chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nightrage - The Venomous

Chronique

Nightrage The Venomous
The Puritan ou l’album le plus mauvais de Nightrage à l’heure où j’écris ces lignes (sorti il y a deux ans quasiment jour pour jour), ne m’avait comment dire… Pas laissé un souvenir impérissable… Et les premiers extraits dévoilés de ce The Venomous n’iront pas me rassurer. Mais bon pour un style éteint que j’affectionne et un groupe qui aura accompagné nombre de mes étés (cheveux devant le ventilateur en 2003), je ferai un effort. Comme à chaque offrande de la bande grecque/suédoise, c’est la chaise musicale des musiciens : Nightrage possède désormais un batteur fixe en la personne de Lawrence Dinamarca (Carnal Forge) et surtout un deuxième guitariste (le méconnu Magnus Söderman) pour épauler un Marios un peu en peine d’inspiration il faut le dire. Ce dernier retourne au pays pour ce septième opus, enregistrement au studio Zero Gravity à Athènes (responsable du très bon Insidious) et artwork brillant signé du local Vagelis Petikas (nom à retenir).

Alors oui, si vous fiez comme moi aux extraits proposés, je pense au soporifique titre éponyme ou au quasi-néant « Affliction » (le chant clair de Lawrence Mackrory (Darkane) fait de nouveau son apparition), il sera bien difficile de trouver un quelconque intérêt à pousser l’écoute sur ces 50 minutes (oui tout de même). La chronique devrait être expédiée… Et pourtant, le deuxième morceau « Metamorphosis/Day Of Wrath » en fera sourciller plus d’un ! Comme si le groupe souhaitait faire taire les détracteurs en délivrant certainement le titre le plus « rentre dedans » de sa discographie. Une sorte de retour au death/thrash « up-tempo » (on doit approcher les 230 BPM) de Descent Into Chaos façon Terror 2000/Dimension Zero voire The Crown. Rien de révolutionnaire mais une musique burnée de la sorte associée aux leads iodés accrocheurs, on en redemande. La nouvelle recrue de Carnal Forge Lawrence Dinamarca maîtrise pour sûr le blast-beat, son jeu thrash martial et ses quelques accélérations arrivent à faire leur effet. Pour les subtilités en tempo modéré par contre il y aura peu à grignoter.... Mais Nightrage c’est avant tout son socle mélodique, les beaux jours approchent et les mélodies ensoleillées typiques du jeu de Marios sont là pour agripper le tympan. Aidé du deuxième guitariste (vidéos « playing through » à l’appui), les deux manches balanceront des leads power/heavy montant encore d’un bon cran mais surtout sans surenchère, avec un réel « feeling ». Mention particulière pour « In Abhorrence » (2:07), « Bemoan » (2:16), le tube « The Blood », « From Ashes Into Stone » (sacré intro), « Trail Of Ghosts » (façon death mélodique 90’s), « Desolation And Dismay ». Nous voici 15 années en arrière.

Retour à l’efficacité d’un Insidious ? Non le spectre The Puritan n’est pas gommé. J’appellerais cela le syndrome Arch Enemy. Des morceaux démarrant en trombe par une jolie mélodie pour retomber brutalement (« In Abhorrence ») sur des couplets du pauvre (« Catharsis » à 0:48 ou « From Ashes Into Stone » limite neo/metalcore) mais suivis par un break aux lead/soli « guitar hero » ahurissant pour rebooster la chose. Le contraste des compositions est assez énorme. Dans un format condensé (morceaux rognés de moitié très facilement) je pense que la pilule aurait pu passer plus gracieusement mais sur 50 minutes… Ardu de tenir l’écoute entièrement, surtout en fin de parcours (l’instrumentale de conclusion assez faiblarde « Denial Of The Soul » n’aidant pas). Le chant hurlé du petit gaillard aurait pu lui aussi de nouveau lasser, mais le frontman semble avoir gagné en coffre (des intonations criardes rappelant parfois un Speed Strid), à cracher du sang par terre avec. Bon point (à voir en « live » tout de même).

Plus travaillé que son prédécesseur et montant d’un niveau dans les leads virtuoses, les longueurs et ses aspects réchauffés empêcheront ce The Venomous de réellement marquer notre attention (à l’instar du dernier Mors Principium Est). Pour sûr ces mélodies humant l’huile d’olive et la feta ou les soli infaisables ravageurs (que l’on imitera en caleçon) sauront de suite cibler notre nostalgie de 2003, mais la masse de remplissages limite « metalcore » générique étouffants feront inéluctablement décrocher… Les amateurs de death mélodique devront prendre encore leur mal en patience pour ce début d'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
04/04/2017 12:33
Franchement, j'ai complètement fait l'impasse sur cet album et le MPE. Le dernier In Flames m'intéresse tellement plus (et se laisse écouter tranquillou en caisse :s)
J'sais pas, Iliopoulos sait pas se recycler ni évoluer. Il créer toujours les mêmes titres et ce sont les autres guitaristes qui apportent l'originalité... Et limite le mec de A New Born Disease c'était leur meilleur chanteur extrême(après Tompa), le chant clair était dégueux.

Vraiment déçu...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nightrage
Death mélodique
2017 - Despotz Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (14)  6.93/10

plus d'infos sur
Nightrage
Nightrage
Death mélodique - 2000 - Suède
  

vidéos
The Venomous
The Venomous
Nightrage

Extrait de "The Venomous"
  
Affliction
Affliction
Nightrage

Extrait de "The Venomous"
  

tracklist
01.   The Venomous  (04:30)
02.   Metamorphosis / Day of Wrath  (03:51)
03.   In Abhorrence  (03:37)
04.   Affliction  (04:26)
05.   Catharsis  (04:55)
06.   Bemoan  (04:06)
07.   The Blood  (04:12)
08.   From Ashes into Stone  (03:40)
09.   Trail of Ghosts  (04:50)
10.   Disturbia  (04:24)
11.   Desolation and Dismay  (04:03)
12.   Denial of the Soul  (02:59)

Durée : 49:33

line up
parution
31 Mars 2017

voir aussi
Nightrage
Nightrage
Descent Into Chaos

2005 - Century Media Records
  
Nightrage
Nightrage
Wearing A Martyr's Crown

2009 - Lifeforce Records
  
Nightrage
Nightrage
A New Disease Is Born

2007 - Lifeforce Records
  
Nightrage
Nightrage
The Puritan

2015 - Despotz Records
  
Nightrage
Nightrage
Insidious

2011 - Lifeforce Records
  

Essayez plutôt
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Shadow Of A Thousand Suns

2008 - Candlelight Records
  
Visceral Evisceration
Visceral Evisceration
Incessant Desire For Palatable Flesh

1994 - Napalm Records
  
A Canorous Quintet
A Canorous Quintet
Silence Of The World Beyond

1996 - No Fashion Records
  
Fleshgod Apocalypse
Fleshgod Apocalypse
Oracles

2009 - Candlelight Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
The Final Chapter

1997 - Nuclear Blast Records
  

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique