chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Corpus Diavolis - Atra Lumen

Chronique

Corpus Diavolis Atra Lumen
C’est bon, vous avez vu le documentaire Bleu blanc Satan ? Avec les « principaux acteurs du mouvement black metal » en France ! Oui, bon, on nous l’annonçait depuis un moment mais finalement le soufflé était un peu trop gonflé. 45 minutes, c’est court, surtout quand il y a plus de 6 personnes interviewées. Faites le calcul, cela signifie mis bout à bout près de 5 minutes par individu. Peu, peu, peu… Du coup, j’ai eu l’impression de voir à nouveau une bande annonce du documentaire et pas le documentaire en lui-même. J’aurais aimé plus d’infos, plus de réactions, plus d’actualités, plus d’anecdotes… Finalement qu’est-ce qu’on en retient ? Que faire du black en France dans les années 90 c’était être à part, c’était un état d’esprit, c’était une façon de vivre. Qui « n’existent plus désormais » d’après ces Hreidmarr, Noktu ou encore Meyhna’ch. La faute au Net en grande partie. N’importe qui s’est mis à faire du black et ce style a perdu son honnêteté, ou du moins ses défenses naturelles. Ces opinions ne surprennent pas, on avait bien remarqué que ces « célébrités » du black n’étaient plus très actives, plus très concernées par la scène actuelle. Ou alors de loin. Ou alors ponctuellement. Et puis c’est amusant de constater que finalement ils ont tout de même participé à l’évolution du black et son éloignement d’une forme « pure ». Valnoir aussi. Ce sont bien eux qui ont joué pour GLACIATION, CNK, DOCTOR LIVINGSTONE… Et je pourrais même ajouter ANOREXIA NERVOSA, puisque Hreidmarr n’en a fait partie qu’à partir de 1998 et n’a donc pas participé à Exile. Je ne critique pas le choix des personnes, vous savez que je suis fan de la totalité des personnes citées ci-dessus, mais constate juste qu’il était prévisible qu’elles regrettent une certaine époque vu leur implication limitée désormais.

D’autres acteurs sont apparus. « Des parasites dans l’ensemble, qui font du black de merde ». On entend souvent ce commentaire, il était aussi dans le docu, sans avoir le droit à d’exemples ou plus d’explications. Du « black de merde », c’est un black qui s’est éloigné des racines, ou bien qui ne fait que reproduire ce qui existe déjà ? Voilà un des points qui auraient pu être développés. Oui, Internet a entraîné la multiplication des groupes puisque le genre est devenu plus facile d’accès, mais qu’est-ce qui fait la qualité, ou l’inintérêt d’untel ou d’untel ? Est-ce que CORPUS DIAVOLIS en fait partie ? Bah oui, ce n’est pas le groupe français le plus souvent cité quand on parle de notre scène. Discret ? Classique ? Parasite ? Formé en 2008, est-ce trop tard pour avoir la légitimité ? Est-on condamné à être déprécié parce qu’on arrive « après la bataille » ? C’est sûr, ces Marseillais n’apportent pas grand-chose, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande. Ils restent d’ailleurs fidèles à leur ligne de conduite depuis leurs débuts et l’EP de 2009 Nightsky Orgia, que j’avais chroniqué pour Postchrist, marqué par leur maturité mais demandeur d’un peu plus de personnalité.

CORPUS DIAVOLIS se veut juste une porte sur l’Enfer, et propose un black metal occulte, blasphématoire, infernal, et sans grande concession. Ses 8 nouvelles pistes sont donc des incantations en l’honneur de Satan. Le black est emballé, tournoyant, brûlant sur la peau. Les titres parlent d’eux-mêmes : « Wine of the Beast », « Thy Glorification », « The Ardent Jewel of His Presence ». Et non, ce n’est pas de Donald Trump, mais bien de notre Maître des Ténèbres préféré dont on parle. Boum, des flammes partout, des odeurs de cramé, des morts qui rampent vers le Diable. Par contre « Sick Waters », le dernier morceau, apporte tout de même de petites nuances, avec un début très insidieux, lent et rampant, pour revenir à un martellement infernal en son milieu. Des notes de piano viennent le conclure, lui donnant un aspect très dramatique. Ce genre de ralentissement se retrouve aussi sur "L'oeil Ardent" et l'introduction de la première piste : "Revelations Before Dawn"

Oui, si tous les groupes actuels étaient comme CORPUS DIAVOLIS, on pourrait se dire que le black tourne en rond et qu’il est pollué, mais s’il n’y en avait plus, on penserait alors qu’une certaine de ses formes est morte et qu’il ne reste plus que des formations qui le maltraitent, qui le rendent « ambiant », « épique », « rural », « post / shoegaze ». CORPUS DIAVOLIS poursuit une tradition, un black occulte et agressif qui respire encore…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/04/2017 12:50
mayhem13 a écrit : Belle chro sakri! Ca signifie quoi "shoegaze"?

Ber val t'a mis un lien vers le style, qui a été plus ou moins ajouté au black et lancé certains groupes ces 5 dernières années, entre autre sous l'impulsion de Neige de Alcest / Amesoeurs...
Ber Val citer
Ber Val
07/04/2017 09:26
mayhem13 a écrit : Belle chro sakri! Ca signifie quoi "shoegaze"?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Shoegazing
mayhem13 citer
mayhem13
07/04/2017 09:23
Belle chro sakri! Ca signifie quoi "shoegaze"?
Sakrifiss citer
Sakrifiss
06/04/2017 15:47
Premier concert de black ??? Remarque oui, en live je conçois que ça doit dépoter ! Par contre en album, c'est plutôt passe partout. Pas désagréable mais on n'a pas vraiment de besoin d'y revenir...
Sagamore citer
Sagamore
06/04/2017 09:52
Mon premier concert de Black Metal, c'était eux, dans un rade clermontois. Il y a un peu d'affect, donc. J'avais bien aimé "Revolucia", rien de transcendant (le son était compressé comme rarement j'avais pu l'entendre) mais ça faisait le boulot comme il faut. J'hésitais à me pencher sur celui-ci... Je crois que je vais passer mon tour.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Corpus Diavolis
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  7.34/10

plus d'infos sur
Corpus Diavolis
Corpus Diavolis
Black Metal Occulte - 2008 - France
  

vidéos
Sick Waters
Sick Waters
Corpus Diavolis

Extrait de "Atra Lumen"
  

tracklist
01.   Revelations Before Dawn
02.   The Ardent Jewel of His Presence
03.   L'Oeil unique
04.   Signs of End Times
05.   Wine of the Beast
06.   Flesh to Flesh
07.   Thy Glorification
08.   Sick Waters

Durée : 44:02

parution
6 Avril 2017

Essayez plutôt
Limbonic Art
Limbonic Art
Spectre Abysm

2017 - Candlelight Records
  
Cult of Fire
Cult of Fire
Triumvirát

2012 - Demonhood Productions
  
Abhor
Abhor
Ritualia Stramonium

2015 - Moribund Records
  
Nightbringer
Nightbringer
Apocalypse Sun

2010 - Avantgarde Music
  
Gehenna
Gehenna
Unravel

2013 - Indie Recordings
  

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique