chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Apostate Viaticum - Before The Gates Of Gomorrah

Chronique

Apostate Viaticum Before The Gates Of Gomorrah
Malgré son excellente et variée scène musicale on ne peut pas dire que l’Irlande soit reconnue et réputée en matière de Metal et encore plus dans l’extrême, car hormis les vétérans de PRIMORDIAL il est difficile de trouver un nom venu du pays vert qui sorte et se détache de la masse abondante et grouillante de l’underground. Pourtant aujourd’hui les choses risquent de changer avec APOSTATE VIATICUM qui déboule de nulle part avec une petite pépite fracassante et qui sent bon la naphtaline, car il est composé de vieux briscards de la scène locale (certains ayant évolué il y’a deux décennies dans MORPHOSIS) bien décidés à reprendre les choses en main et à faire revivre l’héritage des grands anciens. En effet ici nulle trace ici de production moderne et aseptisée ni d’influences Core ou de chant clair, on navigue en plein entre la fin des années 80 et le début des 90, tant l’ensemble via une production rocailleuse qui crépite légèrement nous rappelle les débuts bénis des PESTILENCE, MASTER, SADUS ou MORGOTH, ou plus récemment des deux opus de CHAPEL OF DISEASE.

Il n’y a en effet pas de tromperie sur la marchandise dès que retentit « In Articulo Mortis » qui fait office d’introduction, celle-ci met en condition pour ce qui va suivre car on se retrouve au milieu de larsens et de solos déchirés, avant l’arrivée des coups de cymbales qui font monter la pression et annoncent la noirceur qui va suivre. Car dès les premiers instants de « Anathema Inherent » on se retrouve directement plongé dans une ambiance particulièrement sombre, à grand coups de courtes parties rapides et remuantes qui s’effacent relativement vite pour laisser place à des grosses plages aux influences Doom. Celles-ci vont être majoritaires tout au long des sept minutes de cette première grosse baffe, où l’on trouve aussi quelques passages en double parfaits pour secouer la tête, ainsi qu’un solo joué complètement à l’arrache et qui rajoute au côté brut du son et des instruments. S’ensuit « Moloch The Sanguinary » qui débute de manière lente en reprenant la fin de la plage précédente, avant ensuite de diversifier son propos avec des accélérations redoutables, quelques semi-blasts, de la double écrasante et du mid-tempo parfait pour taper du pied et headbanguer comme il faut, à l’instar de « In The Shadow Of The Monolith » qui reprend le même schéma. Comme la compo précédente l’ensemble débute doucement mais monte brusquement en régime à de nombreuses reprises, notamment grâce à une série de courts blasts qui empêchent la monotonie de s’installer, et aussi en intégrant aussi des passages plus pêchus pour offrir une vraie variété, et un rendu toujours aussi addictif et accrocheur.

Si le début a été plus que plus concluant il n’est finalement qu’une mise en bouche avant le gros œuvre qui va arriver ensuite, afin d’offrir le meilleur pour la fin. En premier lieu l’expéditif et court « Bastards Of Cane » composé de trois parties qui s’assemblent parfaitement et où priorité est donnée à la vitesse au début et en conclusion, sans oublier le traditionnel moment plus lourd au milieu de tout cela, qui permettent d’obtenir une vraie tuerie radicale, aidée en cela par un solo de fin presque vomi qui ne fait que renforcer l’aspect crade et putride de la musique du quatuor tout en distorsions. Puis arrive ensuite le morceau-titre qui pendant près de neuf minutes va faire passer l’auditeur par tous les états, en proposant notamment plusieurs cassures pour une construction plus poussée que ce qui a été proposé auparavant. Car là outre un démarrage pépère (où s’incrustent quelques courts ultracourts) le groupe nous réserve un break salvateur et inspiré où l’on entend juste les notes froides des guitaristes sur fond de saturation des amplis, avant de mieux repartir et de faire remonter la pression jusqu’au bout pour terminer comme il a commencé. Enfin avec « Beckoned By The Callous Dead » il n’y a pas de place pour la fantaisie vu qu’ici ça tabasse en règle dès le départ, et bien que le rythme se pose par moments on a affaire à du brut de décoffrage entre hammerblasts, double rapide et entraînante et solos à foison (ce qui change du reste où ils sont plutôt rares) qui vont jusqu’au duel, pour un résultat à la hauteur des espérances et qui va s’avèrer parfait pour terminer l’album (et qui clôturera sans peine les concerts de la bande) à la réussite incontestable.

Avec cette première sortie les vétérans réalisent un sans-faute tant leur œuvre se déguste au fil des écoutes et on se laisse happer par l’obscurité qui règne en maître tout au long de ces six titres à l’écriture simple en apparence (et qui recèlent de belles surprises), et qui prennent le temps de se dévoiler (d’où la préférence marquée pour un côté rampant et massif) sans jamais de longueurs ni de monotonie. Autant dire que les échos positifs qui entourent le combo depuis quelques temps sont largement justifiés, et montrent encore une fois qu’Invictus Productions a vraiment le nez creux pour signer de la qualité, dont font logiquement partie leurs compatriotes Irlandais qui méritent véritablement que l’on se penche sur cette galette qui en vaut largement la peine.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
12/04/2017 13:43
note: 8.5/10
Excellent surprise en effet. Les riffs sont bien sinistres, l’atmosphère pesante et le chant est vraiment intéressant. Dans ma liste d'achats avec Ascended Dead, Ululatum Tollent et Possession chez Invictus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Apostate Viaticum
Death Metal à l'ancienne
2017 - Invictus Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (7)  6.91/10

plus d'infos sur
Apostate Viaticum
Apostate Viaticum
Death Metal à l'ancienne - 2014 - Irlande
  

tracklist
01.   In Articulo Mortis
02.   Anathema Inherent
03.   Moloch The Sanguinary
04.   In The Shadow Of The Monolith
05.   Bastards Of Cane
06.   Before The Gates Of Gomorrah
07.   Beckoned By The Callous Dead

Durée : 39 minutes

line up
parution
13 Mars 2017

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique