer
Ikea
26/04/2017 16:36
note: 8.5/10
Disque reçu ce jour. Certains l'ont écouté ? L'objet est magnifique !
RBD citer
RBD
25/03/2017 19:29
Nous sommes d'accord. Je n'ai pas voulu tartiner pour nuancer mais c'est évident que réduire une formation à ses origines géographiques (et en fait, culturelles) est à l'inverse gravement excessif. Il y a tant de surprises qui se cachent derrière.
Ikea citer
Ikea
25/03/2017 10:25
note: 8.5/10
Voilà : C'est un moyen parmi tant d'autres d'exprimer ce qu'on pense d'une musique mais pas une fin, une chose expliquant absolument tout. Mais bon, vu le contexte actuel, sans doute que ce genre d'argumentation me pose question un peu plus qu'autrefois !
gulo gulo citer
gulo gulo
25/03/2017 09:58
note: 8.5/10
Boah c'est qu'un moyen parmi les cent-mille autres mis à dispositions par le langage (me concernant, le namedropping, les étiquettes stylistiques fantaisistes et les adjectifs néologiques en sont d'autres) pour partager ses impressions (ou arguments, selon ses ambitions à la démonstration et à l'objectivité) et donner une idée de la musique relatée. Faut pas trop se prendre le chou dessus, mieux vaut laisser ça aux crispés, c'est leur chasse gardée.
Ikea citer
Ikea
25/03/2017 19:00
note: 8.5/10
RBD a écrit : Je ne suis pas très pointu en Black mais pour moi aussi la nationalité, voire la provenance régionale d'un groupe influence mon regard. On ne peut pas faire abstraction de ce qui entoure une création, ses origines.

Je suis d'accord pour dire qu'il y a un contexte entourant la création d'une œuvre, mais je trouve que s'arrêter à la seule nationalité est limitée, particulièrement dans des styles qui sont assez "mondialisés" (un groupe de death metal européen pourra se revendiquer de la scène américaine, un groupe de black metal américain de la scène norvégienne etc...). Et puis il y a sans doute d'autres facteurs : la vie personnelle, les rencontres avec d'autres groupes, Internet... Bref, c'est dans ce sens que je dis que rattacher une formation à sa nationalité est assez superficielle et que je ne le fais que dans quelques cas, où cela me semble dire quelque chose sur la musique qu'elle joue.
RBD citer
RBD
25/03/2017 00:51
Je ne suis pas très pointu en Black mais pour moi aussi la nationalité, voire la provenance régionale d'un groupe influence mon regard. On ne peut pas faire abstraction de ce qui entoure une création, ses origines.
Stockwel citer
Stockwel
24/03/2017 16:05
J'avais pas aimé l'album précédent, très fade, sans relief, et je les ai vus 2 fois en live c'était très chiant. Je jetterai peut-être une oreille sur celui-là au cas où...
Batu citer
Batu
24/03/2017 13:20
Très belle chronique pour l'album d'un groupe sur lequel j'étais tombé au hasard il y a quelques temps et qui m'avait foutu une belle claque sur Omniabsence Filled by His Greatness. Il faut absolument que je me penche dessus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Inferno
Black Metal orthodoxe
2017 - World Terror Committee Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.38/10
Webzines : (3)  7.13/10

plus d'infos sur
Inferno
Inferno
Black Metal orthodoxe - 1996 - République Tchèque
  

tracklist
01.   The Innermost Disillusion
02.   Abysmal Cacophony
03.   Upheaval of Silence
04.   Ω > 1 (Oscillation in Timelessness)
05.   Gate-eye of Fractal Spiral
06.   Orison for the Baneful Serpent

Durée : 44 minutes 25 secondes

line up
parution
4 Avril 2017

voir aussi
Inferno
Inferno
Omniabsence Filled by His Greatness

2013 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Rotten Liver
Rotten Liver
Purification By Debauchery (EP)

2013 - Mortis Humanae Productions
  
Gevurah
Gevurah
Hallelujah!

2016 - Profound Lore Records
  
Plebeian Grandstand
Plebeian Grandstand
False Highs, True Lows

2016 - Throatruiner Records / Basement Apes Industries
  
Caïnan Dawn
Caïnan Dawn
F.O.H.A.T.

2017 - Osmose Productions
  
Blaze Of Perdition
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness

2017 - Agonia Records
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report