chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Martröð - Transmutation Of Wounds

Chronique

Martröð Transmutation Of Wounds (EP)
Martröð ou l’idée du all-star band qui a tout pour séduire et exciter. On ne parle pas ici d’un groupe fondé par de vieux brigands qui, au sein même de leurs groupes respectifs, n’ont plus rien sorti de pertinent depuis déjà plusieurs années. On parle ici d’un groupe qui réunit toute la fine-fleur de la scène Black Metal actuelle. Un groupe improbable dont les membres viennent des quatre coins du globe : France, États-Unis, Islande et Italie.
Formé en 2014, Martröð est donc la réunion de MkM (Antaeus, Aosoth...), Alex Poole (Krieg, Chaosmoon, Skáphe...), Hafsteinn Viðar Lyngdal (Wormlust), Dagur Gonzales (Misþyrming, Naðra, Skáphe...), Gionata Potenti (Blut Aus Nord, Darvaza, Fides Inversa...) et Jef Stuart Whitehead (Leviathan) venu apporter ici sa modeste contribution le temps de quelques riffs/cris. Avouez que ça donne particulièrement envie hein ?

Toujours dans les bons coups, c’est le label norvégien Terratur Possession qui a sorti en septembre dernier le premier EP de Martröð. Un court essai d’un peu plus de quinze minutes disponible sous la forme d’un vinyle 12’’ blanc (édition limitée) ou noir. De quoi entretenir une certaine frustration chez l’auditeur qui aura vite fait de se rassasier de ces deux titres.

D’autant que ces derniers ne sont pas forcément à la hauteur des attentes que l’on peut avoir face à un tel projet. Quand on présente sur le papier un line-up comme celui de Martröð, il est facile pour nous, simple auditeur qui n’avons rien d’autre à faire que de consommer et juger, de s’enflammer avant même d’avoir écouté quoi que ce soit du dit projet. Le problème avec ces deux titres c’est à mon avis qu’ils renvoient aux CVs de chaque musicien ici présent sans apporter quoi que ce soit permettant de faire véritablement la différence. Un manque de personnalité (à relativiser donc) quelque peu dommageable et surtout particulièrement paradoxal quand on sait d’où viennent et ce qu’on fait ceux qui composent Martröð.
Ceci étant dit, Transmutation Of Wounds n’en demeure pas moins le haut du panier grâce à un savoir-faire rarement égalé qui, à défaut de surprendre, va réussir à convaincre en l’espace de seize minutes. Très proche d’un Blut Aus Nord dans cette atmosphère synthétique, compressée et déshumanisée, le Black Metal de Martröð se présente en quelque sorte comme une synthèse entre la scène française et islandaise de ces dernières années. On retrouve ainsi tous ce qui fait le charme, la force, la pertinence et la particularité de ces deux entités : ces riffs tordus et dissonants qui vous poncent le crâne, ces constructions complexes, insaisissables et éreintantes, cette ambiance froide si particulière qui se fait sombre et en même temps terriblement lumineuse (un jeu de clair/obscur extrêmement bien développé sur "Draumleysa"), ces nappes de clavier discrètes mais quasi-omniprésentes, etc. Bien sûr, on pense tour à tour à Blut Aus Nord, Deathspell Omega, Misþyrming, Aosoth ou bien encore Naðra mais doit-on bouder notre plaisir pour autant ? Clairement, la réponse est non.

Cette première mise en bouche remplie parfaitement son office. Un EP introductif de qualité, composé avec brio et qui ne souffre d’aucun véritable défaut. Reste tout de même à espérer que Martröð réussira à s’extirper du carcan un peu trop réducteur dans lequel il s’est aujourd’hui lui-même épinglé. Des liens de parentés encore trop évidents qui, étant donné le line-up, mériteraient d’être estompés pour un résultat futur que l’on espère toujours marqué par le travail de chacun mais proposé peut-être d’une manière plus personnelle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
19/04/2017 15:30
C'est quand même très bien foutu.

Et l'intro sur le premier titre, un bijou.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Martröð
Black Metal
2016 - Terratur Possessions
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Martröð
Martröð
Black Metal - International
  

tracklist
01.   Draumleiðsla  (08:38)
02.   Draumleysa  (07:32)

Durée : 16:10

line up
parution
15 Septembre 2016

Essayez aussi
Funeral Mist
Funeral Mist
Maranatha

2009 - Norma Evangelium Diaboli
  
Samael
Samael
Above

2009 - Nuclear Blast
  
Infestus
Infestus
The Reflecting Void

2014 - Debemur Morti Productions
  
Odraza
Odraza
Esperalem tkane

2014 - Arachnophobia Records
  
Funeral Procession
Funeral Procession
The Red Vine Litanies (MCD)

2008 - Ván Records
  

Point Mort
Look At The Sky (EP)
Lire la chronique
Mørkt Tre
To the Graves of Smoldering...
Lire la chronique
Krimh
Gedankenkarussell
Lire la chronique
Aura Noir + Necroblood + Occvlta
Lire le live report
Au-Dessus
End Of Chapter
Lire la chronique
Mutoid Man
War Moans
Lire la chronique
Nortt
Gudsforladt
Lire la chronique
Morfin
Consumed By Evil
Lire la chronique
Oceano
Revelation
Lire la chronique
Soundgarden
Superunknown
Lire la chronique
Deflesher - Interview pour l'album "Ossuary"
Lire l'interview
Black Sabbath
Black Sabbath
Lire la chronique
Gods Forsaken
In A Pitch Black Grave
Lire la chronique
Essaie de ne pas te suicider !!!
Lire le podcast
Insidious one
Хочу, чтобы все умерли...
Lire la chronique
Deflesher
Ossuary
Lire la chronique
Obelyskkh
The Providence
Lire la chronique
The Furor
Cavalries Of The Occult
Lire la chronique
Slaamaskin
2016 (EP)
Lire la chronique
Nicolas Muller
Abécédaire pour les musicie...
Lire la chronique
In Death...
The Devil Speaks
Lire la chronique
Nargaroth
Era of Threnody
Lire la chronique
Skáphe
Untitled (EP)
Lire la chronique
Neverlight Horizon
Dead God Effigies
Lire la chronique
Sabbath Assembly
Rites of Passage
Lire la chronique
Black Sabbath
Forbidden
Lire la chronique
Unchained
Chasing Shadows
Lire la chronique
Feller Buncher
203040 (EP)
Lire la chronique
Smoke Mountain
Smoke Mountain (EP)
Lire la chronique
No One is Innocent + Tagada Jones + Ultra Vomit
Lire le live report