chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Epoch - Sacrosanct

Chronique

Epoch Sacrosanct
Ah il est fort le Jan! Il nous avait déjà fait le coup avec Brutally Deceased, Ad Nauseam ou plus récemment Dominhate, le patron de Lavadome Productions a remis ça en début d'année avec Epoch. Dénicher de belles trouvailles au fin fond de l'underground va vraiment devenir une spécialité pour le label tchèque. D'autant qu'au-delà d'un talent certain, elles font souvent preuve d'originalité et de personnalité. Il s'agit cette fois d'un jeune groupe belge dont on ne sait quasiment rien si ce n'est que le chanteur a fait partie de Fractured Insanity, ses autres groupes et anciennes formations m'étant en revanche totalement inconnus. Epoch a sorti en 2015 sa seule et unique œuvre à ce jour, Sacrosanct, au format digital. Alors je ne sais pas comment Monsieur Lavadome a réussi à pêcher ça, toujours est-il que l'album se retrouve réédité deux ans après en CD. En voilà une bonne idée!

Car ce premier full-length se révèle foutrement bon. Du death metal de haute volée qui plus est assez original et intéressant. Sur une base death metal classique empruntant au groove dark d'un Morbid Angel ("To Datechon, Ho Katechon" à 0'21, le démarrage de "Vision Absolute"), à la maîtrise d'un Behemoth, à la haine implacable d'un Hate Eternal, à la brutalité sombre d'un Dead Congregation (les tremolos vers 2'29 sur "Nine" ne trompent pas) ou au bouillonnement vicieux d'un Immolation, les Belges vont notamment ajouter des incartades black metal dans leurs riffs ("Vision Absolute" à 0'47, "Altered States" à 1'40, intro de "Nine") afin de leur donner une froideur et une noirceur supplémentaire, ainsi qu'un côté dissonant "post" (débuts de "Altered States" et "Ichneumon", break de "Nine" et "Hangman Paradox", "Sacrosanct" à partir de 1'50) ou chaotique qui rappelle surtout Ulcerate ("Sacrosanct" à 0'30, "Altered States" à 2'13...). Artificial Brain voire Gorguts peuvent aussi venir en tête à l'écoute de ce Sacrosanct furieux et tordu. On croisera également quelques riffs épico-stellaires à la Bölzer ("Vision Absolute" à 2'16/3'07, "Fear Ritual" à 1'03, etc.). Et même quelques passages/rythmes "dansants" certes rares et donc négligeables mais assez surprenants et qui montrent bien le caractère curieux d'Epoch (intro de "Altered States", "Ichneumon" à 1'18, "Hangman Paradox" vers 1'25).

Décrit comme ça, ça a l'air d'être un sacré bordel. Pas vraiment. S'il y a bien parfois une touche abstraite, des riffs souvent tordus, des relents chaotiques parce que beaucoup de choses se passent dans les morceaux à une vitesse élevée, l'ensemble reste non seulement compréhensible et audible grâce à une production excellente ainsi qu'une maîtrise technique exemplaire, mais aussi et surtout foutrement efficace. Car même s'il vous faudra pas mal d'écoutes pour faire le tour de ce Sacrosanct touffu, il vous embarque tout de suite, notamment par sa brutalité. Vous pensez bien que pour que j'apprécie un truc original qui dissonne et expérimente, il faut que ça blaste un minimum! Pas de souci là-dessus avec Epoch qui n'a de leçon à recevoir de personne en matière de purée. La puissance et la vitesse de certains blasts vous colleront au mur. Une bonne chose que le combo ait le souci de garder de la clarté, de la cohérence dans son propos, si brutal et bouillonnant qu'il soit. Ce qui n'est pas le cas de certaines formations récentes aux discours sibyllins voire carrément amphigouriques. Là, le message est clair : en foutre plein les oreilles à l'auditeur qui prend plaisir à se prendre ce déluge de blasts, de riffs sombres, de dissonances et de groove (ouch la basse!), sans en faire trop. Il faut que ça reste de la musique après tout!

Et ça en est de la sacrément bonne ici! Je l'ai toujours dit, je ne recherche pas l'originalité quand j'écoute du death metal (et heureusement car je n'en écouterais pas souvent sinon!). Je n'y ai toutefois jamais été réfractaire tant que c'est bien foutu. Exactement ce qui arrive sur Sacrosanct qui garde en plus une base death metal classique avant de s'insinuer dans des coins plus alambiqués, tout en ne lésinant pas sur les blasts. Ça bourre, ça joue, ça groove, ça hypnotise, ça n'a pas peur de s'aventurer ailleurs et ça sait aussi instaurer une ambiance noire. Epoch a décidément frappé un grand coup sur ce premier full-length que Lavadome Productions a bien fait de rééditer au format physique. Sacrosanct ne subit ainsi que quelques écarts de qualité, d'abord niveau riffs avec certains plus génériques et oubliables (forcément quand on nous habitue à de l'original, les quelques-uns plus banals que l'on croise s'entendent davantage), et aussi concernant les samples sur la fin de l'album ("Fear Ritual" et ses battements irritants et celui inopportun de "Sacrosanct" sans doute tiré d'un film), plutôt dispensables tant la musique se suffit à elle-même. Deux-trois broutilles en somme auxquelles on ne prêtera pas attention tant l'ensemble se révèle convaincant. Voilà une excellente découverte que cette première sortie des Belges d'Epoch qu'il faudra suivre de très près vu le potentiel et la personnalité affichés, pour les fans de death et brutal death traditionnels comme pour les amateurs de sensations fortes plus tarabiscotées. Sacrosanct datant déjà de 2015, on pourrait avoir le droit à du neuf dans pas trop longtemps. Miam!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

cmtex citer
cmtex
15/04/2017 10:27
Passé à côté. Grosse influ d' Immolation, c'est claire. On peut pas dire qui soit très expressif via leur facebook.Ce qui me frappe le plus par contre, c'est l'ambiance, j'accroche direct.
Keyser citer
Keyser
15/04/2017 10:11
note: 8.5/10
Dommage, malgré la note et une place sur le slider catégorie "découverte", aucun retour ici. Cet album mériterait davantage de considération! C'était ma 800ème chronique en plus Moqueur

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Epoch
Brutal Post Blackened Death Metal
2017 - Lavadome Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  7.25/10

plus d'infos sur
Epoch
Epoch
Brutal Post Blackened Death Metal - Belgique
  

tracklist
01.   To Datechon, Ho Katechon
02.   Vision Absolute
03.   Altered States
04.   Nine
05.   Ichneumon
06.   Hangman Paradox
07.   Fear Ritual
08.   Sacrosanct

Durée : 36'43

line up
parution
31 Janvier 2017

Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique
Hardcore Anal Hydrogen
Hypercut
Lire la chronique