chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Lethe - The First Corpse On The Moon

Chronique

Lethe The First Corpse On The Moon
Projet parallèle du couple Tor-Helge Skei / Anna Murphy, Lethe m'était apparu à la sortie de "When Dreams Become Nightmares" comme une entité éphémère, un délire du compositeur de Manes profitant de la voix puissante et sensuelle de la charismatique chanteuse d'Eluvetie pour proposer une vision nouvelle de sa musique. Il semblerait finalement que cette collaboration soit plus inspirante que prévue puisque la résurrection de Manes en 2013 n'a pas engendré de suite à l'heure actuelle, contrairement au premier album de Lethe. Étonnant donc que ce retour du duo suisso-norvégien que l'on n'attendait pas de si tôt. Ce qui l'est moins c'est la qualité de ce second album que l'on ne pouvait imaginer décevant.

"When Dreams Become Nightmares" nous avait déjà donné un aperçu de ce qu'était en mesure d'engendrer un tel projet. Considéré comme du Manes au féminin, il s'en éloignait toutefois sur quelques aspects, proposant une musique plus linéaire, plus homogène et beaucoup plus tournée vers les émotions, rejoignant le combo Norvégien surtout par son aspect électronique et expérimental croisé à des sonorités rock/metal. Pour le coup, "The First Corpse on the Moon" se rapproche plus de la définition qu'on en faisait il y a 3 ans : si comme moi vous avez adoré "How The World Came to an End" (qui a déjà 10 ans...), vous devriez être conquis par le parfum délicieusement cynique et décadent de ce second essai qui délaisse la sensibilité parfois à fleur de peau de son aîné. Les vocaux de Asgeir Hatlen ne font alors que renforcer la confusion, sans parler des nombreuses participations qu'on retrouve régulièrement sur les productions de Tor-Helge tels que Eivind Fjoseide (guitare), Tor-Arne Helgesen et Rune Hoemsnes (batterie) ou encore P. Emerson Williams (ambiances sonores). Difficile aussi de ne pas voir un clin d'oeil à l'excellent "Come to Pass" de Manes dans le phrasé rappé en français de K-Rip sur "Down into the Sun". Du côté d'Anna, Shir-Ran Yinon et Ivo Henzi d'Eluvetie viendront filer un petit coup de main respectivement au violon et à la guitare, ainsi que le multi-instrumentiste Fredy Schnyder (Nucleus Torn) dont le doigté au piano doit notamment être à l'origine de la douceur de la conclusion "Exorcism" qui rappelle certains passages de son groupe. Enfin vous l'aurez compris, une belle entreprise familiale.

Sur la forme, "The First Corpse on the Moon" en impose autant que son grand frère. Le travail de composition et sa mise en oeuvre sont impressionnants, un boulot de titan pour parvenir à ce résultat qui fourmille de petits détails sans jamais s'éloigner de l'essentiel ou se montrer démonstratif. Grâce à la participation de tous ces musiciens, leur musique conserve la structure mi-organique, mi-mécanique qui faisait le charme du premier album et cet équilibre une fois encore parfaitement maîtrisé, d'un raffinement certain. Sur le fond, ne vous laissez pas abuser par l'ouverture "Night" finalement assez classique pour du Lethe, la suite est bien plus intéressante. Sans parvenir à la folie de ce que pouvait proposer Tor-Helge dans le milieu des années 2000, les morceaux se révèlent assez hétérogènes et ont tendance à surprendre, optant pour un positionnement passif et délétère qui contraste avec une tristesse et un désespoir plus personnel qui envahissaient le premier album. Auparavant plutôt en retrait, le chant puissant de Asgeir vient désormais quasiment équilibrer la sensualité de celui d'Anna. Ce choix étonnant appuie cette volonté de sortir le projet de sa routine et apporte un grain de folie que le chant féminin ne parvenait pas à produire. Côté instrumentation, l'électronique recule légèrement au profit des guitares saturées qui elles se durcissent considérablement, devenant maîtresses de la plupart des moments. Contrairement à "When Dreams Become Nightmares" qui possédait quelques titres forts, ici tout se vaut tant l'ensemble est hétérogène. Il se peut que selon votre humeur vos préférences changent : la violence langoureuse de "My Doom", la sensualité de "Night", "With You" et du titre éponyme, le calme gelé d'"Exorcism", les errances de "Down into the Sun" et "Wind To Fire"...

Je crois que la note en dit long sur mon impression à propos de ce second album : "The First Corpse on the Moon" est une belle réussite qui ne manque finalement que d'un soupçon de personnalité pour que Lethe puisse se faire un nom au-délà de celui de Manes. Aussi beau que cruel, son ambiance vous captera dès les premières minutes pour ne plus vous lâcher, un voyage intergalactique au dessin funeste qu'on ne voudrait manquer pour rien au monde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lethe
Rock / Metal / Trip-hop
2017 - My Kingdom Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.25/10

plus d'infos sur
Lethe
Lethe
Rock / Metal / Trip-hop - 2012 - Norvège / Suisse
  

tracklist
01.   Night  (06:01)
02.   Inexorbitant Future  (05:14)
03.   Down Into The Sun  (05:33)
04.   My Doom  (03:47)
05.   Teaching Birds How To Fly  (04:49)
06.   The First Corpse On The Moon  (07:32)
07.   Snow  (05:20)
08.   Wind To Fire  (05:59)
09.   With You  (05:32)
10.   Exorcism  (07:28)

Durée : 57 min.

line up
parution
24 Février 2017

voir aussi
Lethe
Lethe
When Dreams Become Nightmares

2014 - Debemur Morti Productions
  

Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique